France-Inflation.com
Mercredi 29 mai 2024 Saint du jourSaint Aymard 14h48
×

Historique des commentaires Insee

Commentaire du 01 04 2024

Évolution mensuelle : +0,5 % en avril ; variation sur un an : +2,2 %

En avril 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) accélère sur un mois : +0,5 %, après +0,2 % en mars. La hausse des prix s’explique par l’augmentation des prix des services (+1,0 % après 0,0 %), entraînée par le transport (+5.6 % après ‑0,9 %) et les assurances (+3,6 % après ‑2,4 %) et une légère hausse de ceux de l’alimentation (+0,1 % après 0,0 %). Sur un mois, les prix des produits manufacturés et du tabac sont stables (après respectivement +1,3 % et +0,4 %). Les prix de l’énergie baissent à un rythme moins soutenu qu’au mois précédent(‑0,3 % après ‑0,7 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation rebondissent de 0,5 % en avril 2024, après ‑0,4 % en mars. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 2,2 % en avril 2024, après +2,3 % en mars. Cette baisse de l’inflation résulte du ralentissement sur un an des prix de l’alimentation (+1,2 % après +1,7 %) et du tabac (+9,0 % après +10,7 %). Les prix des produits manufacturés se replient légèrement (‑0,1 % après +0,1 %). Tandis que les prix des services augmentent au même rythme qu’au mois précédent (+3,0 %). À l’inverse les prix de l’énergie accélèrent (+3,8 % après +3,4 %).

L’inflation sous-jacente recule sur un an

L’inflation sous-jacente poursuit sa baisse sur un an et s’établit à +1,9 % en avril 2024, après +2,2 % en mars. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) accélère sur un mois (+0,6 % après +0,2 % en mars) ; sur un an, il augmente de 2,4 % en avril 2024, comme le mois précédent.

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 1,2 % en avril 2024, après +1,7 % en mars. Ils ralentissent ainsi pour le treizième mois consécutif. La hausse des prix de l’alimentation hors produits frais s’atténue (+1,5 % d'avril 2023 à avril 2024 après +2,7 %), notamment pour le pain et les céréales (+1,3 % après +2,5 %), la viande (+0,5 % après +1,5 %), le lait, le fromage et les œufs (+1,4 % après +2,7 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+2,5 % après +3,9 %) et les boissons alcoolisées (+2,0 % après +3,0 %) et non alcoolisées (+2,7 % après +4,1 %). À l’inverse, les prix des huiles et graisses accélèrent (+3,2 % après +3,0 %) tirés par les prix de l’huile d’olive. La diminution du prix des produits frais s’atténue (‑0,7 % d'avril 2023 à avril 2024 après ‑3,9 %), entraînée par le ralentissement de la baisse des prix des légumes frais, hors pommes de terre et autres tubercules (‑4,7 % après ‑11,8 %), par l'accélération des prix des fruits frais (+0,6 % après +0,4 %) et par le rebond des prix du poisson frais (+0,4 % après ‑0,8 %).

Les prix des produits manufacturés se replient légèrement sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,1 % en avril 2024, après +0,1 % en mars. Les prix des « autres produits manufacturés » se stabilisent sur un an (0,0 % après +0,4 %) sous l’effet conjugué de la baisse des prix des meubles et articles d’ameublement (‑0,3 % après +0,1 %), des biens d’équipement ménager non durables (‑0,1 % après +1,6 %), du ralentissement des prix des journaux, livres et articles de papeterie (+2,8 % après +3,2 %), des produits de nettoyage et d’entretien (+1,5 % après +3,4 %), de la verrerie, la vaisselle et les ustensiles de ménage (+0,5 % après +1,4 %), de la stabilisation des prix des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (0,0 % après +1,4 %) et de la baisse plus importante des prix des « autres petits articles de ménage non durables » (‑2,1 % après ‑0,8 %) et des gros appareils ménagers électriques ou non (‑2,9 % après ‑2,5 %). À l’inverse, les prix des automobiles neuves augmentent (+0,4 % après 0,0 %) et les prix des pièces de rechange et accessoires pour véhicules de tourisme (+2,9 % après +2,6 %) et des autres biens durables à fonction récréative et culturelle (+1,8 % après +1,3 %) accélèrent. Les prix des produits de santé diminuent à un rythme comparable au mois dernier (‑1,4 %). À l’inverse, les prix de l’habillement et des chaussures accélèrent (+0,7 % après +0,4 %).

Stabilité de l’inflation sur un an des prix des services

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en avril 2024, comme en mars. Les prix des services de transport ralentissent nettement sur un an (+0,6 % après +3,0 %), en raison du fort ralentissement des prix du transport aérien de passagers (‑0,1 % après +7,1 %) et de la baisse plus importante des prix du transport routier de passagers (‑3,0 % après ‑0,4 %). Alors que les prix des transports ferroviaires accélèrent sur un an (+6,2 % après +4,7 %). Les prix des services de communication diminuent plus fortement (‑6,6 % après ‑6,3 %) en raison des services de téléphone mobile (‑12,3 % après ‑11,5 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères (+2,8 % après +2,7 %) et des « autres services » (+4,2 % après +3,9 %) accélèrent, notamment ceux des assurances (+8,6 % après +5,5 %) et des services d’hébergement (+2,8 % après +1,3 %). Enfin, les prix des services de santé ralentissent légèrement sur un an (+1,4 % après +1,5 %).

Les prix de l’énergie accélèrent sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 3,8 % en avril 2024, après +3,4 % en mars. Cette accélération des prix de l’énergie sur un an s’explique par le ralentissement de la baisse des prix des produits pétroliers (‑0,7 % après ‑2,0 %), notamment ceux du gazole (‑0,8 % après ‑2,3 %) et de l’essence (‑0,9 % après ‑2,0 %). Les prix de l’électricité ralentissent (+19,2 % après +20,4 %), tandis que ceux du gaz continuent de baisser (‑13,6 % après ‑11,3 %). Enfin, les prix des combustibles solides baissent à un rythme moins soutenu qu’en mars (‑9,3 % après ‑11,0 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 avril 2024, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 03 2024

Évolution mensuelle : +0,2 % en mars ; variation sur un an : +2,3 %

En mars 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) ralentit sur un mois : +0,2 %, après +0,9 % en février. La hausse des prix s’explique par l’augmentation saisonnière des prix des produits manufacturés (+1,3 % après +0,5 %) et une légère augmentation de ceux du tabac (+0,4 % après +1,6 %). Sur un mois, les prix de l’alimentation et des services sont stables (après respectivement ‑0,3 % et +0,8 %). À l’inverse, les prix de l’énergie diminuent (‑0,7 % après +4,1 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation se replient de 0,4 % en mars 2024, après +0,5 % en février. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 2,3 % en mars 2024, après +3,0 % en février. Cette baisse de l’inflation résulte du ralentissement sur un an des prix de l’alimentation (+1,7 % après +3,6 %), des services (+3,0 % après +3,2 %), de l’énergie (+3,4 % après +4,3 %), et des produits manufacturés (+0,1 % après +0,4 %). Les prix du tabac ralentissent fortement (+10,7 % après +18,7 %) du fait de la sortie du glissement annuel de la forte hausse intervenue en mars 2023.

L’inflation sous-jacente recule sur un an

L’inflation sous-jacente diminue de nouveau sur un an à +2,2 % en mars 2024, après +2,6 % en février. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) ralentit sur un mois (+0,2 % après +0,9 % en février) ; sur un an, il augmente de 2,4 % en mars 2024, après +3,2 % le mois précédent.

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 1,7 % en mars 2024, après +3,6 % en février. Ils ralentissent ainsi pour le douzième mois consécutif. La hausse des prix de l’alimentation hors produits frais s’atténue (+2,7 % après +4,1 %), notamment pour le pain et les céréales (+2,5 % après +4,2 %), la viande (+1,5 % après +2,3 %), le lait, le fromage et les œufs (+2,7 % après +4,8 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+3,9 % après +5,8 %) et les boissons alcoolisées (+3,0 % après +4,1 %) et non alcoolisées (+4,1 % après +5,7 %). Les prix des huiles et graisses augmentent au même rythme que le mois précédent (+3,0 %). Les prix des produits frais se replient (‑3,9 % après +0,4 %), tirés à la baisse par ceux des légumes frais (‑11,8 % après ‑3,8 %). Ce repli des prix des légumes frais sur un an s’explique à la fois par une nette baisse des prix sur un mois, mais également par un « effet de base » (les prix avaient fortement augmenté entre février et mars 2023). Les prix des fruits frais ralentissent sur un an (+0,4 % après +1,7 %), et ceux du poisson frais se replient (‑0,8 % après +2,9 %).

Léger ralentissement sur un an des prix des services

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en mars 2024, après +3,2 % en février. Ce léger ralentissement est lié aux prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères (+2,7 % après +2,9 %), des services de santé (+1,5 % après +1,6 %) et des « autres services » (+3,9 % après +4,0 %), notamment ceux de la restauration (+3,8 % après +4,1 %), des assurances (+5,5 % après +8,0 %), de l’entretien et de la réparation de véhicules particuliers (+5,8 % après +6,2 %) et des services d’hébergement (+1,3 % après +2,2 %). Les prix de la protection sociale augmentent au même rythme que le mois précédent (+4,0 %). À l’inverse, ils accélèrent pour les services récréatifs et culturels (+5,9 % après +3,2 %) et d'entretien et de réparation du logement (+2,8 % après +2,7 %). La baisse des prix des services de communication se renforce (‑6,3 % après ‑4,1 %). À l’inverse, les prix des transports accélèrent légèrement (+3,0 % après +2,8 %) notamment ceux des transports aériens (+7,1 % après +6,0 %) et ferroviaires (+4,7 % après +2,8 %), tandis que ceux du transport routier se replient sur un an (‑0,4 % après +0,8 %).

Les prix de l’énergie ralentissent sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 3,4 % en mars 2024, après +4,3 % en février. Ce ralentissement des prix de l’énergie sur un an s’explique par la baisse des prix du gaz (‑11,3 % après ‑7,6 %) et le ralentissement de ceux de l’électricité (+20,4 % après +23,1 %). À l’inverse, les prix des produits pétroliers diminuent à un rythme moins soutenu que le mois précédent (‑2,0 % après ‑2,3 %). La baisse provient à la fois des prix de l’essence (‑2,0 % après ‑3,1 %), du gazole (‑2,3 % après ‑2,0 %) et de ceux des combustibles liquides (‑3,2 % après ‑2,1 %). Enfin, les prix des combustibles solides baissent à un rythme moins soutenu qu’en février (‑11,0 % après ‑12,1 %).

Les prix des produits manufacturés ralentissent de nouveau sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 0,1 % en mars 2024, après +0,4 % en février. Ils ralentissent ainsi pour le neuvième mois consécutif. Les prix de l’habillement et des chaussures augmentent moins vite qu’en février (+0,4 % après +0,9 %) et ceux des produits de santé diminuent à un rythme comparable au mois dernier (‑1,4 % après ‑1,3 %). Les prix des « autres produits manufacturés » (+0,4 % après +0,7 %) ralentissent aussi, notamment les journaux, livres et articles de papeterie (+3,2 % après +3,6 %), la verrerie, la vaisselle et les ustensiles de ménage (+1,4 % après +2,4 %) et les équipements de sport (+1,2 % après +2,1 %), tandis que ceux des prix des gros appareils ménagers (‑2,5 % après ‑2,4 %) et des jeux, jouets et passe-temps (‑3,8 % après ‑3,7 %) baissent à un rythme légèrement plus soutenu qu’en février. À l’inverse, les prix des biens d’équipement ménager non durables accélèrent légèrement sur un an (+1,6 % après +1,5 %), ceux des véhicules diminuent à un rythme moins soutenu (‑0,3 % après ‑0,4 %) et ceux des meubles et articles d’ameublement remontent un peu (+0,1 % après ‑0,2 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 29 mars 2024, les évolutions mensuelle et annuelle de l’IPC sont confirmées. L’évolution mensuelle de l’IPCH est révisée à la baisse de 0,1 point ; son évolution annuelle est confirmée.

Commentaire du 01 02 2024

Évolution mensuelle : +0,9 % en février ; variation sur un an : +3,0 %

En février 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) rebondit nettement sur un mois : +0,9 %, après ‑0,2 % en janvier. Ce rebond s’explique notamment par la forte accélération des prix de l’énergie (+4,1 % après +0,1 %), tirés par les prix de l’électricité (+9,3 % après +0,4 %) et des produits pétroliers (+3,5 % après ‑0,9 %). Sur un mois, les prix des services accélèrent également (+0,8 % après +0,1 %) et ceux des produits manufacturés rebondissent partiellement (+0,5 % après ‑1,7 %). À l’inverse, les prix du tabac ralentissent (+1,6 % après +6,5 %) et ceux de l’alimentation se replient (‑0,3 % après +0,2 %) du fait de la forte baisse du prix des produits frais. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,5 % en février 2024, après avoir été stables en janvier. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 3,0 % en février 2024, après +3,1 % en janvier. L’inflation annuelle diminue ainsi légèrement en février 2024, malgré la forte augmentation des prix sur un mois, en raison notamment d’« effets de base » (les prix avaient plus fortement augmenté sur un mois en février 2023 : ils étaient notamment en hausse de 1,7 % dans l’alimentation et de 0,8 % pour les produits manufacturés). Ceux des services augmentent au même rythme qu’au mois précédent (+3,2 %). À l’inverse, les prix accélèrent nettement pour l’énergie (+4,3 % après +1,9 %) et le tabac (+18,7 % après +16,8 %).

L’inflation sous-jacente recule sur un an

L’inflation sous-jacente diminue de nouveau sur un an à +2,6 % en février 2024, après +3,0 % en janvier. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) rebondit nettement sur un mois (+0,9 % après ‑0,2 % en janvier) ; sur un an, il augmente de 3,2 % en février 2024, après +3,4 % le mois précédent.

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 3,6 % en février 2024, après +5,7 % en janvier. Ils ralentissent ainsi pour le onzième mois consécutif. La hausse des prix de l’alimentation hors produits frais s’atténue (+4,1 % après +5,3 %), notamment pour le pain et les céréales (+4,2 % après +5,5 %), la viande (+2,3 % après +3,1 %), le lait, le fromage et les œufs (+4,8 % après +6,3 %), les huiles et graisses (+3,0 % après +3,7 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+5,8 % après +8,1 %) et les boissons alcoolisées (+4,1 % après +4,9 %) et non alcoolisées (+5,7 % après +6,8 %). Les prix des produits frais ralentissent nettement (+0,4 % après +7,9 %), tirés à la baisse par ceux des légumes frais (‑3,8 % après +14,2 %). Ce repli des prix des légumes frais sur un an s’explique à la fois par une nette baisse des prix sur un mois, mais également par un « effet de base » (les prix avaient fortement augmenté entre janvier et février 2023). Les prix des fruits frais ralentissent sur un an (+1,7 % en février 2024 après +4,5 %), alors que ceux du poisson frais rebondissent (+2,9 % après ‑0,9 %).

Les prix des produits manufacturés ralentissent de nouveau sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 0,4 % en février 2024, après +0,7 % en janvier. Ils ralentissent ainsi pour le huitième mois consécutif. Les prix des « autres produits manufacturés » décélèrent (+0,7 % sur un an après +1,1 %), notamment ceux des biens d’équipement ménager non durables (+1,5 % après +2,9 %) et de la verrerie, de la vaisselle et des ustensiles de ménage (+2,4 % après +3,1 %). Les prix se replient pour les meubles et articles d’ameublement (‑0,2 % après +0,5 %), tandis qu’ils baissent de façon plus marquée pour les gros appareils ménagers (‑2,4 % après ‑2,0 %) et les jeux, jouets et passe-temps (‑3,7 % après ‑3,0 %). À l’inverse, les prix des véhicules baissent de façon moins marquée que le mois précédent (‑0,4 % sur un an après ‑0,6 %). Les prix de l’habillement et des chaussures accélèrent sur un an (+0,9 % après +0,4 %). Ceux des produits de santé diminuent à un rythme un peu plus soutenu que le mois précédent (‑1,3 % sur un an après ‑0,9 %).

