Titre
Vendredi 27 novembre 2020 Saint du jourSaint Séverin 10h23
 

Historique des commentaires Insee

Commentaire du 30 11 2020

Sur un an, les prix à la consommation augmenteraient de 0,2 % en novembre 2020, après avoir été stables le mois précédent, selon l’estimation provisoire réalisée en fin de mois. Cette hausse de l’inflation résulterait d’une accélération des prix des services et de ceux de l’alimentation. Les prix de l’énergie reculeraient au même rythme que le mois dernier. Les prix du tabac ralentiraient et ceux des produits manufacturés baisseraient davantage. Sur un mois, les prix à la consommation augmenteraient de 0,2 %, après avoir été stables le mois précédent. Les prix des services rebondiraient après une baisse en octobre et ceux de l’alimentation progresseraient à un rythme plus soutenu que le mois dernier. Les prix du tabac croîtraient nettement et ceux de l’énergie augmenteraient légèrement plus qu’en octobre. Les prix des produits manufacturés se replieraient en novembre. Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé progresserait de 0,2 %, après 0,1 % en octobre. Sur un mois, il augmenterait de 0,2 %, après avoir été stable le mois précédent.

Commentaire du 31 10 2020

Évolution mensuelle : 0,0 % en octobre , variation sur un an : 0,0 %

En octobre 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) est stable sur un mois, après –0,5 % en septembre 2020. Les prix de l’alimentation (+0,2 % après –0,5 %) et ceux de l’énergie (+0,2 % après –0,7%) rebondissent. Ceux des services baissent moins que le mois précédent (–0,3 % après –1,5 %). Les prix du tabac sont stables. Enfin, ceux des produits manufacturés ralentissent fortement après un sursaut le mois dernier (+0,4 % après +1,6 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables en octobre, après –0,2 % en septembre. Sur un an, les prix à la consommation sont stables pour le deuxième mois consécutif. L’accélération des prix de l’alimentation (+1,5 % après +0,9 % en septembre) et la moindre baisse des prix de l’énergie (–7,8 % après –8,0 %) et de ceux des produits manufacturés (–0,1 % après –0,2%) sont compensées par le ralentissement des prix des services (+0,4 % après +0,6 %).

Ralentissement de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente au mois d’octobre de 0,3 % sur un an, après 0,5 % en septembre. L’indice des prix à la consommation harmonisée (IPCH) est stable sur un mois, après –0,6 % le mois précédent ; sur un an, il augmente de 0,1 % après avoir été stable en septembre.

Hausse des prix de l’alimentation sur un an

En octobre 2020, les prix de l’alimentation augmentent plus fortement sur un an qu’en septembre (+1,5 % après +0,9 %). Les prix des produits frais sont plus dynamiques que le mois précédent (+7,6 % après +2,3 %) en lien avec ceux des légumes frais (+12,6 % après –1,7 %). Les prix des fruits frais ralentissent légèrement (+8,7 % après +8,8 %) et ceux des poissons frais sont en baisse (–0,2 % après avoir été stables le mois dernier). Hors produits frais, les prix de l’alimentation décélèrent à +0,5 % sur an après +0,7 % le mois précédent. Les prix des viandes (+1,7 % après +1,9 %), ceux du pain et des céréales (+0,2 % après +0,4 %) et ceux des boissons alcoolisées (+0,7 % après +0,9 %) augmentent moins qu’en septembre.

Moindre baisse des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, le recul des prix de l’énergie s’atténue : −7,8 % en octobre, après −8,0 % en septembre en raison de la baisse moins forte que le mois dernier des prix du gaz naturel et de ville (−5,3 % après −10,9 %). Les prix des produits pétroliers reculent plus fortement que le mois précédent (–15,5 % après –14,7 %).

Baisse des prix des produits manufacturés moins forte sur un an qu’en septembre

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,1 %, après –0,2 % le mois dernier. Les prix de l’habillement et des chaussures reculent plus faiblement que le mois précédent (–1,0 % sur un an après –1,3 % en septembre). Ceux des « autres produits manufacturés » augmentent de 0,6 %, après +0,5 % le mois précédent. Les prix de la verrerie, vaisselle et ustensiles de cuisine augmentent de 0,8 % après +0,5 % le mois précédent. Les prix des jeux, jouets et passe-temps accélèrent (+1,7 % après +0,9 %) comme ceux des journaux, livres et articles de papeterie (+2,0 % après +1,7 %). Les prix des meubles et articles d’ameublement sont, en revanche, moins dynamiques (+1,8 % après +2,3 %). Après avoir été stables en septembre, les prix des gros appareils ménagers baissent de 0,1 %. Enfin, la baisse des prix des produits de santé est légèrement moins marquée que le mois précédent (–1,8 % sur un an, après –1,9 % en septembre).

Ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 0,4 % en octobre, après +0,6 % en septembre 2020. Les prix des services de communications baissent de 1,6 % après +1,6 % le mois précédent du fait du repli des prix des services de téléphonie mobile (–5,6 % après +1,2 %). Les prix des services de transports accentuent leur baisse (–5,4 % après –3,0 %) dans le sillage de ceux des transports aériens (–14,6 % après –7,6 %). Les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères augmentent au même rythme que le mois précédent (+0,3 %) et ceux des services de santé augmentent à un rythme plus soutenu que le mois précédent (+0,4 % après +0,3 %). Les prix des « autres services » augmentent de 1,1 % pour le deuxième mois consécutif.

