France-Inflation.com
Mercredi 21 février 2024 Saint du jourSaint Damien 16h41
×

LOI DE FINANCE 2017 : Impot sur le Revenu +47% / à 2008-2001


Voici le budget de l'état hors annexes et comptes spéciaux (équilibrés eux).
On peut remarquer la différence d'approche entre N. Sarkozy 2008-2012 et F. Hollande 2013-2017
Bilan imputé avec un an de décalage car peu d'action l'année de l'élection

 Année 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Sarkozy Hollande Ecarts
              
Impot sur le revenu5147485260667071727325835236%
Impot sur les sociétés52323538384335283329195168-14%
TICPE151414131313131316116966-4%
TVA1321281301321371381391431451496597148%
Autres taxes42404548414342453645216211-2%
              
Total Impôts et taxes292260272284288303299300302307139615118%
Total Dépenses Etat363360379367383362373383375386185218791%
              
Solde Budget Etat-70-101-107-84-94-60-74-83-73-75-456-365-20%


N. Sarkozy a engagé une baisse des impôts sur le revenu et les sociétés en laissant filer les dépenses, juste au moment où la crise a fait chuter l'activité de la France.
S'ensuit une forte augmentation des déficits.

F. Hollande, lui, a fait exploser l'impôt sur le revenu, avec + 36% sur les 5 ans.
L'IR est passé de 49.5 Mds par an sur 2008-2001 à 73 Mds en 2017(+47%)! Incroyable qu'il n'y ait pas plus de réactions...
Il a tout de même réduit l'impôt sur les sociétés pour encourager l'activité ce qui est positif.
Globalement les dépenses n'ont pas baissé, elles sont restées à un niveau trop élevé, identiques au quinquennat précédent.
En 2006/2007 elles étaient proches des 300 Mds d'Euros, on approche maintenant les 390Mds d'Euros !

Donc en conclusion une stratégie de facilité dans les deux cas, avec des dépenses trop élevées
Et pour la gauche une augmentation incroyable de l'impôt sur le revenu, rançonnant ainsi les 50% de Français aussujettis à cet impôt.
E. Macron va t'il réussir à redresser la barre ? à suivre...

PROJET DE LOI DE FINANCE 2013 OU COMMENT TUER LA CROISSANCE ?

Le projet actuellement proposé prévoit de très fortes augmentations d'impôts entre 2012 et 2013 :
L'impot (net) sur le revenu passerait de 59 à 72.6 Milliards d'Euros soit + 23%
L'impôt (net) sur les sociétés passerait de 40.3 à 52.3 Milliards d'Euros soit + 30%
Le remède semble un peu fort, la croissance est à 0 depuis 9 mois, le chômage en nette augmentation, ce ne sont donc pas ces mesures qui vont amener une amélioration à moyen terme. Elles risquent plutôt de faire reculer encore la croissance économique pourtant promise ...

PROJET DE LOI DE FINANCE 2013 : SYNTHESE DU BUDGET


1) Recettes en Milliards d'Euros.
Budget de la France2010201120122013p
Impôt sur le revenu (produit net) 49526073
Impôt sur les sociétés (produit net) 35454552
TICPE (ex TIPP)14141414
Taxe sur la valeur ajoutée (produit net) 127131138141
Autres contributions fiscales 30131918
Total des recettes fiscales nettes254255275299
    
Total des recettes non fiscales16171614
    
Dotation aux collectivités territoriales 86555656
Dotation à l'Union européenne 18181920
Total des prélèvements sur recettes104747475
    
Cptes spéciaux , Fds Concours, Annexes142168172195
TOTAL GENERAL308366389432

Les recettes sont prévues en forte augmentation par rapport à 2012.
Elles passent de 389 Mds à 432 Mds soit +11%
L'impot (net) sur le revenu passe de 59 (dernière loi rectifitative) à 72.6 Milliards d'Euros soit + 23%
L'impôt (net) sur les sociétés passe de 40.3 à 52.3 Milliards d'Euros soit + 30%
Ces fortes augmentations paraissent inopportunes en période de croissance nulle.
Tous les budgets sont en déficit depuis 1974, nous dépensons plus que nous devrions
Plutôt que d'augmenter les prélèvements obligatoires qui sont déjà à des niveaux élevés, il serait plus sain de moins dépenser...