Les prix des services augmentent sur un an au même rythme qu’au mois précédent

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,2 % en février 2024, comme en janvier. Les prix des transports ralentissent (+2,8 % après +3,8 %), notamment ceux des transports aériens (+6,0 % après +8,7 %), ferroviaires (+2,8 % après +4,0 %) et routiers (+0,8 % après +1,1 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent légèrement (+2,9 % après +3,0 %). Les prix des « autres services » décélèrent également (+4,0 % après +4,1 %), notamment ceux de la restauration (+4,1 % après +4,5 %) et de l’entretien et de la réparation des logements (+2,7 % après +3,2 %), tandis qu’à l’inverse, ils accélèrent pour la protection sociale (+4,0 % après +3,6 %), les assurances (+8,0 % après +7,4 %) et les services d’hébergement (+2,2 % après +2,1 %). Les prix des services de santé accélèrent (+1,6 % après +1,1 %). Enfin, la baisse des prix des services de communication s’atténue (‑4,1 % après ‑5,0 %).

Les prix de l’énergie accélèrent fortement sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 4,3 % en février 2024, après +1,9 % en janvier. Cette accélération des prix de l’énergie sur un an s’explique à la fois par une nette hausse des prix sur un mois, mais également par un « effet de base » (les prix avaient augmenté à un rythme plus faible entre janvier et février 2023). Les prix des produits pétroliers diminuent à un rythme moins soutenu que le mois précédent (‑2,3 % sur un an après ‑6,7 %), notamment pour le gazole (‑2,0 % après ‑8,7 %), l’essence (‑3,1 % après ‑3,6 %) et les combustibles liquides (‑2,1 % après ‑9,9 %). Les prix de l’électricité augmentent de nouveau fortement (+23,1 % après +23,2 %) : la hausse de prix sur un mois en février 2024 (+9,3 %) liée au rétablissement partiel des taxes est d’ampleur sensiblement équivalente à celle survenue sur les tarifs réglementés un an plus tôt. Enfin, les prix baissent à un rythme plus soutenu qu’en janvier pour le gaz (‑7,6 % sur un an après ‑2,6 %) et les combustibles solides (‑12,1 % après ‑11,4 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 29 février 2024, l’évolution mensuelle de l’IPCH est confirmée ; son évolution annuelle est révisée à la hausse de 0,1 point. Les évolutions mensuelle et annuelle de l’IPC sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 01 2024

Évolution mensuelle : ‑0,2 % en janvier ; variation sur un an : +3,1 %

En janvier 2024, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie légèrement sur un mois : ‑0,2 %, après +0,1 % en décembre. Cette diminution est entièrement portée par la baisse des prix des produits manufacturés (‑1,7 % après ‑0,3 %), essentiellement ceux de l’habillement et des chaussures (‑9,2 % après ‑0,3 %). À l’inverse, les prix augmentent pour le tabac (+6,5 % après 0,0 %), l’alimentation (+0,2 % après 0,0 %), l’énergie (+0,1 % après ‑1,2 %) et les services (+0,1 % après +0,6 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables en janvier 2024, après +0,3 % en décembre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 3,1 % en janvier 2024, après +3,7 % en décembre. Cette baisse de l’inflation résulte du ralentissement sur un an des prix de l’énergie (+1,9 % après +5,7 %), de l’alimentation (+5,7 % après +7,2 %) et des produits manufacturés (+0,7 % après +1,4 %). À l’inverse, ceux des services accélèrent légèrement (+3,2 % après +3,1 %).

L’inflation sous-jacente recule sur un an

L’inflation sous-jacente diminue de nouveau sur un an à +3,0 % en janvier 2024, après +3,4 % en décembre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie sur un mois (‑0,2 % après +0,1 % en décembre) ; sur un an, il augmente de 3,4 % en janvier 2024, après +4,1 % le mois précédent.

Les prix de l’énergie ralentissent fortement sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 1,9 % en janvier 2024, après +5,7 % en décembre. Les prix des produits pétroliers se replient nettement (‑6,7 % après +0,5 %), en raison d’effets de base (les prix avaient beaucoup augmenté, sur un mois, en janvier 2023). Sur un an, les prix se replient de façon marquée pour l’essence (‑3,6 % après +6,8 %), et ils baissent à un rythme plus soutenu pour le gazole (‑8,7 % après ‑1,1 %) et les combustibles liquides (‑9,9 % après ‑8,8 %). Les prix du gaz se replient également (‑2,6 % après +0,9 %), alors que ceux de l’électricité accélèrent de nouveau (+23,2 % après +18,9 %). Enfin, la baisse des prix des combustibles solides s’atténue légèrement (‑11,4 % après ‑12,4 %).

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 5,7 % en janvier 2024, après +7,2 % en décembre. Ils ralentissent ainsi pour le dixième mois consécutif. La hausse des prix de l’alimentation hors produits frais s’atténue (+5,3 % après +6,9 %), notamment pour le pain et les céréales (+5,5 % après +7,5 %), la viande (+3,1 % après +4,6 %), le lait, le fromage et les œufs (+6,3 % après +8,4 %), les huiles et graisses (+3,7 % après +4,1 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+8,1 % après +10,5 %) et les boissons alcoolisées (+4,9 % après +5,5 %) et non alcoolisées (+6,8 % après +7,9 %). Les prix des produits frais ralentissent également (+7,9 % après +8,8 %) : ceux des fruits frais décélèrent (+4,5 % après +7,6 %) et ceux du poisson frais diminuent plus que le mois précédent (‑0,9 % après ‑0,6 %) ; à l’inverse, les prix des légumes frais accélèrent légèrement sur un an (+14,2 % après +13,5 %).

Les prix des produits manufacturés ralentissent encore sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 0,7 % en janvier 2024, après +1,4 % en décembre. Les prix des « autres produits manufacturés » ralentissent (+1,1 % après +2,0 %), notamment ceux des biens d’équipement ménager non durables (+2,9 % après +5,1 %), de la verrerie, de la vaisselle et des ustensiles de ménage (+3,1 % après +5,2 %) et des meubles et articles d’ameublement (+0,5 % après +2,3 %) ; ceux des véhicules se replient (‑0,6 % après +0,3 %), tandis que les prix baissent de façon plus marquée pour les gros appareils ménagers (‑2,0 % après ‑1,2 %) et les jeux, jouets et passe-temps (‑3,0 % après ‑2,5 %). Les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent de nouveau (+0,4 % après +1,1 %). Ceux des produits de santé diminuent au même rythme que le mois précédent (‑0,9 %).

Les prix des services accélèrent légèrement sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,2 % en janvier 2024 après +3,1 % en décembre. Les prix des transports accélèrent (+3,8 % après +2,1 %), notamment ceux des transports ferroviaires (+4,0 % après +1,0 %) et aériens (+8,7 % après 0,0 %), tandis que ceux des transports routiers ralentissent (+1,1 % après +4,2 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent de nouveau (+3,0 % après +2,8 %), ainsi que ceux des services de santé (+1,1 % après +0,6 %), tandis que la baisse des prix des services de communication s’accentue (‑5,0 % après ‑3,1 %). Les prix des « autres services » ralentissent quant à eux légèrement (+4,1 % après +4,2 %), à l’image de ceux de la restauration (+4,5 % après +4,7 %), de la protection sociale (+3,6 % après +4,3 %) et de l’entretien et de la réparation des logements (+3,2 % après +4,3 %), tandis qu’à l’inverse, ils accélèrent pour les assurances (+7,4 % après +3,9 %) et les services d’hébergement (+2,1 % après +1,6 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 janvier 2024, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 12 2023

Évolution mensuelle : +0,1 % en décembre ; variation sur un an : +3,7 %

En décembre 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) rebondit légèrement sur un mois : +0,1 %, après ‑0,2 % en novembre. Cette hausse est essentiellement portée par le rebond des prix des services (+0,6 % après ‑0,3 %), notamment ceux des transports (+6,0 % après ‑5,9 %). Les prix de l’alimentation et du tabac sont stables sur un mois (après respectivement +0,4 % et 0,0 % en novembre). Les prix des produits manufacturés baissent (‑0,3 % après 0,0 %), ainsi que ceux de l’énergie (‑1,2 % après ‑1,1 %), notamment ceux des produits pétroliers (‑3,4 % après ‑2,8 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % en décembre 2023, après ‑0,1 % en novembre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 3,7 % en décembre 2023, après +3,5 % en novembre. Cette hausse de l’inflation résulte de l’accélération sur un an des prix de l’énergie (+5,7 % après +3,1 %) et des services (+3,1 % après +2,8 %), tandis que ceux des produits manufacturés (+1,4 % après +1,9 %) et de l’alimentation (+7,2 % après +7,7 %) ralentissent.

Léger recul de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue de nouveau sur un an à +3,4 % en décembre 2023, après +3,6 % en novembre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) rebondit légèrement sur un mois (+0,1 % après ‑0,2 % en novembre) ; sur un an, il augmente de 4,1 % en décembre 2023, après +3,9 % le mois précédent.

Accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 5,7 % en décembre 2023, après +3,1 % en novembre. Les prix des produits pétroliers rebondissent légèrement (+0,5 % après ‑1,4 %), en raison d’effets de base (la baisse des prix sur un mois observée en décembre 2023 étant moins forte que celle, particulièrement marquée, observée en décembre 2022). Sur un an, les prix diminuent moins que le mois précédent pour le gazole (‑1,1 % après ‑2,5 %) et les combustibles liquides (‑8,8 % après ‑15,1 %), tandis qu’ils augmentent à un rythme moins soutenu pour l’essence (+6,8 % après +7,5 %). Les prix du gaz rebondissent modérément (+0,9 % après ‑3,7 %), et ceux de l’électricité accélèrent (+18,9 % après +16,1 %). Enfin, la baisse des prix des combustibles solides s’atténue légèrement (‑12,4 % après ‑12,9 %).

Accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,1 % en décembre 2023, après +2,8 % en novembre. Les prix des transports rebondissent (+2,1 % après ‑1,4 %), notamment ceux des transports routiers (+4,2 % après ‑1,4 %), tandis que ceux des transports ferroviaires ralentissent (+1,0 % après +3,6 %) et que ceux des transports aériens sont stables sur un an (après +0,1 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent (+2,8 % après +2,6 %), ainsi que ceux des services de santé (+0,6 % après +0,4 %), tandis que la baisse de ceux des services de communication s’atténue (‑3,1 % après ‑4,8 %). À l’inverse, les prix des « autres services » ralentissent un peu (+4,2 % après +4,3 %), à l’image de ceux de l’hébergement (+1,6 % après +3,4 %), de la restauration (+4,7 % après +4,8 %), de la protection sociale (+4,3 % après +4,5 %) et de l’entretien et de la réparation des logements (+4,3 % après +4,5 %) et des véhicules particuliers (+7,0 % après +7,1 %), tandis qu’ils accélèrent pour les assurances (+3,9 % après +3,5 %).

Nouveau ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 1,4 % en décembre 2023, après +1,9 % en novembre. Les prix des « autres produits manufacturés » ralentissent (+2,0 % après +2,5 %), notamment ceux des véhicules (+0,3 % après +1,0 %), des biens d’équipement ménager non durables (+5,1 % après +6,7 %), de la verrerie, de la vaisselle et des ustensiles de ménage (+5,2 % après +5,7 %) et des meubles et articles d’ameublement (+2,3 % après +2,7 %), tandis que la baisse des prix des gros appareils ménagers s’accentue un peu (‑1,2 % après ‑1,0 %). À l’inverse, la baisse des prix des jeux, jouets et passe-temps s’atténue (‑2,5 % après ‑2,8 %). Les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent (+1,1 % après +1,8 %). Ceux des produits de santé diminuent à un rythme un peu plus soutenu que le mois précédent (‑0,9 % après ‑0,8 %).

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 7,2 % en décembre 2023, après +7,7 % en novembre. Ils ralentissent ainsi pour le neuvième mois consécutif. La hausse des prix sur un an de l’alimentation hors produits frais s’atténue (+6,9 % après +7,9 %), notamment pour le pain et les céréales (+7,5 % après +8,5 %), la viande (+4,6 % après +5,5 %), le lait, le fromage et les œufs (+8,4 % après +9,8 %), les huiles et graisses (+4,1 % après +5,2 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+10,5 % après +11,4 %), et les boissons alcoolisées (+5,5 % après +6,0 %) et non alcoolisées (+7,9 % après +8,6 %). À l’inverse, les prix des produits frais accélèrent sur un an (+8,8 % après +6,6 %), notamment ceux des fruits frais (+7,6 % après +5,2 %) et des légumes frais (+13,5 % après +8,4 %), tandis que ceux du poisson frais se replient légèrement sur un an (‑0,6 % après +3,1 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 4 janvier 2024, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées (après arrondi).

Commentaire du 01 11 2023

Évolution mensuelle : ‑0,2 % en novembre ; variation sur un an : +3,5 %

En novembre 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie légèrement sur un mois : ‑0,2 %, après +0,1 % en octobre. Cette baisse est principalement due au repli des prix des services (‑0,3 % après +0,3 %), notamment ceux des transports (‑5,9 % après +4,1 %). Les prix de l’énergie baissent de nouveau sur un mois (‑1,1 % après ‑0,5 %), notamment ceux des produits pétroliers (‑2,8 % après ‑1,7 %). Les prix des produits manufacturés sont stables (0,0 % après +0,2 %). Les prix de l’alimentation augmentent quant à eux sur un mois (+0,4 % après 0,0 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,1 % en novembre 2023, comme en octobre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 3,5 % en novembre 2023, après +4,0 % en octobre. Cette baisse de l’inflation résulte du ralentissement sur un an des prix de l’énergie (+3,1 % après +5,2 %), des services (+2,8 % après +3,2 %), des produits manufacturés (+1,9 % après +2,2 %) et, dans une moindre mesure, de l’alimentation (+7,7 % après +7,8 %) et du tabac (+9,8 % après +9,9 %).

Recul de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue de nouveau sur un an à +3,6 % en novembre 2023, après +4,2 % en octobre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie sur un mois (‑0,2 % après +0,2 % en octobre) ; sur un an, il augmente de 3,9 % en novembre 2023, après +4,5 % le mois précédent.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 3,1 % en novembre 2023, après +5,2 % en octobre. Les prix des produits pétroliers se replient (‑1,4 % après +1,8 %) : ceux du gazole baissent (‑2,5 % après +1,6 %) et ceux de l’essence décélèrent de nouveau (+7,5 % après +13,5 %), tandis que ceux des combustibles liquides diminuent de façon moins marquée qu’au mois précédent (‑15,1 % après ‑16,2 %). Par ailleurs, la baisse des prix des combustibles solides s’accentue (‑12,9 % après ‑8,4 %). Les prix de l’électricité ralentissent sur un an (+16,1 % après +18,5 %) tandis que ceux du gaz diminuent à un rythme plus modéré (‑3,7 % après ‑5,5 %).

Ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 2,8 % en novembre 2023, après +3,2 % en octobre. Les prix des transports se replient (‑1,4 % après +5,4 %), tirés à la baisse par le repli des prix du transport routier (‑1,4 % après +5,2 %) tandis que de ceux des transports ferroviaires (+3,6 % après +9,2 %) et aériens (+0,1 % après +4,5 %) ralentissent fortement. Les prix des « autres services » augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+4,3 % après +4,4 %), notamment ceux de la protection sociale (+4,5 % après +4,5 %), de la restauration (+4,8 % après +4,9 %), de l’entretien et réparation du logement (+4,7 % après +4,6 %) et de véhicules particuliers (+7,1 % après +7,2 %). Les prix ralentissent pour les assurances (+3,5 % après +4,9 %) et les services d’hébergement (+3,4 % après +7,2 %). À l’inverse, ceux des services récréatifs et culturels rebondissent (+3,6 % après ‑0,7 %). Sur un an, les prix des services de communication baissent à un rythme proche de celui du mois précédent (‑4,8 % après ‑4,7 %) et ceux des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent légèrement (+2,6 % après +2,7 %). Les prix des services de santé rebondissent (+0,4 % après ‑0,4 %), en lien avec la hausse des tarifs des consultations (+1,50 € au 1er novembre en France métropolitaine et +1,80 € dans les DOM).