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 octobre 2020, l’évolution de l’IPC sur un mois est corrigée à la hausse de 0,1 point et celle sur un an est confirmée. Les évolutions de l’IPCH sur un mois et sur un an sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 30 09 2020

Évolution mensuelle : –0,5 % en septembre , variation sur un an : 0,0 %

En septembre 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) recule de 0,5 % sur un mois, après –0,1 % en août 2020. Les prix des services se replient nettement (–1,5 % après +0,3 % en août). Ceux de l’énergie (–0,7 % après +0,3 %) et de l’alimentation (–0,5 % après +0,2 %) reculent également et ceux du tabac sont stables. Enfin, les prix des produits manufacturés rebondissent fortement (+1,6 % après une baisse de 1,2 % le mois précédent). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,2 % en septembre, après –0,5 % en août. Sur un an, les prix à la consommation sont stables, après +0,2 % le mois précédent. Cette stabilité résulte d’un ralentissement des prix des services et d’une baisse accentuée de ceux de l’énergie. Les prix du tabac augmentent légèrement moins sur un an qu’en août (+13,7 % après +13,8 % en août). Enfin, les prix de l’alimentation et ceux des produits manufacturés évoluent au même rythme que le mois précédent.

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente au mois de septembre de 0,5 % sur un an, au même rythme que le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) recule de 0,6 % sur un mois, après –0,1 % le mois précédent ; sur un an, il est stable, après +0,2 % en août.

Ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services augmentent de 0,6 % en septembre, après +0,9 % en août 2020. Les prix des « autres services » ralentissent (+1,1 % après +1,6 %), en lien avec le repli des prix des services d’hébergement (–2,2 % après +1,5 %), comme ceux des services de communication (+1,6 % après +1,8 %). Les prix des services de transport baissent moins que le mois précédent (–3,0 % après –4,4 %) dans le sillage de ceux des transports aériens (–7,6 % après –12,8 %). Les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères accélèrent un peu (+0,3 % après +0,2 %). Enfin, les prix des services de santé croissent au même rythme qu’en août (+0,3 % sur un an).

Baisse accentuée des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, le recul des prix de l’énergie s’accentue : −8,0 % en septembre, après −7,1 % en août. Les prix des produits pétroliers reculent plus fortement que le mois précédent (–14,7 % sur un an après –12,7 % en août), contrairement à ceux du gaz (–10,9 % après –11,9 %). Les prix de l’électricité augmentent au même rythme que le mois précédent (+3,9 %).

Stabilité de l’inflation alimentaire sur un an

En septembre 2020, les prix de l’alimentation augmentent au même rythme qu’en août (+0,9 %). Les prix des produits frais sont plus dynamiques que le mois précédent (+2,3 % après +1,5 %) en lien avec ceux des fruits frais (+8,8 % après +8,5 %). Les prix des légumes frais reculent de façon moins marquée (–1,7 % après –3,7 %) et ceux des poissons frais sont stables (0,0 % après –0,4 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation décélèrent à +0,7 % sur un an après +0,8 % le mois précédent. Les prix des viandes ralentissent (+1,9 % après +2,0 %) et ceux du sucre, des confitures, du miel, du chocolat et des confiseries reculent plus fortement que le mois précédent (–0,6 % après –0,1 %). Les prix des boissons alcoolisées croissent de 0,9 %, après +1,2 % au mois d’août.

Même baisse des prix des produits manufacturés sur un an qu’en août

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,2 %, comme le mois précédent. Les prix de l’habillement et chaussures reculent plus faiblement que le mois précédent (–1,3 % sur un an après –1,7 % en août et –1,3 % en juin avant les soldes, décalées cette année) et ceux des « autres produits manufacturés » accélèrent un peu (+0,5 % après +0,4 % en août). Les prix des automobiles neuves augmentent (+0,2 % sur un an après +0,1 % en août) comme ceux des jeux et passe-temps (+1,2 % après +0,1 %) et des matériels de traitement de l’information (+0,6 % après –1,6%). Les prix de l’ameublement d’intérieur (+2,4 % après +2,6 %), des gros appareils électroménagers (0,0 % après +0,4 %) et de la verrerie, vaisselle et ustensiles de cuisine (+0,5 % après +0,6 %) ralentissent. Enfin, la baisse des prix des produits de santé est légèrement moins marquée que le mois précédent (–1,9 % sur un an, après –2,0 % en août).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 septembre 2020, l’évolution sur un mois de l’IPC est confirmée et celle sur an est révisée à la baisse de 0,1 point. Les évolutions sur un mois et un an de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 31 08 2020

Évolution mensuelle : -0,1 % en août , variation sur un an : +0,2 %

En août 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie de 0,1 % sur un mois, après +0,4 % en juillet 2020. Les prix des produits manufacturés baissent nettement (−1,2 % après une stabilité en juillet). Ceux de l’énergie (+0,3 % après +1,0 %) et des services (+0,3 % après +0,9 %) ralentissent et ceux du tabac sont stables après une hausse de +0,1 % en juillet. Enfin, les prix de l’alimentation rebondissent légèrement (+0,2 % après une baisse de −0,9 % le mois précédent). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation se replient de 0,5 % en août, après +0,7 % en juillet. Sur un an, les prix à la consommation ralentissent à +0,2 %, après +0,8 % le mois précédent. Cette baisse de l’inflation résulte d’un repli des prix des produits manufacturés, en lien avec le décalage des soldes d’été, et d’un ralentissement de ceux de l’alimentation. En revanche, les prix de l’énergie baissent moins sur un an qu’en juillet. Enfin, les prix des services et du tabac augmentent au même rythme que le mois précédent.

Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente baisse en août, à +0,5 % sur un an, après +1,4 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie de 0,1 % sur un mois, après +0,4 % le mois précédent ; sur un an, il ralentit à +0,2 %, après +0,9 % en juillet.

Repli des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,2 %, après +1,8 % le mois précédent. Ce repli résulte de celui des prix de l’habillement et chaussures (−1,7 % après +10,1 %) et de la moindre hausse des « autres produits manufacturés » (+0,4 % après +1,1 %), en lien avec le décalage des soldes d’été. Les prix de l’ameublement d’intérieur (+2,6 % après +5,2 %), des jeux et passe-temps (+0,1 % après +1,6 %), des ustensiles et articles de cuisine non électriques (+1,2 % après +2,3 %) et des gros appareils ménagers (+0,4 % après +1,4 %) ralentissent. Les prix des ordinateurs personnels (−3,0 % après +0,6 %) et ceux des articles de voyage (−1,9 % après +4,5 %) reculent. En revanche, les prix des automobiles neuves augmentent (+0,1 % après une stabilité en juillet). Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’accentue (−2,0 % sur un an, après −1,9 % en juillet).

Ralentissement des prix alimentaires sur un an

En août 2020, les prix de l’alimentation décélèrent pour le quatrième mois consécutif : +0,9 % sur un an après +1,1 % en juillet. Les prix des produits frais sont moins dynamiques (+1,5 % sur un an après +2,2 %). Ceux des légumes frais reculent de façon plus marquée (−3,7 % sur an après −0,6 %) et ceux des poissons frais se replient (−0,4 % après +0,2 %). Les prix des fruits frais accélèrent (+8,5 % après +7,7 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation décélèrent également, à +0,8 % sur un an, après +0,9 % le mois précédent. Les prix des viandes (+2,0 % sur un an après +2,5 %) et du pain (+0,1 % après +0,4 %) ralentissent. En revanche, les prix des boissons alcoolisées accélèrent (+1,2 % après +1,1 %).

Moindre baisse des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, le recul des prix de l’énergie s’atténue : −7,1 % en août, après −7,4 % en juillet. Les prix de l’électricité accélèrent (+3,9 % après +3,6 % en juillet) et ceux des produits pétroliers reculent moins que le mois précédent (−12,7 % sur un an, après −12,8 % en juillet), tout comme ceux du gaz (−11,9 % sur un an après −13,0 % en juillet).

Même hausse des prix des services sur un an qu’en juillet

Sur un an, les prix des services croissent de 0,9 % en août, comme en juillet 2020. La baisse des prix des services de transport s’accentue nettement (−4,4 % après −0,8 %), dans le sillage de ceux des transports aériens (−12,8 % après −4,5 %). Les prix des services de santé ralentissent (+0,3 % après +0,6 %). Ceux des « autres services » accélèrent (+1,6 % après +1,2 %), en lien avec le rebond des prix des services d’hébergement (+1,5 % après −2,6 %). Les prix des services de communications restent en hausse (+1,8 % après +1,5 %). Enfin, les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères croissent au même rythme qu’en juillet (+0,2 % sur un an).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 28 août 2020, les évolutions sur un mois et sur un an de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 31 07 2020

Évolution mensuelle : +0,4 % en juillet , variation sur un an : +0,8 %

En juillet 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) accélère à 0,4 % sur un mois, après +0,1 % en juin 2020. Cette hausse résulte d’un renchérissement des services (+0,9 % après +0,3 %), d’une légère augmentation des prix du tabac (+0,1 % après une stabilité en juin) et d’une stabilité des produits manufacturés après une baisse de 0,3 % le mois dernier. En revanche, le recul des prix des produits alimentaires s’accentue (−0,9 % après −0,8 %) et les prix de l’énergie ralentissent à +1,0 % après +1,8 %. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,7 % en juillet, après +0,1 % en juin. Sur un an, les prix à la consommation accélèrent à 0,8 %, après +0,2 % le mois précédent. Cette hausse de l’inflation résulte d’un net rebond, sur un an, des prix des produits manufacturés, en lien avec le décalage des soldes d’été, et d’une moindre baisse des prix de l’énergie. En revanche, les prix de l’alimentation et, dans une moindre mesure, des services et du tabac, ralentissent.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente en juillet, à +1,4 % sur un an, après +0,3 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmente de 0,4 % sur un mois, après +0,1 % le mois précédent ; sur un an, il accélère à +0,9 %, après +0,2 % en juin.

Rebond des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés augmentent de 1,8 %, après −1,0 % le mois précédent. Ce rebond résulte en particulier de celui des prix de l’habillement et chaussures (+10,1 % après −4,0 %) et de celui des « autres produits manufacturés » (+1,1 % après −0,1 %) en lien avec le décalage des soldes d’été. Les prix de l’ameublement d’intérieur (+5,2 % après +1,5 %), des articles de bijouterie et horlogerie (+4,7 % après +1,3 %) et des équipements de sport (+2,6 % après +0,7 %) accélèrent. Les prix des téléphones portables reculent moins (−6,0 % après −11,5 %). Les prix des gros appareils ménagers (+1,4 % après −0,1 %) et des jeux et passe-temps (+1,6 % après −1,2 %) rebondissent. En revanche, les prix des automobiles neuves se stabilisent, après +0,4 % le mois dernier. Enfin, les prix des produits de santé reculent moins que le mois dernier (−1,9 % sur un an, après −2,2 % en juin).