2) Dépenses en Milliards d'Euros.
Budget de la France2010201120122013p
Depenses nettes Budget Général322290294303
Depenses nettes Budgets annexes2222
Comptes spéciaux133166171189
Budget Total de L'Etat457457467494

Les dépenses sont au final en forte augmentation puisqu'elles passent de 467 à 494 Mds € soit + 6%


3) Deficits, Emprunts, Dette de la France en Milliards d'Euros.
Budget de la France2010201120122013p
    
Deficit programmé-149-92-79-62
    
Besoin de financementLF
16/08
PLF
2013
Amortissement de la dette......99110
Deficit progammé149928162
Besoin de Financement (OAT, BT.)......180171
    
Dette15951717(1833)...
    
PIB de la France1937199720322068
Ratio Impôts sur le Revenu / PIB2.5%2.6%2.9%3.5%

Accélération de la baisse des déficits (mais si c'est au prix de la croissance ...)
Entre les Intérêts de la dette et le déficit de 61.6 Mds d'Euros, il faudra emprunter 171 Milliards d'Euros en 2013.

Vous pourrez vérifier ces informations sur le site du gouvernement Projet de Loi de Finance 2013
Il faut une certaine patience pour extraire les points clefs.


Commentaires

JRMC
29 Août 2018, 20:38
Bonjour, belle analyse de la loi de finance 2017 et surtout merci pour vos données, on ajoute votre site à notre annuaire, vous le retrouverez ici : article ici
Annie
07 Jan. 2013, 15:25
Dit :En Finlande, il y a peu de décrochage scolaire, parce que les élèves sont suvis. Les gauchistes louent le système finlandais arguant qu'il n'y a pas d'écoles privées, mais que des écoles publiques. Ils oublient de préciser que ces écoles sont parfaitement autonomes. Elles ne sont presque pas régulées. C'est tout le contraire de la France, où je vis. Qui croit qu'il suffit d'injecter de l'argent pour faire fonctionner le système? Pour preuve, c'est faux. Parce que nos écoles françaises sont trop lourdement règlementées, le rendement de l'investissement est faible. Le système français à deux vitesses en est tellement mal géré que les pauvres redoublent et décrochent plus souvent que les enfants de familles aisées de sorte que pour réussir les études il faut soit eatre riche, soit ne pas être pauvre. Ceux qui vivent dans les ghettos ne peuvent pas étudier du fait que les élèves sont turbulents et indisciplinés. Mais bien souvent, on remarque que ces ghettos sont le fait de milieux populaires composés essentiellement d'immigrés (noirs, arabes, maghrébins etc.) plus ou moins violents. La faute sans doute à un manque d'intégration du fait de politiques d'immigration trop laxistes.La meilleure solution pour éviter de tomber dans un système à deux vitesses serait de canaliser les efforts vers les écoles primaires, là où commence à se construire les bases, mais aussi l'échec.
Lambert
28 Oct. 2012, 04:42
Les ménages commencent à anticiper l'impôt, il y a une baisse des commandes dans les PME. L'Etat fait le contraire de ce qui a réussi au Canada et en Suède, l'effort est concentré sur 2/3 vers les ménages et 1/3 vers les dépenses publiques. Pour les 1/3, il s'agit simplement d'effacer l'accroissement de la dépense 2011. L'Etat continue de vivre à crédit pour son exploitation courante, aucun véritable effort; donc nous allons inévitablement vers une aggravation, moins de consommation, pas d'investissements,des recettes fiscales en diminution.
La croissance de se décrète pas, elle se construit et....sur le long terme pour ce qui nous concerne sachant que les marges de man?uvre sont insignifiantes
Sébastien
09 Oct. 2012, 14:30
Bonjour,

Est-ce que les ménages qui auront une augmentation d'impots sur le revenu vont vraiment moins dépenser ?
Une augmentation sur un ménage ayant de forts revenu n'a pas le même impact sur la consommation qu'une augmentation sur un ménage pauvre.
A part peut-être le segment du luxe (et encore il y a de la marge), je ne pense pas que nos entreprise en souffre...