Nouveau ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 1,9 % en novembre 2023, après +2,2 % en octobre. Les prix des « autres produits manufacturés » ralentissent (+2,5 % après +3,0 %), notamment ceux des véhicules (+1,0 % après +1,5 %), des biens d’équipement ménager non durables (+6,7 % après +9,1 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+3,9 % après +4,8 %), des meubles et articles d’ameublement (+2,7 % après +3,2 %) et de la verrerie, de la vaisselle et des ustensiles de ménage (+5,7 % après +6,4 %), tandis que la baisse des prix sur un an s’accentue pour les gros appareils ménagers (‑1,0 % après ‑0,5 %) et les jeux, jouets et passe-temps (‑2,8 % après ‑2,3 %). À l’inverse, les prix accélèrent pour les équipements de sport (+3,3 % après +2,9 %). Les prix de l’habillement et des chaussures augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+1,8 % après +1,9 %). Enfin, ceux des produits de santé diminuent sur un an un peu moins qu’au mois précédent (‑0,8 % après ‑0,9 %).

Poursuite du ralentissement sur un an des prix de l’alimentation

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 7,7 % en novembre 2023, après +7,8 % en octobre. Ils ralentissent ainsi pour le huitième mois consécutif. Hors produits frais, ils décélèrent (+7,9 %, après +9,1 %), notamment pour le pain et les céréales (+8,5 % après +9,4 %), la viande (+5,5 % après +6,8 %), le lait, le fromage et les œufs (+9,8 % après +11,2 %), les huiles et graisses (+5,2 % après +5,8 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+11,4 % après +12,6 %) et les boissons alcoolisées (+6,0 % après +6,5 %) et non alcoolisées (+8,6 % après +9,9 %). Les prix des produits frais accélèrent quant à eux fortement en novembre 2023 (+6,6 %, après +1,1 %), tirés par le rebond important des prix des légumes frais (+8,4 % après ‑5,8 %) et, dans une moindre mesure, par l’accélération des prix des fruits frais (+5,2 % après +4,7 %) et du poisson frais (+3,1 % après +1,5 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 novembre 2023, l’évolution annuelle de l’IPC est révisée à la hausse 0,1 point, son évolution mensuelle est confirmée. Les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPCH sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 10 2023

Évolution mensuelle : +0,1 % en octobre ; variation sur un an : +4,0 %

En octobre 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) rebondit légèrement sur un mois : +0,1 %, après ‑0,5 % en septembre. Cette hausse est principalement due au rebond des prix des services (+0,3 % après ‑1,6 %), notamment ceux des transports (+4,1 % après ‑11,6 %). Les prix des produits manufacturés ralentissent (+0,2 % après +0,7 %). Ceux de l’énergie se replient sur un mois (‑0,5 % après +2,0 %), notamment ceux des produits pétroliers (‑1,7 % après +3,2 %). Les prix de l’alimentation sont stables sur un mois (+0,0 % après ‑0,3 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,1 % en octobre 2023, après +0,3 % en septembre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 4,0 % en octobre 2023, après +4,9 % en septembre. Cette baisse de l’inflation résulte du fort ralentissement sur un an des prix de l’énergie (+5,2 % après +11,9 %) et de la poursuite du ralentissement des prix de l’alimentation (+7,8 % après +9,7 %) et des produits manufacturés (+2,2 % après +2,8 %). Les prix des services accélèrent quant à eux (+3,2 % après +2,9 %). L’inflation du tabac est stable par rapport au mois précédent (à +9,9 %).

Recul de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue sur un an à +4,2 % en octobre 2023, après +4,6 % en septembre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) rebondit sur un mois (+0,2 % après ‑0,6 % en septembre) ; sur un an, il augmente de 4,5 % en octobre 2023, après +5,7 % le mois précédent.

Fort ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 5,2 % en octobre 2023, après +11,9 % en septembre. Les prix du gaz se replient sur un an (‑5,5 % après +7,6 %), ainsi que ceux des combustibles solides (‑8,4 % après +6,1 %), principalement du fait d’effets de base (ils avaient fortement augmenté en octobre 2022). Les prix des produits pétroliers ralentissent fortement (+1,8 % après +10,7 %), en partie en raison d’effets similaires : ils décélèrent pour l’essence (+13,5 % après +25,9 %) et le gazole (+1,6 % après +10,0 %), tandis qu’ils diminuent de façon plus marquée pour les combustibles liquides (‑16,2 % après ‑10,5 %). À l’inverse, les prix de l’électricité accélèrent sur un an (+18,5 % après +16,1 %).

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 7,8 % en octobre 2023, après +9,7 % en septembre. Ils ralentissent ainsi pour le septième mois consécutif. Hors produits frais, la hausse sur un an des prix de l’alimentation s’atténue (+9,1 %, après +10,6 %), notamment pour le pain et les céréales (+9,4 % après +10,9 %), la viande (+6,8 % après +8,3 %), le lait, le fromage et les œufs (+11,2 % après +13,5 %), les huiles et graisses (+5,8 % après +7,8 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+12,6 % après +14,0 %), les boissons alcoolisées (+6,5 % après +7,3 %) et non alcoolisées (+9,9 % après +11,1 %). Les prix des produits frais augmentent à un rythme beaucoup moins soutenu en octobre 2023 (+1,1 %, après +4,5 %), ralentis par le repli des prix des légumes frais (‑5,8 % après +3,2 %), tandis que les prix des fruits frais (+4,7 % après +4,2 %) et du poisson frais (+1,5 % après +0,1 %) accélèrent.

Ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 2,2 % en octobre 2023, après +2,8 % en septembre. Les prix des « autres produits manufacturés » ralentissent (+3,0 % après +3,8 %), notamment ceux des véhicules (+1,5 % après +2,6 %), des biens d’équipement ménager non durables (+9,1 % après +12,2 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+4,8 % après +5,3 %), des meubles et articles d’ameublement (+3,2 % après +3,8 %) et de la verrerie, de la vaisselle et des ustensiles de ménage (+6,4 % après +7,6 %), tandis que ceux des gros appareils ménagers se replient sur un an (‑0,5 % après +0,5 %). À l’inverse, les prix accélèrent pour les équipements de sport (+2,9 % après +2,5 %) et ceux des jeux, jouets et passe-temps diminuent un peu moins que le mois précédent (‑2,3 % après ‑2,4 %). Les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent (+1,9 % après +2,5 %). Enfin, ceux des produits de santé diminuent sur un an au même rythme que le mois précédent (‑0,9 %).

Les prix des services accélèrent sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,2 % en octobre 2023, après +2,9 % en septembre. Les prix des transports accélèrent (+5,4 % après +4,9 %), portés par ceux des transports ferroviaires (+9,2 % après +6,8 %), tandis qu’ils ralentissent pour les transports aériens (+4,5 % après +6,6 %) et routiers (+5,2 % après +6,1 %). Les prix des « autres services » accélèrent de nouveau (+4,4 % après +4,1 %), notamment ceux de la protection sociale (+4,5 % après +4,3 %) et des services d’hébergement (+7,2 % après +7,1 %), tandis que la baisse des prix des services récréatifs et culturels s’atténue (‑0,7 % après ‑3,9 %). À l’inverse, les prix ralentissent légèrement pour les assurances (+4,9 % après +5,0 %) et l’entretien et la réparation du logement (+4,6 % après +4,7 %). Sur un an, les prix des services de communication diminuent moins que le mois précédent (‑4,7 % après ‑6,8 %). Ceux des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent de nouveau (+2,7 % après +2,9 %). Enfin, les prix des services de santé diminuent sur un an à un rythme proche de celui du mois précédent (‑0,4 % après ‑0,3 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 octobre 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 09 2023

Évolution mensuelle : ‑0,5 % en septembre ; variation sur un an : +4,9 %

En septembre 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie de 0,5 % sur un mois, après +1,0 % en août. Ce recul est principalement dû au net repli des prix des services (‑1,6 % après +0,1 %), du fait de la baisse saisonnière de ceux des transports (‑11,6 % après ‑3,9 %) et des services d’hébergement (‑15,8 % après +4,6 %). Les prix de l’alimentation se replient également, dans une moindre mesure (‑0,3 % après +0,3 %). Les prix de l’énergie ralentissent sur un mois (+2,0 % après +6,6 %), notamment ceux des produits pétroliers (+3,2 % après +7,0 %) et de l’électricité (+1,1 % après +8,0 %), tout comme ceux des produits manufacturés (+0,7 % après +1,5 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent sur un mois de 0,3 % en septembre 2023, après +0,8 % en août. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 4,9 % en septembre 2023, comme en août. Cette stabilité de l’inflation résulte d’une forte accélération des prix de l’énergie sur un an (+11,9 % après +6,8 %), contrebalancée par le ralentissement des prix de l’alimentation (+9,7 % après +11,2 %), des services (+2,9 % après +3,0 %) et des produits manufacturés (+2,8 % après +3,1 %). L’inflation du tabac est stable par rapport au mois précédent (+9,9 %).

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente est stable sur un an à +4,6 % en septembre 2023. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie de 0,6 % sur un mois, après +1,1 % en août ; sur un an, il augmente de 5,7 % en septembre 2023, comme en août.

Forte accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 11,9 % en septembre 2023, après +6,8 % en août. Cette accélération est due au net rebond des prix des produits pétroliers (+10,7 % après ‑0,3 %) : ceux de l’essence accélèrent (+25,9 % après +7,0 %), ceux du gazole rebondissent (+10,0 % après ‑1,8 %) et la baisse de ceux des combustibles liquides s’atténue (‑10,5 % après ‑12,7 %). Les prix de l’électricité ralentissent un peu sur un an, après la forte hausse du mois précédent (+16,1 %, après +18,0 % en août et +9,4 % en juillet). Les prix du gaz augmentent au même rythme que le mois précédent (+7,6 %) et ceux des combustibles solides ralentissent de nouveau (+6,1 % après +14,7 %).

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Les prix de l’alimentation se replient sur un mois en septembre 2023 (‑0,3 % après +0,3 %) pour la première fois depuis octobre 2021. Sur un an, ils ralentissent pour le sixième mois consécutif (+9,7 % en septembre 2023, après +11,2 % en août). Hors produits frais, la hausse sur un an des prix de l’alimentation s’atténue (+10,6 %, après +11,5 %), notamment pour le pain et les céréales (+10,9 % après +11,6 %), la viande (+8,3 % après +9,0 %), le lait, le fromage et les œufs (+13,5 % après +15,1 %), les huiles et graisses (+7,8 % après +9,8 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+14,0 % après +15,0 %), les boissons alcoolisées (+7,3 % après +7,7 %) et non alcoolisées (+11,1 % après +12,0 %). Les prix des produits frais augmentent quant à eux en septembre 2023 à un rythme beaucoup moins soutenu qu’au mois précédent (+4,5 %, après +9,4 % en août), du fait du ralentissement de ceux des pommes de terres fraîches ou de conservation (+20,4 % après +22,8 %), des légumes frais (+3,2 % après +13,2 %), des fruits frais (+4,2 % après +6,5 %) et du poisson frais (+0,1 % après +1,7 %).

Les prix des services ralentissent de nouveau sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 2,9 % en septembre 2023, après +3,0 % en août. Ceux des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent de nouveau (+2,9 % après +3,0 %), et la baisse de ceux des services de communication s’accentue (‑6,8 % après ‑6,1 %). À l’inverse, les prix des transports accélèrent (+4,9 % après +4,8 %), notamment ceux des transports aériens (+6,7 % après +2,3 %), ferroviaires (+6,8 % après +4,9 %) et routiers (+6,1 % après +3,7 %), tandis que ceux des transports combinés ralentissent (+8,1 % après +8,2 %). Les prix des « autres services » accélèrent (+4,1 % après +3,8 %), notamment ceux des services d’hébergement (+7,1 % après +2,1 %), des assurances (+5,0 % après +4,2 %) et de la protection sociale (+4,3 % après +4,2 %), tandis que la baisse de ceux des services récréatifs et culturels s’atténue (‑3,9 % après ‑5,8 %) ; à l’inverse, ils ralentissent pour la restauration (+4,9 % après +5,2 %) et l’entretien et la réparation du logement (+4,7 % après +5,0 %). Enfin, les prix des services de santé diminuent à un rythme proche de celui du mois précédent (‑0,3 % après ‑0,4 %).

Léger ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 2,8 % en septembre 2023, après +3,1 % en août. Les prix des « autres produits manufacturés » ralentissent (+3,8 % après +4,3 %), notamment ceux des gros appareils ménagers (+0,5 % après +1,1 %), des biens d’équipement ménager non durables (+12,2 % après +13,2 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+5,3 % après +6,3 %), des véhicules (+2,6 % après +2,8 %) et des équipements de sport (+2,5 % après +3,4 %), tandis que ceux des jeux, jouets et passe-temps diminuent davantage que le mois précédent (‑2,4 % après ‑1,3 %). À l’inverse, les prix accélèrent pour les meubles et les articles d’ameublement (+3,8 % après +3,2 %) et pour la verrerie, la vaisselle et les ustensiles de ménage (+7,6 % après +7,4 %). Les prix de l’habillement et des chaussures accélèrent légèrement (+2,5 % après +2,2 %). Enfin, ceux des produits de santé diminuent au même rythme que le mois précédent (‑0,9 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 29 septembre 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC, ainsi que l’évolution mensuelle de l’IPCH sont confirmées. L’évolution annuelle de ce dernier est révisée à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 08 2023

Évolution mensuelle : +1,0 % en août; variation sur un an : +4,9 %

En août 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 1,0 % sur un mois, après +0,1 % en juillet. Les prix de l’énergie rebondissent nettement (+6,6 % après ‑2,0 %), du fait de la hausse de ceux de l’électricité (+8,0 % après 0,0 %) et des produits pétroliers (+7,0 % après +0,2 %). Les prix des produits manufacturés rebondissent également (+1,5 % après ‑2,3 %), notamment ceux de l’habillement et des chaussures (+6,1 % après ‑10,9 %), en raison de la fin des soldes d’été. Les prix de l’alimentation accélèrent légèrement sur un mois (+0,3 % après +0,1 %), tandis que ceux des services ralentissent (+0,1 % après +1,5 %), du fait notamment du repli des prix des transports (‑3,9 % après +11,0 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,8 % en août 2023, après 0,0 % en juillet. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 4,9 % en août 2023, après +4,3 % en juillet. Cette hausse de l’inflation est principalement due au rebond sur un an des prix de l’énergie (+6,8 % après ‑3,7 % en juillet). L’inflation du tabac est quasi stable par rapport au mois précédent (+9,9 % après +9,8 %), tandis que les prix de l’alimentation (+11,2 % après +12,7 %), des services (+3,0 % après +3,1 %) et des produits manufacturés (+3,1 % après +3,4 %) ralentissent.

Recul de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue sur un an, atteignant +4,6 % en août 2023, après +5,0 % en juillet. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmente de 1,1 % sur un mois, après une stabilité en juillet ; sur un an, il augmente de 5,7 % en août 2023, après +5,1 % le mois précédent.

Net rebond des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie augmentent de 6,8 % en août 2023, après ‑3,7 % en juillet. Les prix de l’électricité accélèrent nettement (+18,0 % après +9,4 %), en lien avec la hausse de 10 % des tarifs réglementés de l’électricité appliquée à partir du 1er août 2023. Après une forte baisse en juillet, les prix des produits pétroliers diminuent à peine sur un an (‑0,3 % après ‑13,9 %). Ainsi, la baisse des prix s’atténue pour le gazole (‑1,8 % après ‑14,8 %) et les combustibles liquides (‑12,7 % après ‑29,2 %), tandis que les prix de l’essence rebondissent (+7,0 % après ‑7,2 %). Les prix du gaz accélèrent (+7,6 % après +4,5 %) et ceux des combustibles solides ralentissent (+14,7 % après +22,9 %).