Moindre baisse des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, le recul des prix de l’énergie s’atténue : −7,4 % en juillet, après −9,3 % en juin. Les prix des produits pétroliers reculent moins que le mois précédent : −12,8 % sur un an, après −15,1 % en juin, tout comme les prix du gaz : −13,0 % sur un an après −16,8 % en juin.

Ralentissement des prix alimentaires sur un an

En juillet 2020, les prix de l’alimentation décélèrent pour le troisième mois consécutif : +1,1 % sur un an après +2,6 % en juin. Les prix des produits frais sont nettement moins dynamiques (+2,2 % sur un an après +11,8 %). Ceux des légumes frais (−0,6 % sur an après + 15,9 %) se replient fortement. Les prix des fruits frais (+7,7 % après +14,2 %) et des poissons frais (+0,2 % après +8,9 %) ralentissent davantage. Hors produits frais, les prix de l’alimentation décélèrent également, à +0,9 % sur un an, après +1,0 % le mois précédent. Les prix des viandes (+2,5 % sur un an après +3,5 %) et du pain (+0,4 % après +1,1 %) ralentissent. En revanche, le recul des prix du lait, fromage, œufs (−0,1 % sur un an après −0,7 %) s’atténue.

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services décélèrent en juillet, à +0,9 % après +1,1 %. Les prix des services de transport se replient de −0,8 % sur un an après +2,5 % le mois précédent, dans le sillage de ceux des transports aériens (−4,5 % après +8,6 %). Les prix des « autres services » décélèrent également à +1,2 % après +1,3 %. Ce ralentissement est néanmoins limité par l’accélération des prix des services de communications (+1,5 % après +0,5 %) et, dans une moindre mesure, des services de santé (+0,6 % après +0,5 %). Enfin, les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères croissent au même rythme qu’en juin (+0,2 % sur un an).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 juillet 2020, les évolutions sur un mois et sur un an de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 30 06 2020

Évolution mensuelle : +0,1 % en juin , variation sur un an : +0,2 %

En juin 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,1 % sur un mois, comme le mois précédent. Les prix de l’énergie rebondissent sur le mois (+1,8 %, après −2,1 % en mai). Ceux des services ralentissent à +0,3 % après +0,4 %. Les prix du tabac sont stables, après +0,4 % le mois précédent. Le recul des prix des produits manufacturés s’accentue (−0,3 % après −0,1 %), et les prix des produits alimentaires se replient (−0,8 % après +0,5 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont en hausse de 0,1 %, après une stabilité en mai. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 0,2 %, après +0,4 % le mois précédent. Cette baisse de l’inflation résulte d’un ralentissement des prix des services et des produits alimentaires, et d’une accentuation de la baisse des prix des produits manufacturés. En revanche, le recul des prix de l’énergie s’atténue. Enfin, les prix du tabac augmentent au même rythme que le mois précédent.

Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue en juin, à +0,3 % sur un an, après +0,6 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmente de 0,1 % sur un mois, après +0,2 % le mois précédent ; sur un an, il ralentit à +0,2 %, après +0,4 % en mai.

Moindre baisse des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, la baisse des prix de l’énergie s’atténue : −9,3 % en juin, après −11,0 % en mai. Les prix des produits pétroliers reculent moins que le mois précédent : −15,1 % sur un an, après −21,2 % en mai ; sur le mois, ils rebondissent après quatre mois consécutifs de baisse (+4,0 % en juin après −3,8 %). Les prix de l’électricité ralentissent à +3,6 % sur un an, après +9,7 % au cours des quatre mois précédents : sur le mois, les prix sont stables alors qu’ils étaient en hausse en juin 2019. En revanche, les prix du gaz baissent davantage sur un an : −14,3 % après −13,6 % en mai.

Ralentissement des prix alimentaires sur un an

En juin 2020, les prix de l’alimentation décélèrent pour le deuxième mois consécutif : +2,6 % sur un an après +3,5 % en mai et +3,7 % en avril. Les prix des produits frais sont nettement moins dynamiques (+11,8 % sur un an après +17,3 %). Les prix des légumes frais (+15,9 % sur an après + 24,8 %), des fruits frais (+14,2 % après +18,0 %) et des poissons frais (+8,9 % après +10,3 %) ralentissent fortement. Hors produits frais, les prix de l’alimentation décélèrent également, à +1,0 % sur un an, après +1,2 % le mois précédent. Les prix des viandes (+3,5 % sur un an après +3,9 %), du riz (+0,2 % après +0,7 %), du sucre (+0,6 % après +0,8 %) et des légumes secs ou en conserve (+1,3 % après +1,6 %) ralentissent. Ceux du lait, fromage, œufs (−0,7 % sur un an après −0,2 %), des pâtes alimentaires et couscous (−0,3 % après −0,1 %) reculent davantage. En revanche, les prix des huiles et graisses sont stables sur un an, après −0,4 % le mois précédent. Ceux des fruits en conserve (+1,9 % après +1,1 %) et des boissons alcoolisées (+0,9 % après +0,3 %) accélèrent.