Quand aux dépenses de l'état, ne sont-elles pas réinjectées dans le circuit économique ? Est-ce que ceux qui travaillent pour l'état n'aurait pas à souffrir d'une baisse de ses dépenses ?
*Nom:
Email:
M'avertir pour chaque nouveau commentaire sur cette page
Ne pas révéler mon email

*Texte:
Le post des commentaires est libre, veillez à rester respectueux.
Insertion de liens vers d'autres sites plus possible.
Cet espace est modéré.
Captcha saisir le code      


Powered by Scriptsmill Comments Script







A LA UNE
21/02/2024 13:25
L'intérim, reflet de l'atonie de la croissance et de la consommation
Les secteurs les plus corrélés à la consommation sont ceux ayant le plus reculé en 2023 dans le travail temporaire : le commerce et les transports. Le début 2024 ne semble guère plus encourageant, malgré la perspective des JO.
suite...

21/02/2024 05:05
Les retraites pourraient augmenter moins que l'inflation en 2025
Alors que Bercy est à l'affût d'économies pour limiter le dérapage des finances publiques, le ministre chargé du Budget, Thomas Cazenave, s'est dit prêt à ouvrir le débat sur une sous-indexation des pensions et des autres prestations sociales l'an prochain.
suite...

20/02/2024 17:52
L'Assurance-chômage reste dans le vert, mais ses excédents sont moins forts que prévu
L'Unédic prévoit de dégager 20,6 milliards d'euros d'excédents sur la période 2024-2027, malgré 12 milliards de prélèvements des pouvoirs publics sur ses recettes et la faiblesse de l'activité économique. La dette est attendue à hauteur de 38,6 milliards à cet horizon, contre 63,6 milliards fin 2021.
suite...

20/02/2024 16:53
Plan d'économies : la méthode à la hussarde de Bercy sous le feu des critiques
Le gouvernement a opté pour des décrets plutôt qu'une loi de finances rectificative pour faire passer ses 10 milliards d'économies. Les experts et les députés de l'opposition critiquent une voie qui nourrit une certaine opacité et cantonne le Parlement à la marge.
suite...

20/02/2024 16:13
Retraites des agriculteurs : le gouvernement accusé de traîner les pieds
Après être descendus massivement dans la rue pour alerter sur leurs difficultés, les agriculteurs pressent le gouvernement d'avancer sur la réforme promise l'an dernier pour augmenter leurs retraites. Les parlementaires de droite montent aussi au créneau.
suite...

20/02/2024 16:42
L'objectif de 1 % de croissance en France en 2024, un pari difficile
Si la Banque de France juge la nouvelle prévision de Bercy « réaliste », atteindre une hausse du PIB de 1 % cette année nécessitera une accélération de l'activité au second semestre. Beaucoup d'économistes estiment que l'objectif sera difficile à tenir.
suite...

20/02/2024 17:11
Santé, éducation, justice : l'image des services publics continue de se dégrader en France
L'image des services publics auprès des Français s'est de nouveau détériorée en 2023, selon le baromètre de l'Institut Paul Delouvrier dévoilé par « Les Echos ». La santé et l'éducation concentrent les inquiétudes.
suite...

20/02/2024 07:40
Malgré les efforts de Bercy, le poids des impôts de production ne baisse pas en France
Le poids des impôts de production continue d'être deux fois plus élevé en France qu'ailleurs en Europe, selon le baromètre annuel publié par l'institut Montaigne. La suppression progressive de la CVAE décidée par le gouvernement ne suffit pas à modifier le classement. Leur poids a même réaugmenté en 2022 malgré les efforts consentis par Bercy.
suite...

19/02/2024 17:57
MaPrimeRénov' : coup de rabot sur les aides prévues en 2024
L'enveloppe consacrée aux aides à la rénovation énergétique des logements sera amputée de 1 milliard d'euros cette année. Un signal inquiétant pour la transition écologique.
suite...

20/02/2024 08:02
Budget : comment Bercy veut tenir coûte que coûte ses objectifs de réduction du déficit
Bruno Le Maire a détaillé ce lundi son plan de 10 milliards d'économies pour 2024, sans lever tous les doutes. Selon nos informations, le chèque carburant de 100 euros pour les travailleurs modestes en fait notamment les frais. La stratégie budgétaire de Bercy fait débat.
suite...