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 11,2 % en août 2023, après +12,7 % en juillet. Pour le cinquième mois consécutif, ils ralentissent en raison d’un « effet de base » : sur un mois, ils augmentent plus modérément en août 2023 (+0,3 %) qu’en août 2022 (+1,7 %). Hors produits frais, la hausse sur un an des prix de l’alimentation s’atténue (+11,5 %, après +13,0 %), notamment pour le pain et les céréales (+11,6 % après +13,1 %), la viande (+9,0 % après +10,6 %), le lait, le fromage et les œufs (+15,1 % après +17,9 %), les huiles et graisses (+9,8 % après +12,5 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+15,0 % après +15,9 %), les boissons alcoolisées (+7,7 % après +8,4 %) et non alcoolisées (+12,0 % après +12,9 %). Les prix des produits frais augmentent également à un rythme moins soutenu en août 2023 (+9,4 %, après +10,6 % en juillet), du fait du ralentissement des prix des fruits frais (+6,5 % après +10,5 %) et du poisson frais (+1,7 % après +2,0 %). À l’inverse, ceux des légumes frais accélèrent (+13,2 % après +12,2 %).

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en août 2023, après +3,1 % en juillet. Les prix des transports ralentissent (+4,8 % après +5,4 %), notamment ceux du transport ferroviaire (+4,9 % après +6,5 %) et routier (+3,7 % après +4,4 %), tandis que ceux du transport aérien accélèrent (+2,3 % après +0,7 %). Les prix des « autres services » ralentissent légèrement (+3,8 % après +3,9 %), notamment ceux des services de restauration (+5,2 % après +5,4 %), de protection sociale (+4,2 % après +4,5 %), d’entretien et de réparation du logement (+5,0 % après +5,3 %) et des véhicules particuliers (+7,0 % après +7,4 %). À l’inverse, ils accélèrent pour les services d’assurance (+4,2 % après +3,6 %) et d’hébergement (+2,1 % après +2,0 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent légèrement (+3,0 % après +3,1 %). Ceux des services de santé diminuent au même rythme que le mois précédent (‑0,4 % sur un an), tout comme ceux des services de communication (‑6,1 %).

Léger ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 3,1 % en août 2023, après +3,4 % en juillet. Ceux de l’habillement et des chaussures ralentissent (+2,2 % après +3,4 %), la hausse saisonnière des prix sur un mois étant moins prononcée en août 2023 qu’en août 2022, en raison pour partie d’un allongement des soldes d’été (d’abord prévue le 25 juillet 2023, la fin des soldes a été repoussée au 1er août inclus). Les prix des « autres produits manufacturés » ralentissent également (+4,3 % après +4,6 %), notamment ceux des meubles et articles d’ameublement (+3,2 % après +4,2 %), des gros appareils ménagers (+1,1 % après +1,5 %), de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+7,4 % après +8,7 %), des biens d’équipement ménager non durables (+13,2 % après +15,7 %) et des véhicules (+2,8 % après +3,1 %). À l’inverse, les prix des journaux, livres et articles de papeterie accélèrent (+6,3 % après +5,6 %), et la baisse de ceux des jeux, jouets et passe-temps s’atténue (‑1,3 % après ‑2,6 %). Enfin, les prix des produits de santé baissent à un rythme comparable à celui du mois précédent (‑0,9 % sur un an après ‑0,8 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 août 2023, l’évolution annuelle de l’IPC est révisée à la hausse de 0,1 point. Son évolution mensuelle ainsi que les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 07 2023

Évolution mensuelle : +0,1 % en juillet ; variation sur un an : +4,3 %

En juillet 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,1 % sur un mois, après +0,2 % en juin. Les prix de l’alimentation ralentissent (+0,1 % après +0,3 %), tandis que ceux des services accélèrent (+1,5 % après +0,2 %), notamment ceux des transports (+11,0 % après +1,6 %) et des « autres services » (+1,4 % après +0,4 %). À l’inverse, les prix des produits manufacturés baissent (‑2,3 %, après +0,1 % en juin), notamment ceux de l’habillement et des chaussures (‑10,9 % après +0,3 %), en raison des soldes d’été. Les prix de l’énergie reculent également (‑2,0 % après +0,1 %), du fait du repli des prix du gaz (‑11,4 % après ‑0,2 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables en juillet 2023, comme en juin. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 4,3 % en juillet 2023, après +4,5 % en juin. Cette baisse de l’inflation est due, d’une part, à une baisse sur un an des prix de l’énergie plus forte que le mois précédent (‑3,7 % après ‑3,0 %), et d’autre part au ralentissement des prix de l’alimentation (+12,7 % après +13,7 %) et des produits manufacturés (+3,4 % après +4,2 %). L’inflation du tabac est stable par rapport au mois précédent (+9,8 %), tandis que les prix des services accélèrent légèrement (+3,1 % après +3,0 %).

Recul de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue sur un an, atteignant +5,0 % en juillet 2023, après +5,7 % en juin. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) est stable sur un mois, après +0,2 % en juin ; sur un an, il augmente de 5,1 % en juillet 2023, après +5,3 % le mois précédent.

La baisse des prix de l’énergie sur un an s’accentue

Sur un an, les prix de l’énergie reculent de 3,7 % en juillet 2023, après ‑3,0 % en juin. Les prix du gaz ralentissent fortement (+4,5 % après +22,0 %), malgré la fin des tarifs réglementés et la levée du bouclier tarifaire du gaz le 30 juin 2023. Les prix du gaz sur le marché de gros se sont en effet progressivement réduits depuis le pic atteint lors de l’été 2022. Dans une moindre mesure, les prix de l’électricité (+9,4 % après +10,1 %) et des combustibles solides (+22,9 % après +28,7 %) ralentissement également. À l’inverse, la baisse sur un an des prix des produits pétroliers est nettement moins marquée que le mois précédent (‑13,9 % après ‑17,2 %), principalement en raison d’un « effet de base » (sur un mois, ils sont en très légère hausse en juillet 2023, alors qu’ils avaient baissé en juillet 2022) : ainsi, les prix du gazole (‑14,8 % après ‑18,8 %), de l’essence (‑7,2 % après ‑11,3 %) et des combustibles liquides (‑29,2 % après ‑30,7 %) reculent moins que le mois précédent.

Sur un an, le ralentissement des prix de l’alimentation se poursuit

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 12,7 % en juillet 2023, après +13,7 % en juin ; ils progressent à un rythme de moins en moins soutenu depuis mars 2023, où l’inflation dans l’alimentation avait atteint +15,9 %. Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent pour le troisième mois consécutif (+13,0 %, après +14,1 % en juin). La hausse des prix s’atténue ainsi pour le pain et les céréales (+13,1 % après +14,1 %), la viande (+10,6 % après +11,9 %), le lait, le fromage et les œufs (+17,9 % après +19,8 %), les huiles et graisses (+12,5 % après +15,9 %), et dans une moindre mesure pour le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+15,9 % après +16,3 %), les boissons alcoolisées (+8,4 % après +8,8 %) et non alcoolisées (+12,9 % après +13,6 %). Les prix des produits frais augmentent également à un rythme moins soutenu en juillet 2023 (+10,6 % après +11,2 % en juin), du fait du ralentissement des prix des légumes frais (+12,2 % après +17,0 %) et du poisson frais (+2,0 % après +3,4 %). À l’inverse, ceux des fruits frais accélèrent légèrement (+10,5 % après +9,0 %), la baisse saisonnière des prix sur un mois étant de moindre ampleur en juillet 2023 qu’en juillet 2022.

Ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 3,4 % en juillet 2023, après +4,2 % en juin. La hausse des prix de l’habillement et des chaussures s’atténue (+3,4 % après +4,9 %), en raison pour partie de l’allongement de la période des soldes. Les prix « des autres produits manufacturés » ralentissent (+4,6 % après +5,3 %), notamment ceux des meubles et articles d’ameublement (+4,2 % après +5,9 %), des gros appareils ménagers (+1,5 % après +2,4 %), des véhicules (+3,1 % après +4,1 %), et des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+8,2 % après +9,5 %). À l’inverse, ceux des journaux et publications périodiques accélèrent (+5,9 % après +4,7 %). Enfin, les prix des produits de santé diminuent à un rythme proche de celui du mois précédent (‑0,8 % après ‑0,7 %).

Légère accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,1 % en juillet 2023, après +3,0 % en juin. Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent (+3,1 % après +2,8 %), et ceux des services de santé diminuent moins que le mois précédent (‑0,4 % après ‑0,6 %). Les prix des « autres services » augmentent à un rythme proche de celui de juin (+3,9 % après +4,0 %) : d’une part, les prix ralentissent pour les services d’hébergement (+2,0 % après +5,1 %), de restauration (+5,4 % après +5,6 %), d’entretien et de réparation du logement (+5,3 % après +5,4 %) et des véhicules particuliers (+7,4 % après +8,0 %), d’autre part ceux des services d’assurance et de protection sociale évoluent au même rythme que le mois précédent (respectivement +3,6 % et +4,5 %), et ceux des services récréatifs et culturels baissent à un rythme plus modéré (-5,7 % après -6,2 % en juin). Les prix des transports sont moins dynamiques que le mois précédent (+5,4 % après +6,0 %), la hausse saisonnière des prix sur un mois étant moins forte en juillet 2023 qu’en juillet 2022 : ceux du transport aérien ralentissent fortement (+0,7 % après +9,9 %), ainsi que, dans une moindre mesure, ceux du transport ferroviaire (+6,5 % après +8,5 %) et routier (+4,4 % après +4,7 %). Enfin, la baisse des prix des services de communication s’accentue (‑6,1 % après ‑4,2 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 28 juillet 2023, l’évolution mensuelle de l’IPC est révisée de +0,1 point. Son évolution annuelle ainsi que les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 06 2023

Évolution mensuelle : +0,2 % en juin ; variation sur un an : +4,5 %

En juin 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,2 % sur un mois, après ‑0,1 % en mai. Les prix de l’énergie sont quasi stables (+0,1 % après ‑3,0 % en mai), avec un léger rebond des produits pétroliers (+0,3 % après ‑5,9 %). Les prix de l’alimentation augmentent au même rythme que le mois précédent (+0,3 %) et ceux des produits manufacturés restent quasi stables (+0,1 % après +0,0 %). Les prix des services ralentissent légèrement (+0,2 % après +0,3 %) du fait du repli des prix des services de communication (‑3,0 % après +0,2 %) et de la moindre hausse de ceux des « autres services » (+0,4 % après +0,6 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables en juin 2023, après ‑0,2 % en mai. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 4,5 % en juin 2023, après +5,1 % en mai. Cette baisse de l’inflation est due au repli sur un an des prix de l’énergie (‑3,0 % après +2,0 %) et au ralentissement des prix de l’alimentation (+13,7 % après +14,3 %). Les prix des services augmentent au même rythme que le mois précédent (+3,0 %), tout comme ceux du tabac (+9,8 %), tandis que ceux des produits manufacturés accélèrent légèrement (+4,2 % après +4,1 %).

Léger recul de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue sur un an, atteignant +5,7 % en juin 2023, après +5,8 % en mai. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,2 % en juin 2023 sur un mois, après ‑0,1 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 5,3 %, après +6,0 % en mai.

Baisse des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie reculent de 3,0 % en juin 2023, après +2,0 % en mai. La baisse des prix des produits pétroliers est plus marquée que celle du mois précédent (‑17,2 % après ‑9,7 %) en raison d’un « effet de base » (ils avaient fortement augmenté en juin 2022) : les prix du gazole reculent de nouveau (‑18,8 % après ‑11,3 %), tout comme ceux de l’essence (‑11,3 % après ‑2,4 %) et des combustibles liquides (‑30,7 % après ‑24,6 %). Les prix des combustibles solides ralentissent (+28,7 % après +32,9 %) ainsi que ceux de l’électricité (+10,1 % après +11,3 %), tandis que ceux du gaz accélèrent légèrement (+22,0 % après +21,6 %).

Ralentissement des prix de l’alimentation sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 13,7 % en juin 2023, après +14,3 % en mai. Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent pour le deuxième mois consécutif (+14,1 % après +14,9 %). La hausse des prix s’atténue pour le pain et les céréales (+14,1 % après +14,8 %), la viande (+11,9 % après +13,4 %), le lait, le fromage et les œufs (+19,8 % après +20,7 %), les huiles et graisses (+15,9 % après +20,3 %), le sucre, la confiture, le miel, le chocolat et la confiserie (+16,3 % après +16,8 %), ainsi que pour les boissons non alcoolisées (+13,6 % après +13,9 %). À l’inverse, les prix des boissons alcoolisées accélèrent légèrement (+8,8 % après +8,7 %). Les prix des produits frais augmentent quant à eux à un rythme plus soutenu en juin 2023 (+11,2 % après +10,7 % en mai) du fait de l’accélération des prix des fruits frais (+9,0 % après +7,0 %). À l’inverse, ceux des légumes frais (+17,0 % après +18,0 %) et du poisson frais (+3,4 % après +4,9 %) ralentissent.

Stabilité de l’inflation des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en juin 2023, soit au même rythme que le mois précédent. Les prix des « autres services » accélèrent (+4,0 % après +3,7 %) : d’une part, ceux des services d’assurance (+3,6 % après +1,8 %), de protection sociale (+4,5 % après +4,3 %) et d’hébergement (+5,1 % après +4,8 %) accélèrent et d’autre part, la baisse des prix des services récréatifs et culturels s’atténue (‑6,2 % après ‑6,8 %). À l’inverse, les prix des services de restauration (+5,6 % après +5,8 %), d’entretien et de réparations du logement (+5,4 % après +5,8 %) et des véhicules particuliers (+8,0 % après +8,7 %) ralentissent. Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent légèrement (+2,8 % après +2,7 %). Ceux des transports ralentissent (+6,0 % après +8,0 %), notamment ceux du transport aérien (+9,9 % après +16,3 %), du transport routier (+4,7 % après +6,3 %) et du transport ferroviaire (+8,5 % après +8,7 %). Enfin, les prix des services de santé diminuent à un rythme proche de celui du mois précédent (‑0,6 % après ‑0,5 %) et la baisse des prix des services de communication s’accentue (‑4,2 % après ‑1,3 %).

Légère accélération des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,2 % en juin 2023, après +4,1 % en mai. Les prix de l’habillement et des chaussures augmentent à un rythme plus soutenu que le mois précédent (+4,9 % après +2,6 %), notamment en raison d’un décalage du calendrier des soldes d’été, qui ont débuté le 28 juin en 2023 contre le 22 juin en 2022. Les prix « des autres produits manufacturés » ralentissent (+5,3 % après +5,6 %), notamment ceux des meubles et articles d’ameublement (+5,9 % après +7,3 %), des gros appareils ménagers (+2,4 % après +2,6 %), de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+8,6 % après +9,1 %), des véhicules (+4,1 % après +4,6 %), et des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+9,5 % après +9,6 %). À l’inverse, les prix des équipements de sport accélèrent (+3,9 % après +3,1 %), ainsi que ceux des produits pour jardin, plantes et fleurs (+6,2 % après +4,7 %). Enfin, les prix des produits de santé diminuent à un rythme proche de celui du mois précédent (‑0,7 % après ‑0,6 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 juin 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 05 2023

Évolution mensuelle : ‑0,1 % en mai ; variation sur un an : +5,1 %

En mai 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) recule de 0,1 % sur un mois, après +0,6 % en avril. La baisse des prix de l’énergie s’accentue (‑3,0 % après ‑0,7 %) dans le sillage des prix des produits pétroliers (‑5,9 % après ‑0,6 %). Les prix de l’alimentation ralentissent (+0,3 % après +0,6 %) ainsi que ceux des services (+0,3 % après +1,0 %), du fait du repli des prix des services de transport (‑2,3 % après +8,1 %) et de la moindre hausse de ceux des « autres services » (+0,6 % après +0,8 %). Les prix des produits manufacturés sont quant à eux stables entre avril et mai 2023 (+0,0 % après +0,3 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation reculent de 0,2 % en mai 2023, après +0,6 % en avril. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,1 % en mai 2023, après +5,9 % en avril. Cette baisse de l’inflation est due au ralentissement sur un an des prix de l’énergie (+2,0 % après +6,8 %), de l’alimentation (+14,3 % après +15,0 %), des produits manufacturés (+4,1 % après +4,6 %) et des services (+3,0 % après +3,2 %). À l’inverse, les prix du tabac accélèrent pour le troisième mois consécutif (+9,8 % après +9,4 %).