Recul accentué des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 1,0 %, après −0,7 % le mois précédent. La baisse des prix de l’habillement et chaussures sur un an s’accentue encore (−4,0 % sur un an après −2,7 %). Les prix des « autres produits manufacturés » fléchissent (−0,1 % après +0,1 %). Les prix des petits appareils ménagers (−1,3 % après +0,4 %) et des appareils électriques pour soins corporels (−0,6 % après +0,6 %) se replient et ceux des produits d’entretien et de nettoyage reculent davantage (−0,8 % sur un an, après −0,6 %). En revanche, la baisse des prix des gros appareils ménagers (−0,1 % après −1,4 %) et des articles d’hygiène corporelle, de bien être et produits de beauté (−1,3 % après −2,5 %) s’atténue. Enfin, les prix des produits de santé diminuent de 2,2 % sur un an, après −2,1 % en mai.

Baisse de l’inflation dans les services

Sur un an, les prix des services ralentissent en juin, à +1,1 % après +1,2 %. Les prix des services de communication décélèrent après un rebond le mois précédent (+0,5 % sur un an après +1,6 %). Les prix des « autres services », dont la consommation a progressivement repris depuis le début du déconfinement, sont moins dynamiques que le mois précédent : +1,3 % sur un an, après +1,6 %. Également fortement affectés par les mesures de confinement, les prix des services de transport accélèrent en juin (+2,5 % sur un an après +0,8 %) dans le sillage des transports aériens (+8,6 % sur un an après +4,5 %). Enfin, les prix des services de santé augmentent de 0,5 % sur un an après +0,4 % le mois précédent et ceux des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères croissent au même rythme qu’en mai (+0,2 % sur un an).

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 juin 2020, l’évolution sur un mois de l’IPC et l’IPCH est révisée de 0,2 point à la hausse, celle sur un an de 0,1 point.

Commentaire du 31 05 2020

Évolution mensuelle : 0,1 % en mai , variation sur un an : +0,4 %

En mai 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,1 % sur un mois, après une stabilité le mois précédent. Inchangés en avril, les prix des services sont en hausse de 0,4 % en mai, de même que ceux du tabac (+0,4 % après +0,0 %). La baisse des prix de l’énergie s’atténue (−2,1 % après −4,2 %). Les prix des produits alimentaires ralentissent (+0,5 % après +1,8 %), et ceux des produits manufacturés se replient de 0,1 %, après une stabilité le mois précédent. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables en mai, après −0,1 % en avril. Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 0,4 %, après +0,3 % le mois précédent. Cette légère hausse de l’inflation résulte d’une accélération des prix des services et du tabac, en partie compensée par une accentuation de la baisse des prix de l’énergie et des produits manufacturés et un ralentissement de ceux des produits alimentaires.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente, en mai, de 0,6 % sur un an, après +0,3 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) est en hausse de 0,2 % sur un mois, après une stabilité le mois précédent ; sur un an, il augmente de 0,4 %, comme en avril.

Baisse plus prononcée des prix de l’énergie sur un an

Sur un an, la baisse des prix de l’énergie s’accentue : −11,0 % en mai, après −8,6 % en avril. Il s’agit de leur plus forte baisse depuis octobre 2009. Les prix des produits pétroliers reculent de nouveau : −21,2 % sur un an, après −17,0 % en avril ; sur le mois, ils baissent, mais moins que le mois précédent (−3,8 % après −7,4 %), alors qu’ils étaient en hausse en mai 2019 (+1,3 %). Les prix du gaz baissent également davantage sur un an : −13,6 % après −13,2 % en avril. Les prix de l’électricité augmentent de 9,7 % sur un an, comme les trois mois précédents.

Ralentissement des prix alimentaires sur un an

En mai 2020, les prix de l’alimentation ralentissent légèrement, après la forte accélération du mois précédent : +3,5 % sur un an après +3,7 % en avril et +1,9 % en mars. Les prix des produits frais sont un peu moins dynamiques (+17,3 % sur un an après +17,8 %). Les prix des légumes frais (+24,8 % sur an après + 30,3 %) et des poissons frais (+10,3 % après +19,0 %) ralentissent nettement alors que les fruits frais se renchérissent (+18,0 % sur an, après +10,8 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation décélèrent également, à +1,2 % sur un an, après +1,4 % le mois précédent. Les prix du lait, fromage, œufs se replient de −0,2 % sur un an après +0,1 %. Ceux des farines et autres céréales (−2,0 % après −1,6 %) et des huiles et graisses (−0,4 % après −0,3 %) baissent davantage et les prix des boissons alcoolisées ralentissent (+0,3 % après +0,5 %). En revanche, les prix du riz (+0,7 % sur un an après −0,3 %) et du sucre (+0,8 % après −0,3 %) rebondissent, et ceux des fruits en conserve accélèrent (+1,1 % après +0,5 %).

Baisse accentuée des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent de 0,7 %, après −0,5 % le mois précédent. La baisse des prix de l’habillement et chaussures sur un an est davantage prononcée que le mois précédent (−2,7 % sur un an après −0,9 %). Les prix des « autres produits manufacturés » augmentent à peine : +0,1 % sur un an, après une stabilité le mois précédent. Les prix des petits appareils ménagers rebondissent (+0,4 % après −1,8 %) et la baisse des prix des produits d’entretien et de nettoyage s’amenuise (−0,6 % sur un an, après −0,9 %). En revanche, les prix de la verrerie, vaisselle et ustensiles de cuisine ralentissent (+0,6 % sur an après +1,3 %) et ceux des articles d’hygiène corporelle, de bien être et produits de beauté reculent davantage (−2,5 % sur un an après −1,3 %). Enfin, les prix des produits de santé diminuent de 2,1 % sur un an, après −2,4 % en avril.

Nette hausse de l’inflation dans les services

Sur un an, les prix des services accélèrent fortement en mai, après un net ralentissement en avril : +1,2 % après +0,6 %. Les prix des services de communication rebondissent (+1,6 % sur un an après −1,0 %). Fortement affectés par les mesures de confinement, les prix des services de transport se redressent en mai (+0,8 % sur un an après −6,0 %) dans le sillage des transports aériens (+4,5 % sur un an après −12,6 %). Les prix des « autres services », dont la consommation a été aussi fortement limitée pendant le confinement, accélèrent : +1,6 % sur un an, après +1,4 %. En revanche, les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères sont un peu moins dynamiques (+0,2 % sur un an après +0,3 %). Enfin, les prix des services de santé augmentent de 0,4 % sur un an, comme le mois précédent.

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 29 mai 2020, l’évolution sur un mois de l’IPC est révisée à la hausse de 0,1 point, celles sur un mois de l’IPCH et celles sur un an de l’IPC et de l’IPCH de 0,2 point.

Commentaire du 30 04 2020

Évolution mensuelle : 0,0 % en avril , Variation sur un an : +0,3 %

En avril 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) est stable sur un mois, après +0,1 % le mois précédent. La baisse des prix de l’énergie (−4,2 % après −3,9 %) est compensée par le net rebond de ceux des produits alimentaires (+1,8 % après −0,1 %). En baisse de 0,2 % en mars, les prix des services sont stables en avril. Ceux des produits manufacturés sont également inchangés après +1,4 % en mars. Enfin, les prix du tabac sont stables sur le mois. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,1 % en avril, après −0,6 % en mars. Sur un an, les prix à la consommation ralentissent pour le troisième mois consécutif, à +0,3 %, après +0,7 % en mars. La nette baisse de l’inflation résulte d’une accentuation de la baisse des prix de l’énergie et des produits manufacturés et d’un ralentissement des prix des services et du tabac. En revanche, les prix de l’alimentation accélèrent sur un an.

Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue nettement en avril : +0,3 % sur un an, après +0,7 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) est stable sur un mois, après +0,1 % en mars ; sur un an, il ralentit pour le troisième mois consécutif, à 0,4 %, après +0,8 % le mois précédent.

Recul accentué des prix de l’énergie

Sur un an, les prix de l’énergie baissent de 8,6 % en avril, après un repli de 4,0 % en mars. Il s’agit de leur plus forte baisse depuis octobre 2009. Les prix des produits pétroliers chutent lourdement à −17,0 % sur un an, après −8,8 % en mars : sur le mois, ils reculent de 7,4 % après −6,5 % le mois précédent, en lien avec la forte baisse des cours du Brent depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Les prix du gaz baissent également davantage : −13,2 % sur un an, après −12,1 % en mars. Les prix de l’électricité augmentent de 9,7 % sur un an, comme les deux mois précédents.

Forte accélération des prix alimentaires sur un an

En avril 2020, les prix de l’alimentation sont nettement plus dynamiques que le mois précédent : +3,7 % sur un an après +1,9 %. Les produits frais se renchérissent fortement (+17,8 % sur un an après +4,7 %). Les prix des légumes frais s’envolent à +30,3 % sur an après + 4,8 % et ceux des autres produits frais sont également en nette hausse : +10,8 % sur an pour les prix des fruits frais après +5,1 %, +19,0 % pour ceux des poissons frais après +6,4 %. Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent de 1,4 % sur un an, comme le mois précédent. Les prix du riz (−0,3 % sur un an après −0,1 %) et de la farine et autres céréales (−1,6 % après −0,5 %) baissent davantage et ceux des huiles et graisses (−0,3 % après +0,4 %) et des boissons non alcoolisées (−0,3 % après +0,1 %) se replient. Les prix du lait, fromage et œufs ralentissent (+0,1 % après +1,0 %), tout comme ceux des boissons alcoolisées (+0,5 % sur un an après +1,3 %). Les prix des pâtes alimentaires et couscous (−0,1 % après −0,6 %) et du sucre (−0,3 % après −0,9 %) reculent moins qu’en mars. Ceux des viandes (+3,9 % après +3,6 %), des aliments pour bébé (+1,7 % après +1,0 %) et des légumes secs ou en conserve (+1,7 % après +1,6 %) accélèrent.

Baisse légèrement accentuée des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,5 %, après −0,4 % le mois précédent. Les prix de l’habillement et chaussures se replient de 0,9 % sur un an, après +0,1 % en mars. Les prix des « autres produits manufacturés » sont stables sur un an, après −0,1 % le mois précédent. Les prix des articles d'hygiène corporelle, de bien être et produits de beauté reculent davantage (−1,3 % sur un an après −0,5 %). Ceux des produits d’entretien et de nettoyage (−0,9 % sur un an, après −1,7 %), des petits appareils électroménagers (−1,8 % après −3,6 %) et du matériel de traitement de l’information (−1,1 % après −2,6 %) baissent moins qu’en mars et ceux des jeux, jouets et passe-temps (+1,2 % après −1,6 %) rebondissent. Enfin, les prix des produits de santé diminuent de 2,4 % sur un an, comme en mars.