Moindre inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue sur un an, atteignant +5,8 % en mai 2023, après +6,3 % en avril. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) recule de 0,1 % en mai 2023 sur un mois, après +0,7 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,0 %, après +6,9 % en avril.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie ralentissent en mai 2023 (+2,0 % après +6,8 %). La baisse des prix des produits pétroliers est plus marquée que celle du mois précédent (‑9,7 % après ‑1,3 %), notamment pour les prix du gazole (‑11,3 % après ‑3,6 %) et des combustibles liquides (‑24,6 % après ‑15,2 %). Les prix de l’essence se replient quant à eux sur un an (‑2,4 % après +7,9 %). Les prix du gaz ralentissent (+21,6 % après +22,9 %), ceux de l’électricité augmentent à un rythme comparable à celui du mois précédent (+11,3 % après +11,2 %) et ceux des combustibles solides accélèrent en mai 2023 (+32,9 % après +31,9 %).

Ralentissement des prix de l’alimentation sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 14,3 % en mai 2023, après +15,0 % en avril. Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent pour la première fois depuis septembre 2021 (+14,9 % après +15,8 %). La hausse des prix du pain et des céréales s’atténue (+14,8 % après +15,8 %), de même que celle de la viande (+13,4 % après +14,9 %), du lait, du fromage et des œufs (+20,7 % après +21,5 %) et des huiles et des graisses (+20,3 % après +27,0 %). Les prix des boissons non alcoolisées (+13,9 %) et des boissons alcoolisées (+8,7 %) augmentent au même rythme que le mois précédent. À l’inverse, ceux du sucre, de la confiture, du miel, du chocolat et de la confiserie accélèrent (+16,8 % après +16,3 %). Les prix des produits frais augmentent à un rythme comparable à celui du mois d’avril (+10,7 % après +10,6 %). Les prix des fruits frais (+7,0 % après +9,5 %) et ceux du poisson frais (+4,9 % après +10,1 %) ralentissent tandis que ceux des légumes frais accélèrent (+18,0 % après +12,1 %).

Moindre inflation des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,1 % en mai 2023, après +4,6 % en avril. Les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent (+2,6 % après +2,7 %), tout comme ceux des « autres produits manufacturés » (+5,6 % après +6,2 %). Les prix des meubles et articles d’ameublement ralentissent également (+7,3 % après +8,4 %), ainsi que ceux de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+9,1 % après +9,9 %), des gros appareils ménagers (+2,6 % après +5,0 %) et des véhicules (+4,6 % après +5,8 %). À l’inverse, les prix des produits de nettoyage et d’entretien accélèrent (+13,9 % après +13,6 %), comme ceux des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+9,6 % après +9,1 %) et des équipements de camping et de loisirs de plein air (+8,5 % après +8,2 %). Enfin, la baisse sur un an des prix des produits de santé s’accentue légèrement (‑0,6 % après ‑0,5 %).

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en mai 2023, après +3,2 % en avril. Les prix des « autres services » ralentissent (+3,7 % après +3,9 %), notamment ceux des services d’entretien et de réparations du logement (+5,8 % après +6,3 %) et des véhicules particuliers (+8,7 % après +9,2 %), ceux des services d’hébergement (+4,8 % après +6,8 %), des forfaits touristiques (+17,6 % après +19,8 %) et des services d’assurance (+1,8 % après +2,1 %). Les prix des services de transport décélèrent également (+8,0 % après +9,6 %) notamment ceux du transport aérien (+16,3 % après +22,6 %) et du transport routier (+6,3 % après +6,5 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent aussi (+2,7 % après +3,1 %). Enfin, les prix des services de santé diminuent au même rythme que le mois précédent (‑0,5 %) et la baisse des prix des services de communication s’atténue légèrement (‑1,3 % après ‑1,5 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 mai 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 04 2023

Évolution mensuelle : +0,6 % en avril ; variation sur un an : +5,9 %

En avril 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,6 % sur un mois, après +0,9 % en mars. Les prix de l’énergie se replient légèrement (‑0,7 % après +0,2 %), du fait d’une baisse des prix du gaz (‑3,8 % après ‑0,4 %) et des produits pétroliers (‑0,6 % après ‑0,4 %). Les prix de l’alimentation ralentissent (+0,6 % après +1,8 %), du fait notamment d’un repli des prix des produits frais (‑2,9 % après +3,2 %). Les prix des produits manufacturés décélèrent aussi (+0,3 % après +1,5 %), tout comme ceux du tabac (+1,5 % après +7,6 %). À l’inverse, les prix des services accélèrent (+1,0 % après +0,1 %), du fait du rebond des prix des services de transport (+8,1 % après ‑1,0 %) et de l’accélération de ceux des « autres services » (+0,8 % après +0,2 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,6 % en avril 2023, après +0,3 % en mars. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,9 % en avril 2023, après +5,7 % en mars. Cette hausse de l’inflation est notamment due à l’accélération des prix de l’énergie (+6,8 % après +4,9 %), des services (+3,2 % après +2,9 %) et du tabac (+9,4 % après +7,8 %). À l’inverse, les prix des produits manufacturés (+4,6 % après +4,8 %) et de l’alimentation (+15,0 % après +15,9 %) ralentissent.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +6,3 % en avril 2023, après +6,2 % en mars. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,7 % en avril 2023 sur un mois, après +1,0 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,9 %, après +6,7 % en mars.

Accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie accélèrent en avril 2023 (+6,8 % après +4,9 %). La baisse des prix des produits pétroliers est moins marquée que celle du mois précédent (‑1,3 % après ‑7,4 %), du fait notamment d’un « effet de base » (ils avaient fortement baissé en avril 2022 avec l’entrée en vigueur de la remise à la pompe) : les prix du gazole diminuent plus légèrement (‑3,6 % après ‑8,5 %) et ceux de l’essence rebondissent (+7,9 % après ‑3,5 %). Les prix de l’électricité accélèrent (+11,2 % après +11,0 %) et ceux du gaz ralentissent nettement sur an (+22,9 % après +35,6 %), du fait notamment d’un « effet de base » (ils avaient fortement augmenté en avril 2022) mais aussi d’une baisse mensuelle en avril 2023.

Accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,2 % en avril 2023, après +2,9 % en mars. Les prix des « autres services » accélèrent (+3,9 % après +3,5 %), notamment ceux des services d’entretien et de réparations du logement (+6,3 % après +6,0 %), d’hébergement (+6,8 % après +1,0 %) et de restauration (+5,9 % après +5,8 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+3,1 % après +3,0 %). Ceux des services de transport ralentissent (+9,6 % après +10,9 %), notamment le transport aérien (+22,6 % après +26,8 %), le transport ferroviaire (+6,7 % après +8,5 %) et le transport routier (+6,5 % après +10,7 %). Enfin, la baisse des prix des services de santé (‑0,5 % après ‑0,1 %) et de communication (‑1,5 % après ‑1,4 %) s’accentue.

Ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,6 % en avril 2023, après +4,8 % en mars. Les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent (+2,7 % après +2,9 %), tout comme ceux des « autres produits manufacturés » (+6,2 % après +6,5 %). Les prix des meubles et articles d’ameublement ralentissent aussi (+8,4 % après +9,1 %), de même que ceux des petits appareils électroménagers (+7,8 % après +9,1 %), des jeux, jouets et passe-temps (+1,0 % après +2,4 %), des produits pour jardin, plantes et fleurs (+4,8 % après +6,6 %) et des véhicules (+5,8 % après +6,5 %). À l’inverse, les prix des gros appareils ménagers accélèrent (+5,0 % après +4,4 %), comme ceux des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+9,1 % après +8,9 %) et de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+9,9 % après +9,7 %). Enfin, la baisse sur un an des prix des produits de santé s’accentue légèrement (‑0,5 % après ‑0,4 %).

Ralentissement des prix de l’alimentation sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 15,0 % en avril 2023, après +15,9 % en mars. Les prix des produits frais ralentissent nettement (+10,6 % après +17,1 %), notamment ceux des légumes frais (+12,1 % après +29,3 %) et des fruits frais (+9,5 % après +10,1 %). À l’inverse, les prix du poisson frais augmentent à un rythme comparable à celui du mois précédent (+10,1 % après +10,0 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent également à un rythme proche de celui du mois précédent (+15,8 % après +15,7 %). Ceux du pain et des céréales accélèrent (+15,8 % après +15,4 %), tout comme ceux du sucre, de la confiture, du miel, du chocolat et de la confiserie (+16,3 % après +15,5 %) et des boissons alcoolisées (+8,7 % après +8,1 %). À l’inverse, les prix de la viande (+14,9 % après +15,5 %), du lait, du fromage et des œufs (+21,5 % après +21,7 %) et des boissons non alcoolisées (+13,9 % après +14,0 %) ralentissent.

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 28 avril 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l'IPC et de l'IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 03 2023

Évolution mensuelle : +0,9 % en mars ; variation sur un an : +5,7 %

En mars 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,9 % sur un mois, après +1,0 % en février. Les prix de l’énergie ralentissent (+0,2 % après +1,6 %) du fait d’une nouvelle baisse des prix des produits pétroliers (‑0,4 % après ‑1,2 %). Ceux des services ralentissent également (+0,1 % après +0,8 %), du fait notamment du repli des prix des services de transport (‑1,0 % après +4,8 %). Les prix de l’alimentation augmentent à un rythme proche du mois précédent (+1,8 % après +1,7 %). Ceux des produits manufacturés (+1,5 % après +0,8 %) et du tabac (+7,6 % après +0,0 %) accélèrent. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % en mars 2023, après +1,0 % en février. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,7 % en mars 2023, après +6,3 % en février. Cette baisse de l’inflation est due au ralentissement des prix de l’énergie (+4,9 % après +14,1 %). Les prix des produits manufacturés (+4,8 % après +4,7 %) ainsi que ceux des services (+2,9 % après +3,0 %) augmentent sur un an à un rythme proche du mois précédent. Les prix de l’alimentation (+15,9 % après +14,8 %) et du tabac (+7,8 % après +0,2 %) accélèrent.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +6,2 % en mars 2023, après +6,1 % en février. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 1,0 % en mars 2023 sur un mois, après +1,1 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,7 %, après +7,3 % en février.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie ralentissent en mars 2023 (+4,9 % après +14,1 %) du fait d’une hausse mensuelle (+0,2 %) moins forte que celle observée en mars 2022 (+9,0 %) lors du début du conflit en Ukraine. Les prix des produits pétroliers se replient nettement (‑7,4 % après +8,8 %) dans le sillage de ceux du gazole (‑8,5 % après +8,0 %), de l’essence (‑3,5 % après +6,4 %) et des combustibles liquides (‑16,1 % après +14,0 %). Les prix du gaz ralentissent légèrement (+35,6 % après +36,3 %), tout comme ceux des combustibles solides (+37,7 % après +40,5 %). À l’inverse, les prix de l’électricité accélèrent en mars (+11,0 % après +10,1 %), tirés par la hausse des offres de marché.

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 2,9 % en mars 2023, après +3,0 % en février. Les prix des « autres services » ralentissent (+3,5 % après +3,7 %), notamment ceux des services d’entretien et de réparations du logement (+6,0 % après +6,4 %), d’hébergement (+1,0 % après +2,9 %) et des forfaits touristiques (+29,0 % après +33,5 %). Les prix des services de transport ralentissement également (+10,9 % après +11,1 %), notamment ceux du transport aérien (+26,8 % après +29,0 %) et ferroviaire (+8,5 % après +9,5 %). La baisse des prix des services de communication s’atténue (‑1,4 % après ‑2,0 %), tout comme celle des prix des services de santé (‑0,1 % après ‑0,2 %). À l’inverse, les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent (+3,0 % après +2,7 %).

Légère hausse de l’inflation des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,8 % en mars 2023, après +4,7 % en février. Les prix de l’habillement et des chaussures accélèrent (+2,9 % après +2,3 %) et ceux des « autres produits manufacturés » augmentent sur un an au même rythme que le mois précédent (+6,5 %). Les prix des meubles et articles d’ameublement ralentissent (+9,1 % après +9,8 %), tout comme ceux des gros appareils ménagers (+4,4 % après +5,7 %), des petits appareils ménagers (+9,1 % après +13,9 %) et des véhicules (+6,5 % après +6,6 %). À l’inverse, les prix de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage accélèrent (+9,7 % après +8,6 %), de même que ceux des produits de nettoyage et d’entretien (+13,6 % après +12,7 %), des jeux, jouets et passe-temps (+2,4 % après +1,2 %) et des produits pour jardin, plantes et fleurs (+6,6 % après +5,3 %). Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’atténue légèrement (‑0,4 % après ‑0,5 %).

Accélération des prix de l’alimentation sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 15,9 % en mars 2023, après +14,8 % en février. Les prix des produits frais accélèrent pour le troisième mois consécutif (+17,1 % après +15,0 % en février et +10,2 % en janvier), notamment ceux des légumes frais (+29,3 % après +23,3 %) et des fruits frais (+10,1 % après +9,8 %). À l’inverse, ceux du poisson frais ralentissent (+10,0 % après +12,0 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent également (+15,7 % après +14,8 %), notamment ceux du pain et des céréales (+15,4 % après +14,4 %), de la viande (+15,5 % après +15,4 %), du fromage et des laits caillés (+20,3 % après +19,4 %), du sucre, de la confiture, du miel, du chocolat et de la confiserie (+15,5 % après +13,4 %), des boissons non alcoolisées (+14,0 % après +12,7 %) et alcoolisées (+8,1 % après +7,4 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 mars 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH de mars 2023 sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 02 2023

Évolution mensuelle : +1,0 % en février ; variation sur un an : +6,3 %

En février 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 1,0 % sur un mois, après +0,4 % en janvier. Les prix des produits manufacturés rebondissent (+0,8 % après ‑1,1 %) avec la fin des soldes d’hiver. Ceux des services accélèrent (+0,8 % après +0,1 %), tirés par le rebond des prix des services de transport (+4,8 % après ‑6,4 %). Les prix de l’alimentation augmentent au même rythme qu’en janvier (+1,7 %) et ceux de l’énergie ralentissent (+1,6 % après +3,9 %) : la hausse des prix de l’électricité sous l’effet de la revalorisation des tarifs réglementés est en partie contrebalancée par le repli des prix des produits pétroliers (‑1,2 % après +6,7 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 1,0 % en février 2023, après +0,8 % en janvier. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 6,3 % en février 2023, après +6,0 % en janvier. Cette hausse de l’inflation est due à l’accélération des prix de l’alimentation (+14,8 % après +13,3 %), des services (+3,0 % après +2,6 %) et des produits manufacturés (+4,7 % après +4,5 %). À l’inverse, les prix de l’énergie ralentissent (+14,1 % après +16,3 %).

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +6,1 % en février 2023, après +5,6 % en janvier. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 1,1 % en février 2023 sur un mois, après +0,4 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 7,3 %, après +7,0 % en janvier.

Accélération des prix de l’alimentation sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 14,8 % en février 2023, après +13,3 % en janvier. La hausse des prix des produits frais est plus marquée que le mois précédent (+15,0 % après +10,2 %) : les prix des légumes frais (+23,3 % après +12,0 %) et des fruits frais (+9,8 % après +7,4 %) accélèrent. À l’inverse, ceux du poisson frais ralentissent (+12,0 % après +14,7 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent également (+14,8 % après +13,9 %), notamment ceux du pain et des céréales (+14,4 % après +13,4 %), de la viande (+15,4 % après +15,0 %), du fromage et des laits caillés (+19,4 % après +18,0 %), du sucre, de la confiture, du miel, du chocolat et de la confiserie (+13,4 % après +11,5 %), des boissons non alcoolisées (+12,7 % après +11,6 %) et alcoolisées (+7,4 % après +6,9 %).

Accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en février 2023, après +2,6 % en janvier. La hausse des prix des « autres services » s’accentue (+3,7 % après +3,5 %), notamment les prix des services de restauration (+5,6 % après +5,3 %), d’hébergement (+2,9 % après +2,4 %), d’entretien et de réparations de véhicules particuliers (+9,3 % après +8,7 %), les péages et parcmètres (+3,5 % après +2,4 %) et les forfaits touristiques (+33,5 % après +19,3 %). Les prix des services de transport accélèrent (+11,1 % après +10,2 %), notamment le transport aérien (+29,0 % après +25,7 %) et le transport ferroviaire (+9,5 % après +7,9 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent également (+2,7 % après +2,0 %) du fait de la hausse des loyers (+2,1 % après +1,2 %). La baisse des prix des services de santé s’atténue (‑0,2 % après ‑0,4 %) et celle des prix des services de communication s’accentue (‑2,0 % après ‑1,4 %).

Hausse de l’inflation des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,7 % en février 2023, après +4,5 % en janvier. Les prix des « autres produits manufacturés » accélèrent (+6,5 % après +6,2 %), notamment les prix des meubles et articles d’ameublement (+9,8 % après +9,2 %), des biens d’équipement ménager non durables (+18,1 % après +17,6 %), des jeux, jouets et passe-temps (+1,2 % après +0,2 %) et des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+8,7 % après +8,2 %). À l’inverse, les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent un peu (+2,3 % après +2,4 %), de même que les prix des véhicules (+6,6 % après +7,0 %), des gros appareils ménagers (+5,7 % après +6,5 %), des biens durables pour loisirs de plein air (+3,3 % après +3,7 %) et des articles de bijouterie et d’horlogerie (+3,8 % après +4,4 %). Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’atténue légèrement (‑0,5 % après ‑0,6 %).

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie ralentissent en février 2023 (+14,1 % après +16,3 %). Les prix des produits pétroliers décélèrent nettement (+8,8 % après +16,3 %), du fait du ralentissement des prix du gazole (+8,0 % après +17,5 %), de l’essence (+6,4 % après +9,3 %) et des combustibles liquides (+14,0 % après +28,7 %). Les prix du gaz (+36,3 % après +38,2 %), tout comme ceux des combustibles solides (+40,5 % après +45,5 %), sont légèrement moins dynamiques que le mois précédent. À l’inverse, les prix de l’électricité accélèrent (+10,1 % après +3,1 %), tirés par la hausse encadrée des tarifs réglementés.

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 28 février 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 01 2023

Évolution mensuelle : +0,4 % en janvier ; variation sur un an : +6,0 %

En janvier 2023, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,4 % sur un mois, après ‑0,1 % en décembre. Les prix de l’énergie rebondissent (+3,9 % après ‑3,6 %) du fait de la hausse des prix des produits pétroliers (+6,7 % après ‑5,2 %), en lien notamment avec la fin des remises sur les carburants, et de la hausse, en partie encadrée, des prix du gaz (+7,9 % après ‑1,4 %). Les prix de l’alimentation accélèrent (+1,7 % après +0,5 %) et ceux des services ralentissent (+0,1 % après +0,3 %). Les prix des produits manufacturés se replient (‑1,1 % après +0,2 %) en raison des soldes d’hiver. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,8 % sur un mois, après +0,1 % en décembre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 6,0 % en janvier 2023, après +5,9 % en décembre. Cette légère hausse de l’inflation est due à l’accélération des prix de l’alimentation (+13,3 % après +12,1 %) et de ceux de l’énergie (+16,3 % après +15,1 %). Les prix des produits manufacturés (+4,5 % après +4,6 %) et ceux des services (+2,6 % après +2,9 %) ralentissent sur un an.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +5,6 % en janvier 2023, après +5,3 % en décembre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,4 % sur un mois, après ‑0,1 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 7,0 %, après +6,7 % en décembre.

Accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie accélèrent en janvier (+16,3 % après +15,1 %). La hausse des prix des produits pétroliers s’accentue (+16,3 % après +14,3 %), du fait de l’accélération des prix du gazole (+17,5 % après +15,6 %) et de l’essence (+9,3 % après +3,0 %). Les prix du gaz augmentent également (+38,2 % après +29,3 %) avec une hausse conjointe des tarifs réglementés et des offres de marché. À l’inverse, les prix de l’électricité (+3,1 % après +7,3 %), des combustibles liquides (+28,7 % après +37,8 %) et solides (+45,5 % après +52,1 %) ralentissent.

Accélération des prix de l’alimentation sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 13,3 % en janvier, après +12,1 % en décembre. La hausse des prix des produits frais est plus marquée que le mois précédent (+10,2 % après +9,3 %) : les prix des fruits frais (+7,4 % après +6,1 %) et du poisson frais (+14,7 % après +12,6 %) accélèrent. À l’inverse, ceux des légumes frais ralentissent légèrement (+12,0 % après +12,4 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent (+13,9 % après +12,6 %), notamment ceux du pain et des céréales (+13,4 % après +12,1 %), du lait, du fromage et des œufs (+19,1 % après +16,9 %), de la viande (+15,0 % après +14,0 %), du sucre, de la confiture, du miel, du chocolat et de la confiserie (+11,5 % après +9,5 %), des boissons non alcoolisées (+11,6 % après +10,6 %) et alcoolisées (+6,9 % après +5,8 %).

Léger ralentissement de l’inflation des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,5 % en janvier, après +4,6 % en décembre. Les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent (+2,4 % après +2,6 %) en raison d’une baisse mensuelle des prix, liée aux soldes d’hiver, légèrement plus marquée qu’en janvier 2022. Ceux des « autres produits manufacturés » augmentent au même rythme que le mois précédent (+6,2 %). Les prix accélèrent pour la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+8,5 % après +7,3 %), les biens d’équipements ménagers non durables (+17,6 % après +15,5 %), les équipements de sport (+3,8 % après +3,1 %), les autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+8,2 % après +7,1 %) et les livres (+2,9 % après +2,4 %). À l’inverse, les prix ralentissent pour les meubles et articles d’ameublement (+9,2 % après +9,5 %), les petits appareils électroménagers (+11,3 % après +12,4 %), les jeux, jouets et passe-temps (+0,2 % après +1,0 %) et les véhicules (+7,0 % après +7,4 %). Enfin, les prix des produits de santé diminuent de nouveau sur un an (‑0,6 % en janvier, comme en décembre).

Ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 2,6 % en janvier, après +2,9 % en décembre. La hausse des prix des « autres services » s’atténue (+3,5 % après +3,7 %), notamment les prix des services d’hébergement (+2,4 % après +5,6 %), des forfaits touristiques (+19,3 % après +30,7 %) et de la protection sociale (+3,7 % après +6,3 %). À l’inverse, les prix des services d’entretien et de réparations du logement (+6,3 % après +5,8 %) et de véhicules particuliers (+8,7 % après +7,7 %) accélèrent, tout comme ceux des services de restauration (+5,3 % après +4,9 %) et de transport (+10,2 % après +8,6 %), notamment le transport aérien (+25,7 % après +21,9 %) et le transport routier (+10,1 % après +4,7 %). Les prix des services de communication reculent de nouveau sur un an (‑1,4 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères augmentent au même rythme que le mois précédent (+2,0 %) et ceux des services de santé se replient (‑0,4 % après +0,1 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 janvier 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 12 2022

Évolution mensuelle : ‑0,1 % en décembre ; variation sur un an : +5,9 %

En décembre 2022, l’indice des prix à la consommation (IPC) recule de 0,1 % sur un mois, après +0,3 % en novembre. Les prix de l’énergie se replient (‑3,6 % après +0,9 %) du fait de la baisse des prix des produits pétroliers (‑5,2 % après +0,3 %). Les prix des produits manufacturés ralentissent (+0,2 % après +0,4 %) et ceux de l’alimentation augmentent au même rythme que le mois précédent (+0,5 %). Les prix des services accélèrent (+0,3 % après +0,1 %), notamment ceux des services de transport (+2,3 % après +0,6 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation reculent de 0,1 %, après +0,2 % en novembre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,9 % en décembre 2022, après +6,2 % en novembre. Cette baisse de l’inflation est due au ralentissement des prix de l’énergie (+15,1 % après +18,4 %) et, dans une moindre mesure, des services (+2,9 % après +3,0 %). Les prix de l’alimentation augmentent sur un an au même rythme qu’en novembre (+12,1 %) et ceux des produits manufacturés accélèrent (+4,6 % après +4,4 %).

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente est stable en décembre, à 5,3 % sur un an, comme en novembre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) recule de 0,1 % sur un mois, après +0,4 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,7 %, après +7,1 % en novembre.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie ralentissent en décembre 2022 (+15,1 % après +18,4 %). Les prix des produits pétroliers décélèrent pour le deuxième mois consécutif (+14,3 % après +17,9 %), du fait du ralentissement des prix du gazole (+15,6 % après +19,3 %) et des combustibles liquides (+37,8 % après +51,6 %). Les prix de l’électricité (+7,3 % après +9,9 %), du gaz (+29,3 % après +32,6 %) et des combustibles solides (+52,1 % après +55,3 %) sont également un peu moins dynamiques en décembre.

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 2,9 % en décembre 2022, après +3,0 % en novembre. La hausse des prix des « autres services » s’atténue légèrement (+3,7 % après +3,8 %), notamment les prix des services d’hébergement (+5,6 % après +6,0 %), de participation à des services récréatifs et culturels (+3,9 % après +4,2 %) et d’assurance (+1,0 % après +2,0 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères ralentissent (+2,0 % après +2,4 %) tout comme ceux des services de transport (+8,6 % après +9,1 %), notamment du transport routier (+4,7 % après +9,1 %). Les prix des services de communication reculent de 1,4 %, comme en novembre. Les prix des services de santé augmentent de 0,1 %, comme le mois précédent.

Stabilité de l’inflation alimentaire sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 12,1 % en décembre 2022, comme en novembre. Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent (+12,6 % après +12,0 %), notamment ceux du lait, du fromage et des œufs (+16,9 % après +16,0 %), de la viande (+14,0 % après +13,7 %), du pain et des céréales (+12,1 % après +11,8 %), du sucre, de la confiture, du miel, du chocolat et de la confiserie (+9,5 % après +8,7 %), des boissons non alcoolisées (+10,6 % après +10,2 %) et alcoolisées (+5,8 % après +5,3 %). À l’inverse, les prix des produits frais ralentissent (+9,3 % après +12,7 %), notamment ceux des légumes frais (+12,4 % après +21,0 %), des fruits frais (+6,1 % après +7,5 %) et des fruits de mer frais (+8,9 % après +9,1 %).

Légère accélération des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,6 % en décembre 2022, après +4,4 % en novembre, du fait de la hausse des prix des « autres produits manufacturés » (+6,2 % après +5,9 %) et de la moindre baisse des prix des produits de santé (‑0,6 % après ‑0,7 %). Les prix des meubles et articles d’ameublement accélèrent (+9,5 % après +7,6 %), tout comme ceux des biens d’équipement ménager non durables (+15,5 % après +14,1 %), des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+7,1 % après +6,5 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+5,9 % après +5,5 %) et des véhicules (+7,4 % après +7,0 %). À l’inverse, les prix de l’habillement et des chaussures ralentissent (+2,6 % après +2,8 %), notamment ceux des vêtements (+2,4 % après +3,2 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 4 janvier 2023, les évolutions mensuelles et annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 11 2022

Évolution mensuelle : +0,3 % en novembre ; variation sur un an : +6,2 %

En novembre 2022, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,3 % sur un mois, après +1,0 % en octobre. Les prix de l’énergie (+0,9 % après +5,8 %), de l’alimentation (+0,5 % après +1,7 %) et – dans une moindre mesure – des produits manufacturés (+0,4 % après +0,8 %) ralentissent. Les prix des services restent quasi stables en novembre (+0,1 % après +0,0 % en octobre). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 0,2 %, après +1,0 % en octobre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 6,2 % en novembre 2022, comme en octobre. La hausse des prix des produits manufacturés (+4,4 % après +4,2 %) et de l’alimentation (+12,1 % après +12,0 %) s’accentue légèrement. Les prix des services augmentent sur un an à un rythme proche du mois précédent (+3,0 % après +3,1 %). Les prix de l’énergie ralentissent (+18,4 % après +19,1 %), notamment du fait du moindre dynamisme des prix des produits pétroliers (+17,9 % après +19,9 %), et ce malgré la diminution des remises sur les carburants mi-novembre.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +5,3 % en novembre 2022, après +5,0 % en octobre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,4 % sur un mois, après +1,2 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 7,1 %, comme en octobre.

Légère accélération des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,4 % en novembre, après +4,2 % en octobre, du fait de la hausse des prix des « autres produits manufacturés » (+5,9 % après +5,6 %). Les prix des véhicules (+7,0 % après +6,5 %), des gros appareils ménagers (+6,5 % après +5,6 %), des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+6,5 % après +5,6 %), des biens d’équipement ménager non durables (+14,1 % après +12,2 %) et des articles en papier (+15,5 % après +14,5 %) accélèrent. Les prix de l’habillement et des chaussures augmentent au même rythme que le mois précédent (+2,8 %). Enfin, la baisse des prix des produits de santé est un peu plus marquée en novembre (-0,7 % après -0,6 %).

La hausse des prix alimentaires s’accentue légèrement sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent toujours fortement en novembre (+12,1 % après +12,0 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent (+12,0 % après +11,1 %), notamment ceux de la viande (+13,7 % après +12,4 %), du lait, du fromage et des œufs (+16,0 % après +14,8 %), du pain et des céréales (+11,8 % après +11,2 %), des boissons non alcoolisées (+10,2 % après +9,1 %) et alcoolisées (+5,3 % après +5,0 %). À l’inverse, les prix des légumes frais (+21,0 % après +33,9 %), des fruits frais (+7,5 % après +8,0 %) et du poisson frais (+12,4 % après +13,6 %) ralentissent.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l’énergie ralentissent en novembre (+18,4 % après +19,1 %). La hausse des prix des produits pétroliers est moins marquée (+17,9 % après +19,9 %), du fait du ralentissement des prix du gazole (+19,3 % après +20,3 %), et ce malgré la diminution des remises sur les carburants, des combustibles liquides (+51,6 % après +66,7 %) et des hydrocarbures liquéfiés (+5,7 % après +9,6 %). Les prix du gaz sont également un peu moins dynamiques en novembre (+32,6 % après +34,0 %). À l’inverse, les prix de l’électricité (+9,9 % après +8,8 %), de l’essence (+2,6 % après +0,3 %) et des combustibles solides (+55,3 % après +49,1 %) accélèrent.