Nette baisse de l’inflation dans les services

Sur un an, les prix des services ralentissent fortement en avril : +0,6 % après +1,1 %. Les prix des services de communication se replient (−1,0 % sur un an après +2,0 %). Les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères sont un peu moins dynamiques (+0,3 % sur un an après +0,5 %). Les prix des services de santé augmentent de 0,4 % sur un an, après +0,3 % le mois précédent. Fortement affectés par les mesures de confinement, les prix des services de transport baissent davantage (−6,0 % sur un an après −1,0 %) dans le sillage des transports aériens (−12,6 % après −4,4 %). Les prix des « autres services », dont la consommation a été aussi fortement limitée par les mesures de confinement, ralentissent à peine à +1,4 % sur un an, après +1,5 %.

Révisions

Par rapport aux estimations provisoires publiées le 30 avril 2020, les évolutions sur un mois et sur un an de l’IPC et de l’IPCH sont révisées à la baisse de 0,1 point.

Commentaire du 31 03 2020

Évolution mensuelle : +0,1 % en mars , Variation sur un an : +0,7 %

<> En mars 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,1 % sur un mois, après une stabilité le mois précédent. Les prix des produits manufacturés accélèrent (+1,4 % après +0,2 %), en lien avec la fin des soldes d’hiver en février. Les prix du tabac augmentent de 6,6 %, compte tenu d’une hausse des taxes. En revanche, la baisse des prix de l’énergie s’accentue nettement (−3,9 % après −2,0 %), dans le sillage des cours des produits pétroliers. Les prix des services se replient de 0,2 %, après +0,2 % en février. Enfin, les prix de l’alimentation reculent de 0,1 %, après une stabilité le mois précédent. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,6 % en mars, après −0,1 % en février. Sur un an, les prix à la consommation ralentissent nettement, à +0,7 %, après +1,4 % en février. La forte baisse de l’inflation résulte d’un net repli des prix de l’énergie et des produits manufacturés et d’un ralentissement des prix des services et du tabac. Les prix de l’alimentation augmentent, sur un an, à peine plus vite qu’en février.

Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

<> L’inflation sous-jacente diminue nettement en mars : +0,7 % sur un an, après +1,3 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmente de 0,1 % sur un mois, après une stabilité en février ; sur un an, il ralentit fortement, à 0,8 %, après +1,6 % le mois précédent.

Net repli des prix de l’énergie

<> Sur un an, les prix de l’énergie se replient de 4,0 % en mars, après +1,1 % en février. Il s’agit de leur plus forte baisse depuis mai 2016. Le recul des prix des produits pétroliers s’accentue fortement à −8,8 % sur un an, après −0,5 % en février : sur le mois, ils chutent de 6,5 % après −4,3 % le mois précédent, en lien avec la forte baisse des cours des produits pétroliers depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Les prix du gaz suivent le même mouvement : sur un an, ils reculent de 12,1 %, après −9,4 % en février. En revanche, les prix de l’électricité augmentent de 9,7 % sur un an, comme le mois précédent.

Repli des prix des produits manufacturés sur un an

<> Sur un an, les prix des produits manufacturés se replient de 0,4 %, après un rebond ponctuel à +0,3 % le mois précédent lié à la durée écourtée des soldes d’hiver. Les prix de l’habillement et chaussures ralentissent à +0,1 % sur un an, après +2,1 % en février. Les prix des « autres produits manufacturés » baissent de 0,1 %, après +0,5 % en février. Les prix des voitures neuves ralentissent (+1,0 % sur an après +2,0 %), en lien avec de nombreuses promotions sur le mois. Les prix des appareils ménagers (−1,9 % sur un an après −1,1 %) reculent davantage que le mois précédent. Parmi les produits fortement consommés depuis le début de la crise sanitaire, les prix des produits d’entretien et de nettoyage baissent davantage (−1,7 % sur un an, après −1,1 % en février) et ceux des articles d'hygiène corporelle, de bien être et produits de beauté reculent un peu moins (−0,5 % après −0,6 %). Les prix des autres articles de papeterie et de dessin ralentissent à +0,7 % après +0,9 % tandis que les prix des articles en papier accélèrent à +0,4 %, après une stabilité en février. Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’accentue à peine (−2,4 % sur un an après −2,3 %).

Nette baisse de l’inflation dans les services

<> Sur un an, les prix des services ralentissent fortement en mars : +1,1 % après +1,4 %. Fortement affectés par les mesures de confinement, les prix des services de transport se replient nettement (−1,0 % sur un an après +1,8 %). Ceux des transports aériens baissent de 4,4 % sur un an après +3,8 % en février : sur le mois, le recul des prix, pourtant saisonnier en mars, est nettement plus prononcé que l’année précédente. Les prix des transports ferroviaires baissent davantage (−4,2 % sur un an après −3,5 %). Les prix des « autres services » ralentissent à +1,5 % sur un an, après +1,9 %, dans le sillage de ceux des services d’hébergement (+1,6 % après +3,2 %), des forfaits touristiques (+5,2 % sur un an après +7,0 %) et des assurances (+1,2 % après +2,5 %). La hausse des prix des services de communication s’atténue également (+2,0 % après +2,2 %). Les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères sont à peine plus dynamiques (+0,5 % sur un an après +0,4 %). Les prix des services de santé augmentent de 0,3 % sur un an, après une stabilité le mois précédent.