Faible ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,0 % en novembre, après +3,1 % en octobre. La baisse des prix des services de communication s’accentue légèrement (-1,4 % après -1,3 %). Les prix des services de transport ralentissent (+9,1 % après +10,5 %), notamment ceux du transport aérien (+20,0 % après +27,5 %) et du transport ferroviaire (+5,6 % après +7,9 %). La hausse des prix des « autres services » s’atténue légèrement (+3,8 % après +3,9 %), notamment les prix des services d’hébergement (+6,0 % après +6,4 %), d’entretien et de réparation du logement (+5,5 % après +5,6 %) et des forfaits touristiques (+27,5 % après +28,5 %). La baisse des prix des redevances et abonnements audio-visuels s’accentue à nouveau (-34,2 % après -22,7 %), la suppression de la contribution à l’audiovisuel public étant désormais totalement prise en compte. Les prix des services de santé ralentissent (+0,1 % après +0,5 %) et ceux des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères augmentent au même rythme que le mois précédent (+2,4 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 novembre 2022, les évolutions annuelles de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées. Les évolutions mensuelles de l’IPC et de l’IPCH sont révisées à la baisse de 0,1 point.

Commentaire du 01 10 2022

Évolution mensuelle : +1,0 % en octobre ; variation sur un an : +6,2 %

En octobre 2022, l'indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 1,0 % sur un mois, après -0,6 % en septembre. Après trois mois consécutifs de baisse, les prix de l'énergie rebondissent (+5,8 % après -2,6 %), tirés par les prix des produits pétroliers (+6,9 % après -7,0 %), et ceux de l'alimentation accélèrent (+1,7 % après +1,1 %). Les prix des produits manufacturés ralentissent légèrement (+0,8 % après +0,9 %) et ceux des services sont stables (+0,0 % après -1,5 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 1,0 %, après -0,3 % en septembre. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 6,2 %, après +5,6 % en septembre. Cette hausse de l'inflation résulte de l'accélération des prix de l'alimentation (+12,0 % après +9,9 %), de l'énergie (+19,1 % après +17,9 %) et des produits manufacturés (+4,2 % après +3,6 %). Les prix des services ralentissent légèrement en octobre (+3,1 % après +3,2 %). L’indice des prix à la consommation hors tabac des ménages du 1er quintile de la distribution des niveaux de vie croît de 6,6 % sur un an, après +5,9 % en septembre.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +5,0 % en octobre, après +4,5 % en septembre. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 1,2 % sur un mois, après -0,5 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 7,1 %, après +6,2 % en septembre.

Accélération des prix alimentaires sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation accélèrent nettement en octobre (+12,0 % après +9,9 %). La hausse des prix des produits frais est marquée (+17,3 % après +11,3 %) : les prix des légumes frais (+33,9 % après +17,7 %) et des fruits frais (+8,0 % après +6,6 %) accélèrent. À l'inverse, les prix du poisson frais ralentissent (+13,6 % après +16,5 %). Hors produits frais, les prix de l'alimentation accélèrent également (+11,1 % après +9,6 %) notamment ceux de la viande (+12,4 % après +11,0 %), du lait, du fromage et des œufs (+14,8 % après +12,6 %), du pain et des céréales (+11,2 % après +9,9 %), des boissons non alcoolisées (+9,1 % après +8,0 %) et alcoolisées (+5,0 % après +4,1 %).

Accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l'énergie accélèrent en octobre (+19,1 % après +17,9 %). Les prix des produits pétroliers augmentent (+19,9 % après +18,7 %) du fait de la hausse des prix du gazole (+20,3 % après +19,1 %) et du léger rebond des prix de l'essence (+0,3 % après -2,3 %). Les prix du gaz (+34,0 % après +30,4 %) et des combustibles solides (+49,1 % après +28,4 %) accélèrent également. À l'inverse, les prix de l'électricité ralentissent en octobre (+8,8 % après +10,7 %).

Hausse des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 4,2 % en octobre (après +3,6 % en septembre) du fait de la hausse des prix de l'habillement et des chaussures (+2,8 % après +2,5 %) et des « autres produits manufacturés » (+5,6 % après +4,8 %) et de la moindre baisse des prix des produits de santé (-0,6 % après -0,9 %). Les prix des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+5,6 % après +4,3 %), des véhicules (+6,5 % après +5,8 %), des biens d'équipement ménager non durables (+12,2 % après +9,8 %), des articles en papier (+14,5 % après +12,4 %) et de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+6,7 % après +5,4 %) accélèrent en octobre.

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,1 % en octobre, après +3,2 % en septembre. Les prix des services de communication se replient (-1,3 % après +0,7 %) du fait de la baisse plus marquée en octobre des prix des services de téléphonie mobile (-5,4 % après -1,0 %). Les prix des « autres services » ralentissent légèrement (+3,9 % après +4,0 %). La prise en compte progressive de la suppression de la contribution à l'audiovisuel public fait de nouveau baisser les prix des redevances et abonnements audio-visuels (-22,7 % sur un an après -11,3 %) . À l'inverse, les prix des services d'hébergement (+6,4 % après +4,0 %), d'entretien et de réparation du logement (+5,6 % après +5,2 %) et des assurances (+0,7 % après +0,2 %) sont en hausse. Les prix des services de transport accélèrent (+10,5 % après +8,6 %) notamment ceux du transport aérien (+27,5 % après +23,1 %) et du transport routier (+6,7 % après +5,5 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères (+2,4 % après +2,0 %) et des services de santé (+0,5 % après +0,3 %) accélèrent également en octobre.

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 28 octobre 2022, l'évolution mensuelle de l'IPC et les évolutions annuelles de l'IPC et de l'IPCH sont confirmées. L'évolution mensuelle de l'IPCH est révisée à la baisse de 0,1 point.

Commentaire du 01 09 2022

Évolution mensuelle : -0,6 % en septembre ; variation sur un an : +5,6 %

En septembre 2022, l'indice des prix à la consommation (IPC) baisse de 0,6 % sur un mois, après +0,5 % en août. Les prix des services se contractent (-1,5 % après +0,3 %), du fait du repli saisonnier plus marqué que l'année dernière des prix de certains services liés au tourisme. Pour le troisième mois consécutif, les prix de l'énergie baissent (-2,6 % après -3,9 % en août et -1,3 % en juillet) dans le sillage de ceux des produits pétroliers (-7,0 % après -7,6 % en août et -3,6 % en juillet). Les prix des produits manufacturés (+0,9 % après +1,8 %) et ceux de l'alimentation (+1,1 % après +1,7 %) ralentissent. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en baisse de 0,3 %, après +0,2 % en août. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,6 %, après +5,9 % en août. Cette baisse de l'inflation résulte du ralentissement des prix des services (+3,2 % après +3,9 %) et de l'énergie (+17,9 % après +22,7 %). Les prix des produits manufacturés augmentent à un rythme comparable à celui du mois d'août (+3,6 % après +3,5 %), tandis que ceux de l'alimentation accélèrent de nouveau sur un an (+9,9 % après +7,9 %).

Moindre inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue légèrement sur un an, atteignant +4,5 % en septembre, après +4,7 % en août. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) baisse de 0,5 % sur un mois, après +0,5 % le mois précédent. Sur un an, il ralentit légèrement : +6,2 %, après +6,6 % en août.

Ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,2 % en septembre, après +3,9 % en août. Les prix des services de transport ralentissent nettement (+8,6 % après +15,3 %) notamment ceux du transport aérien (+23,1 % après +39,8 %) et du transport routier (+5,5 % après +11,6 %). Les prix des « autres services » sont également moins dynamiques en septembre (+4,0 % après +4,8 %) du fait du ralentissement saisonnier des prix des services d'hébergement (+4,0 % après +7,1 %) et des forfaits touristiques (+25,3 % après +41,4 %) et de la moindre hausse des prix des assurances (+0,2 % après +1,7 %). Les prix des redevances et abonnements audio-visuels se replient (-11,3 % après +1,4 %) en raison des premiers effets de la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Les prix des services de communication progressent au même rythme que le mois précédent (+0,7 %). Ceux des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères (+2,0 % après +1,8 %) et des services de santé (+0,3 % après +0,0 %) augmentent en septembre.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l'énergie ralentissent en septembre (+17,9 % après +22,7 %). Ceux des produits pétroliers décélèrent (+18,7 % après +28,7 %), en lien notamment avec l'augmentation des remises sur les carburants : les prix du gazole ralentissent (+19,1 % après +29,4 %) et ceux de l'essence se replient (-2,3 % après +13,4 %). Les prix du gaz ralentissent (+30,4 % après +37,9 %) du fait d'une hausse mensuelle plus marquée en septembre 2021 et ceux de l'électricité accélèrent (+10,7 % après +7,7 %).

Légère accélération des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 3,6 % en septembre, après +3,5 % en août. Cette légère accélération résulte de la moindre baisse des prix des produits de santé (-0,9 % après -1,3 %) et de l'augmentation des prix des « autres produits manufacturés » (+4,8 % après +4,7 %). Les prix des biens d'équipement ménager non durables (+9,8 % après +8,5 %), des produits pour jardin, plantes et fleurs (+3,0 % après +2,8 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+4,4 % après +3,5 %) et des gros appareils ménagers (+5,8 % après +4,7 %) accélèrent. À l'inverse, ceux de l'habillement et des chaussures (+2,5 % après +2,7 %), des meubles et articles d'ameublement (+8,4 % après +8,9 %) et des véhicules (+5,8 % après +6,3 %) ralentissent en septembre.

Poursuite de l’accélération des prix alimentaires sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation accélèrent nettement en septembre (+9,9 % après +7,9 %), en raison d'une hausse mensuelle en septembre et d'un repli en septembre 2021. La hausse sur un an des prix des produits frais s'accentue (+11,3 % après +3,5 %) : les prix des légumes frais (+17,7 % après +0,5 %), des fruits frais (+6,6 % après +3,2 %) et du poisson frais (+16,5 % après +15,7 %) accélèrent. Hors produits frais, les prix de l'alimentation accélèrent également (+9,6 % après +8,6 %) notamment ceux du lait, du fromage et des œufs (+12,6 % après +10,9 %), de la viande (+11,0 % après +10,2 %), du pain et des céréales (+9,9 % après +9,1 %), des boissons non alcoolisées (+8,0 % après +7,1 %) et alcoolisées (+4,1 % après +3,7 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 septembre 2022, l'évolution mensuelle de l'IPCH et les évolutions annuelles de l'IPC et de l’IPCH sont confirmées. L'évolution mensuelle de l'IPC est révisée à la baisse de 0,1 point.

Commentaire du 01 08 2022

Évolution mensuelle : +0,5 % en août ; variation sur un an : +5,9 %

En août 2022, l'indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,5 % sur un mois, après +0,3 % en juillet. Les prix des produits manufacturés rebondissent (+1,8 % après -1,6 %) notamment en raison de la fin des soldes d'été. Les prix de l'alimentation accélèrent (+1,7 % après +1,0 %) du fait du rebond des prix des produits frais (+2,0 % après -1,0 %) et de l'augmentation des prix de l'alimentation hors produits frais (+1,6 % après +1,4 %). Les prix des services ralentissent (+0,3 % après +1,3 %) et la baisse des prix de l'énergie est plus marquée qu'en juillet (-3,9 % après -1,3 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 0,2 %, après +0,4 % en juillet. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,9 %, après +6,1 % en juillet. Cette légère baisse de l'inflation résulte du ralentissement des prix de l'énergie (+22,7 % après +28,5 %) notamment ceux des produits pétroliers (+28,7 % après +39,0 %). Les prix des services augmentent sur un an au même rythme que le mois précédent (+3,9 %). Ceux de l'alimentation accélèrent (+7,9 % après +6,8 %) ainsi que ceux des produits manufacturés (+3,5 % après +2,7 %).

Accélération de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, atteignant +4,7 % en août, après +4,3 % en juillet. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,5 % sur un mois, après +0,3 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,6 %, après +6,8 % en juillet.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l'énergie ralentissent en août (+22,7 % après +28,5 %). La hausse sur un an des prix des produits pétroliers est moins marquée que le mois précédent (+28,7 % après +39,0 %) notamment pour l’essence (+13,4 % après +25,5 %), le gazole (+29,4 % après +37,6 %) et les combustibles liquides (+69,0 % après +83,5 %). Les prix de l'électricité (+7,7 % après +8,2 %) et du gaz (+37,9 % après +42,4 %) ralentissent également.

Stabilité de l’inflation des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,9 % en août, comme en juillet. Les prix des « autres services » accélèrent légèrement (+4,8 % après +4,7 %) notamment en raison du rebond des prix des services récréatifs et culturels (+0,7 % après -0,5 %) et de la hausse des prix des services de restauration (+4,9 % après +4,5 %), d'entretien et de réparation de véhicules particuliers (+7,1 % après +6,5 %) et de protection sociale (+6,1 % après +5,7 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères (+1,8 %) et des services de communication (+0,7 %) croissent sur un an au même rythme que le mois précédent. Les prix des services de transports ralentissent (+15,3 % après +17,4 %) notamment ceux du transport ferroviaire (+6,3 % après +11,1 %) et du transport aérien (+39,8 % après +46,5 %). Enfin, les prix des services de santé sont stables (+0,0 % après +0,1 %).

Accélération des prix alimentaires sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 7,9 %, après +6,8 % en juillet. La hausse des prix des produits frais est moins soutenue que le mois précédent (+3,5 % après +5,2 %) : les prix des légumes frais (+0,5 % après +4,9 %) et du poisson frais (+15,7 % après +17,2 %) ralentissent. En revanche, ceux des fruits frais accélèrent (+3,2 % après +2,7 %). Hors produits frais, les prix de l'alimentation accélèrent nettement (+8,6 % après +7,1 %), notamment ceux de la viande (+10,2 % après +8,8 %), du lait, du fromage et des œufs (+10,9 % après +8,0 %), du pain et des céréales (+9,1 % après +7,6 %), des boissons alcoolisées (+3,7 % après +3,0 %) et non alcoolisées (+7,1 % après +6,1 %).

Poursuite de la hausse des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 3,5 % en août, après +2,7 % en juillet. Cette accélération est due à la progression des prix de l'habillement et des chaussures (+2,7 % après +0,5 %) et des « autres produits manufacturés » (+4,7 % après +4,1 %) en lien avec la fin des soldes d'été et une hausse mensuelle plus marquée en août 2022 qu’en août 2021. Les prix des meubles et articles d'ameublement (+8,9 % après +7,9 %), des biens d'équipement ménager non durables (+8,5 % après +6,3 %), de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+5,6 % après +4,5 %), des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+4,2 % après +3,3 %) et des véhicules (+6,3 % après +5,0 %) accélèrent. La baisse sur un an des prix des produits de santé s'atténue légèrement en août (-1,3 % après -1,5 %).

Révisions

La prise en compte des derniers relevés de prix en fin de mois a pour conséquence un ralentissement moins marqué des prix de l’énergie et une accélération plus soutenue des prix de l’alimentation. Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 août 2022, les évolutions mensuelles et annuelles de l'IPC et de l’IPCH sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 07 2022

Évolution mensuelle : +0,3 % en juillet ; variation sur un an : +6,1 %

En juillet 2022, l'indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,3 % sur un mois, après +0,7 % en juin. Les prix des services accélèrent (+1,3 % après +0,3 %), en lien avec les prix des « autres services » (+1,4 % après +0,2 %) et notamment des services d'hébergement (+16,4 % après +4,6 %), ainsi qu'avec ceux des services de transport (+11,7 % après +3,4 %). Les prix de l'alimentation accélèrent également, dans une moindre mesure (+1,0 % après +0,8 %). Ceux des produits manufacturés se replient (–1,6 % après +0,0 %), principalement en raison des soldes d'été, ainsi que ceux de l'énergie (–1,3 % après +5,2 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 0,4 %, après +0,8 % en juin. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 6,1 %, après +5,8 % en juin. Cette hausse de l’inflation résulte de l’accélération des prix des services (+3,9 % après +3,3 %), de l'alimentation (+6,8 % après +5,8 %), et dans une moindre mesure des produits manufacturés (+2,7 % après +2,5 %). Les prix de l'énergie ralentissent légèrement (+28,5 % après +33,1 %).

Accélération de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente sur un an, à +4,3 % en juillet, après +3,7 % en juin, en raison d'une hausse mensuelle de 0,8 %. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,3 % sur un mois, après +0,9 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,8 %, après +6,5 % en juin.

Accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,9 % en juillet, après +3,3 % en juin. Les prix des services de transports accélèrent (+17,4 % après +13,1 %) : le fort accroissement des prix du transport aérien (+46,5 % après +26,5 %) n'est pas compensé par le ralentissement de ceux du transport ferroviaire (+11,1 % après +13,2 %) et du transport routier (+9,7 % après +10,8 %). Les prix des « autres services » accélèrent également (+4,7 % après +4,0 %), notamment en raison de la hausse des prix des services d'hébergement (+14,7 % après +9,5 %), de restauration (+4,5 % après +4,2 %) et d'entretien et réparation de véhicules particuliers (+6,5 % après +6,0 %). La hausse des prix sur un an des services de communication est un peu plus élevée en juillet qu'en juin (+0,7 % après +0,3 %) tandis que celle des services de santé se maintient au même niveau (+0,1 %). Enfin, l'augmentation sur un an des prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères est un peu moins forte que le mois précédent (+1,8 % après +2,2 %).

Accélération des prix alimentaires sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 6,8 %, après +5,8 % en juin. La hausse des prix des produits frais est un peu moins soutenue que le mois précédent (+5,2 % après +6,6 %) : les prix des légumes frais (+4,9 % après +7,3 %), du poisson frais (+17,2 % après +18,3 %) et des fruits frais (+2,7 % après +2,9 %) ralentissent. Hors produits frais, les prix de l'alimentation accélèrent nettement (+7,1 % après +5,7 %), en lien avec les prix de la viande (+8,8 % après +7,2 %) et notamment des volailles (+14,6 % après +12,1 %), du lait, du fromage et des œufs (+8,0 % après +5,9 %), du pain et des céréales (+7,6 % après +6,6 %), des boissons alcoolisées (+3,0 % après +2,4 %) et non alcoolisées (+6,1 % après +4,8 %) et des huiles et graisses (+21,2 % après +17,7 %).

Légère accélération des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 2,7 % en juillet, après +2,5 % en juin. Cette légère accélération est due à la progression des prix des « autres produits manufacturés » (+4,1 % après +3,8 %) : ceux des meubles et articles d'ameublement (+7,9 % après +7,4 %), des biens d'équipement ménager non durables (+6,3 % après +4,8 %), de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+4,5 % après +3,7 %) et des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+3,3 % après +2,3 %) accélèrent, tandis que ceux des équipements de sport (+3,4 % après +4,2 %) et des véhicules (+5,0 % après +5,1 %) ralentissent, et que la baisse des prix des téléphones portables s'accentue (–4,1 % après –2,3 %). La hausse des prix sur un an de l'habillement et des chaussures se maintient au même niveau en juillet qu'en juin (+0,5 %), la baisse de ceux des produits de santé est stable également (–1,5 %).

L’augmentation sur un an des prix de l’énergie est moins forte en juillet qu’en juin

Sur un an, les prix de l'énergie ralentissent en juillet (+28,5 % après +33,1 % en juin). En raison de la baisse des prix en juillet, la hausse sur un an des prix des produits pétroliers est moins marquée que le mois précédent (+39,0 % après +47,5 %), notamment pour l’essence (+25,5 % après +35,9 %) et le gazole (+37,6 % après +45,9 %). L’augmentation sur un an des prix du gaz est également moins forte en juillet qu’en juin (+42,4 % après +49,3 %), car ils ont moins progressé en juillet 2022 qu’en juillet 2021. Enfin, les prix de l'électricité accélèrent (+8,2 % après +7,6 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 29 juillet 2022, les évolutions mensuelles et annuelles de l'IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 01 06 2022

Évolution mensuelle : +0,7 % en juin ; variation sur un an : +5,8 %

En juin 2022, l'indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,7 % sur un mois, comme en mai. Les prix de l'énergie accélèrent (+5,2 % après +1,6 %), portés par la forte progression des prix des produits pétroliers (+9,4 % après +2,9 %). Ceux de l'alimentation ralentissent (+0,8 % après +1,0 %), ainsi que ceux des services (+0,3 % après +0,5 %). Les prix des produits manufacturés sont stables (+0,0 % après +0,5 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 0,8 %, après +0,6 % en mai. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,8 %, après +5,2 % en mai. Cette hausse de l’inflation résulte de l’accélération des prix de l'énergie (+33,1 % après +27,8 %), de l'alimentation (+5,8 % après +4,3 %), et dans une moindre mesure des services (+3,3 % après +3,2 %). Les prix des produits manufacturés ralentissent (+2,5 % après +3,0 %).

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente est stable sur un an, à +3,7 % en juin comme en mai. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,9 % sur un mois, après +0,8 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 6,5 %, après +5,8 % en mai.

Forte accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l'énergie accélèrent en juin (+33,1 % après +27,8 %). La hausse sur un an des prix des produits pétroliers est nettement plus marquée que le mois précédent (+47,5 % après +36,7 %), notamment pour le gazole (+45,9 % après +35,2 %) et l’essence (+35,9 % après +24,2 %). Les prix de l’électricité accélèrent également (+7,6 % après +6,5 %) et ceux du gaz ralentissent (+49,3 % après +55,0 %).

Accélération des prix alimentaires sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 5,8 %, après +4,3 % en mai. Ceux des produits frais sont nettement plus dynamiques que le mois précédent (+6,6 % après +1,8 %) : les prix des fruits frais rebondissent (+2,9 % après −1,4 %), et ceux des légumes frais (+7,3 % après +0,2 %) et des poissons frais (+18,3 % après +13,7 %) accélèrent. Hors produits frais, les prix de l'alimentation accélèrent également (+5,7 % après +4,7 %), en lien avec les prix de la viande (+7,2 % après +6,1 %) et notamment des volailles (+12,1 % après +9,8 %), du pain et des céréales (+6,6 % après +5,5 %), du lait, du fromage et des œufs (+5,9 % après +4,7 %) et des huiles et graisses (+17,7 % après +13,9 %).

Légère augmentation des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 3,3 % en juin, après +3,2 % en mai. Les prix des services de transport accélèrent (+13,1 % après +9,0 %), en lien avec ceux du transport aérien (+26,5 % après +19,3 %), du transport routier (+10,8 % après +6,5 %) et du transport ferroviaire (+13,2 % après +10,8 %). Ceux des services de santé augmentent modérément (+0,1 % après +0,0 %). Les prix des « autres services » progressent au même rythme que le mois précédent (+4,0 %) : d'une part, les prix de l'hébergement (+9,5 % après +7,0 %), de l'entretien des logements (+4,8 % après +4,5 %) et des véhicules particuliers (+6,0 % après +5,4 %) accélèrent, d'autre part les prix de la restauration (+4,2 % après +4,6 %) et des assurances (+2,2 % après +2,4 %) ralentissent et ceux des services récréatifs et culturels se replient (−0,8 % après +0,4 %). La hausse sur un an des prix des services de communication se maintient également au même niveau qu'en mai (+0,3 %). Enfin, l'augmentation sur un an des prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères est un peu moins forte que le mois précédent (+2,2 % après +2,3 %).

Ralentissement des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent moins rapidement en juin qu'en mai (+2,5 % après +3,0 %), principalement en raison du fort ralentissement des prix de l'habillement et des chaussures (+0,5 % après +4,1 %), lié au début des soldes d'été. Les prix des « autres produits manufacturés » progressent au même rythme que le mois précédent (+3,8 %) : ceux des meubles et articles d'ameublement (+7,4 % après +6,3 %), des biens d'équipement ménager non durables (+4,8 % après +4,0 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+4,2 % après +3,7 %) et des véhicules (+5,1% après +4,8 %) accélèrent, tandis que ceux de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménages (+3,7 % après +5,1 %) et des autres appareils, articles et produits pour soins corporels (+2,3 % après +3,3 %) ralentissent. Enfin, la baisse des prix des produits de santé s'accentue légèrement (−1,5 % après −1,4 %) en lien avec les prix des produits pharmaceutiques (−2,0 % après −1,9 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 juin 2022, l'évolution mensuelle de l'IPC et les évolutions annuelles de l'IPC et de l’IPCH sont confirmées. L'évolution mensuelle de l'IPCH est révisée à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 01 05 2022

Évolution mensuelle : +0,7 % en mai ; variation sur un an : +5,2 %

En mai 2022, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,7 % sur un mois, après +0,4 % en avril. Les prix de l'énergie se redressent (+1,6 % après −2,5 %) en lien avec le rebond des prix des produits pétroliers (+2,9 % après −6,8 %). Ceux des produits manufacturés progressent au même rythme qu'en avril (+0,5 %). La hausse des prix de l'alimentation est nette mais moins soutenue que le mois précédent (+1,0 % après +1,4 %). Les prix des services ralentissent également (+0,5 % après +0,7 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 0,6 %, après +0,5 % en avril. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,2 %, après +4,8 % en avril. Cette hausse de l’inflation résulte de l’accélération des prix de l'énergie (+27,8 % après +26,5 %), des services (+3,2 % après +3,0 %), de l'alimentation (+4,3 % après +3,8 %) et des produits manufacturés (+3,0 % après +2,6 %).

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente en mai, à +3,7 % sur un an, après +3,2 % en avril. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,8 % sur un mois, après +0,5 % en avril ; sur un an, il augmente de 5,8 %, après +5,4 % le mois précédent.

Accélération des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, les prix de l'énergie accélèrent en mai (+27,8 % après +26,5 %). Ceux des produits pétroliers augmentent de nouveau (+36,7 % après +34,0 %) notamment ceux du gazole (+35,2 % après +34,3 %) et de l'essence (+24,2 % après +17,4 %). Les prix du gaz accélèrent (+55,0 % après +54,4 %) et ceux de l'électricité ralentissent (+6,5 % après +6,9 %).

Augmentation des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent en mai, à +3,2 % après +3,0 % en avril. Les prix des « autres services » accélèrent (+4,0 % après +3,3 %), notamment en raison de la hausse des prix des services d'hébergement (+7,0 % après +6,1 %), de restauration (+4,6 % après +2,7 %), d’entretien et de réparation de véhicules particuliers (+5,4 % après +4,8 %), d'assurance (+2,4 % après +1,7 %) et de protection sociale (+5,6 % après +5,2 %). Les prix des loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères accélèrent également (+2,3 % après +1,7 %) en lien avec la hausse des prix de l'énergie thermique (+70,7 % après +50,5 %). Ceux des services de transports ralentissent nettement (+9,0 % après +15,7 %), notamment ceux du transport aérien (+19,3 % après +22,4 %) et du transport routier (+6,5 % après +18,9 %). Les prix des services de santé (+0,0 % après +0,2 %) et des services de communication (+0,3 % après +2,3 %) ralentissent également.

Accélération des prix alimentaires sur un an

Sur un an, les prix de l’alimentation augmentent de 4,3 %, après +3,8 % en avril. La hausse des prix des produits frais est pourtant nettement moins soutenue qu'en avril (+1,8 % après +7,1 %) en lien avec le repli des prix des fruits frais (−1,4 % après +4,0 %) et le ralentissement marqué des prix des légumes frais (+0,2 % après +8,9 %). Les prix des poissons frais augmentent de nouveau (+13,7 % après +12,1 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent nettement (+4,7 % après +3,3 %) en lien avec les prix de la viande (+6,1 % après +4,2 %) notamment des volailles (+9,8 % après +6,4 %), du pain et des céréales (+5,5 % après +4,0 %), du lait, du fromage et des œufs (+4,7 % après +3,3 %), des huiles et graisses (+13,9 % après +7,2 %) et du café (+9,1 % après +6,2 %).

Hausse des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés accélèrent (+3,0 % après +2,6 %). Les prix de l'habillement et des chaussures ralentissent (+4,1 % après +4,3 %) contrairement à ceux des « autres produits manufacturés » (+3,8 % après +3,2 %). Les prix des meubles et articles d'ameublement (+6,3 % après +5,3 %), des gros appareils ménagers (+4,1 % après +2,6 %), des biens d'équipement ménager non durables (+4,0 % après +2,8 %), des journaux, livres et articles de papeterie (+3,7 % après +3,1 %) et des véhicules (+4,8 % après +4,0 %) accélèrent. Enfin, la baisse des prix des produits de santé s'accentue (−1,4 % après −1,2 %) en lien avec les prix des produits pharmaceutiques (−1,9 % après −1,7 %).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 mai 2022, les évolutions annuelles de l'IPC et de l’IPCH sont confirmées. Les évolutions mensuelles de l'IPC et de l'IPCH sont révisées à la hausse de 0,1 point.

source insee





A LA UNE
29/05/2024 08:29
Les médecins généralistes valident la consultation à 30 euros
Les membres du principal syndicat de généralistes libéraux, MG France, ont largement approuvé les propositions d'augmentation de rémunération faites par l'Assurance Maladie. L'avis des spécialistes se fait attendre.
suite...

28/05/2024 17:20
Crèches : un crédit d'impôt dans le viseur des députés
Une commission d'enquête propose de supprimer le crédit d'impôt famille, censé encourager les entreprises à aider leurs salariés à faire garder leurs enfants. Le dispositif est critiqué pour son manque d'efficacité et ses effets pervers.
suite...

28/05/2024 15:03
Réforme de l'assurance-chômage : les syndicats cherchent la bonne riposte
FO et la CGT vont probablement attaquer devant le Conseil d'Etat les prochains décrets réformant l'assurance-chômage. La CFDT réserve sa position mais exclut des actions durant les JO. Les numéros uns des syndicats se réuniront lundi prochain pour discuter de la riposte, mais leurs leviers sont réduits.
suite...

28/05/2024 08:42
Impôts locaux : la majorité vante les baisses massives des années Macron
Entre 2017 et 2023, chaque ménage français a vu ses impôts locaux diminuer de 340 euros en moyenne selon les calculs du rapporteur général du Budget à l'Assemblée, Jean-René Cazeneuve. Du côté des entreprises, les baisses sont également massives.
suite...

28/05/2024 04:04
Embauche des cadres : les pratiques des entreprises critiquées
Processus trop longs et imprécis, manque de considération ou retours lacunaires : une étude de l'Apec publiée ce mardi pointe des comportements qui participent aux difficultés de recrutement.
suite...

27/05/2024 16:13
Retraites : des droits supplémentaires pour les autoentrepreneurs
Les autoentrepreneurs exerçant une profession libérale vont voir leur taux de cotisations augmenter. De quoi leur permettre de renforcer leurs droits à une retraite complémentaire. Une mesure qui fait débat.
suite...

27/05/2024 11:27
Impôt : la date limite pour déclarer ses revenus reportée pour certains contribuables
À la suite de difficultés rencontrées par des contribuables de certains départements, la Direction générale des finances publiques leur octroie un délai supplémentaire pour déclarer en ligne leurs revenus. Êtes-vous concernés ?
suite...

27/05/2024 15:59
Petite enfance : le système des crèches « à bout de souffle »
La commission d'enquête de l'Assemblée sur les crèches dénonce dans son rapport de nombreuses défaillances. LFI, qui avait demandé sa création, est en désaccord avec une partie de ses conclusions qui ménagent, selon elle, le secteur privé lucratif.
suite...

27/05/2024 05:18
Budget : le RN et LFI s'apprêtent à dégainer leur motion de censure
Les deux partis d'opposition devraient déposer cette semaine des motions de censure contre le gouvernement sur sa politique budgétaire. Si les chances d'aboutir sont faibles, le parti d'extrême droite veut en profiter pour semer la zizanie chez Les Républicains.
suite...

27/05/2024 04:55
Assurance-chômage : l'exécutif durcit les règles avant le rebond économique espéré en 2025
Gabriel Attal a confirmé ce dimanche les principales mesures de la réforme, dont le passage de 6 à 8 mois cotisés nécessaires pour être indemnisé (sur une période de référence qui passe, elle, de 24 à 20 mois). Elle devrait entrer en vigueur au 1 er  décembre, en même temps que la future loi travail censée améliorer le maintien en emploi des seniors.
suite...