Hausse à peine plus soutenue des prix alimentaires sur un an

<> En mars 2020, les prix de l’alimentation augmentent de 1,9 % sur un an, après +1,8 % en février. Ceux des produits frais sont nettement plus dynamiques que le mois précédent (+4,7 % sur un an après +3,3 %), dans le sillage de ceux des légumes frais (+4,8 % après +2,8 %) et des fruits frais (+5,1 % après +3,4 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent de nouveau (+1,4 % sur un an après +1,5 %), notamment ceux des boissons alcoolisées (+1,3 % après +1,9 %). Parmi les produits particulièrement achetés depuis le début de la crise sanitaire, les prix des pâtes alimentaires et couscous reculent en mars (−0,6 % après +0,2 %) tandis que ceux des poissons surgelés ralentissent (+2,7 % après +3,2 %) de même que ceux des conserves à base de poisson (+0,7 % après +0,9 %), du lait, fromage et œufs (+1,0 % après +1,3 %) et des huiles et graisses (+0,4 % après +0,6 %). Les prix des légumes surgelés accélèrent (+1,4 % après +0,9 %) ainsi que ceux des légumes secs ou en conserve (+1,6 % après +1,3 %) et des autres tubercules (+0,6 % après +0,5 %). Les prix du riz (−0,1 % après −0,9 %) et ceux de la farine et autres céréales (−0,5 % après −0,6 %) baissent moins fortement et le prix du sucre recule de 0,9 % sur un an, comme en février.

Révisions

<> Par rapport aux estimations provisoires publiées le 31 mars 2020, les évolutions sur un mois et sur un an de l’IPC et de l’IPCH sont révisées à la hausse de 0,1 point.

Commentaire du 29 02 2020

Évolution mensuelle : 0,0 % en février , Variation sur un an : +1,4 %

<> En février 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) est stable sur un mois, après −0,4 % en janvier 2020. Les prix des produits manufacturés rebondissent (+0,2 % après −2,2 %), en lien avec la fin des soldes d’hiver dont la durée a été réduite par rapport à l’année dernière. Les prix des services augmentent de 0,2 %, après une stabilité le mois précédent. En revanche, les prix de l’énergie se replient de 2,0 %, après une hausse de 0,5 % en janvier. Enfin, les prix de l’alimentation et du tabac sont stables sur un mois. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation se replient de 0,1 % en février, après +0,3 % en janvier. Sur un an, les prix à la consommation sont en hausse de 1,4 %, après +1,5 % en janvier. Le ralentissement des prix de l’énergie et de l’alimentation est en partie compensé par le rebond des prix des produits manufacturés et l’accélération de ceux des services et du tabac.

Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

<> L’inflation sous-jacente augmente en février : +1,3 % sur un an, après +1,0 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) est stable sur un mois, après −0,5 % en janvier ; sur un an, il ralentit légèrement, à +1,6 %, après +1,7 % le mois précédent.

Net ralentissement des prix de l’énergie

<> Sur un an, les prix de l’énergie décélèrent en février à +1,1 %, après +4,5 % en janvier. Les prix des produits pétroliers baissent de 0,5 % sur un an, après +6,5 % en janvier, du fait de leur net repli sur le mois. De plus, la baisse du prix du gaz s’accentue (−9,4 % sur un an après −7,0 %). En revanche, les prix de l’électricité accélèrent nettement (+9,7 % après +7,3 %).

Moindre hausse des prix alimentaires sur un an

<> En février 2020, les prix de l’alimentation augmentent de 1,8 % sur un an, après +2,0 % en janvier. Ceux des produits frais sont plus dynamiques que le mois précédent (+3,3 % sur un an après +2,4 %), dans le sillage de ceux des légumes frais (+2,8 % après 0,0 %) et des fruits frais (+3,4 % après +3,2 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent de nouveau (+1,5 % sur un an après +1,9 %), notamment ceux des viandes (+3,3 % après +3,9 %), des boissons non alcoolisées (+0,2 % après +0,7 %) et des boissons alcoolisées (+1,9 % après +2,4 %).

Rebond des prix des produits manufacturés sur un an

<> Sur un an, les prix des produits manufacturés rebondissent à +0,3 % (après −0,3 % en janvier), en lien avec le raccourcissement de la durée des soldes d’hiver. Les prix de l’habillement et chaussures rebondissent (+2,1 % sur un an, après −0,3 % le mois précédent). Les prix des « autres produits manufacturés » croissent de 0,5 % sur un an, après une stabilité en janvier. Ainsi, les prix des meubles (+2,3 % sur un an après +0,3 %), de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage (+1,3 % après +0,3 %) et des effets personnels (+2,1 % après +1,3 %) accélèrent nettement. En revanche, la baisse de ceux des produits de santé s’accentue (−2,3 % sur un an après −2,0 %).

Hausse de l’inflation dans les services

<> Sur un an, les prix des services augmentent davantage qu’en janvier : +1,4 % après +1,3 %. Les prix des services de transport sont plus dynamiques que le mois précédent (+1,8 % sur un an après +0,4 %). Ceux des services de communication (+2,2 % après +1,8 %) et des « autres services » (+1,9 % après +1,7 %) accélèrent. Les prix des services de santé sont stables sur un an, après une baisse de 0,2 % le mois précédent. En revanche, les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères ralentissent (+0,4 % sur un an après +0,8 %).

Révisions

<> Par rapport aux estimations provisoires publiées le 28 février 2020, les évolutions sur un mois et sur un an de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

Commentaire du 31 01 2020

Évolution mensuelle : -0,4 % en janvier ; Variation sur un an : +1,5 %

En janvier 2020, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie de 0,4 % sur un mois, après +0,4 % en décembre 2019. Les prix des produits manufacturés baissent de manière saisonnière, en lien avec les soldes d’hiver (-2,2 % après +0,2 %). Ceux de l’alimentation (+0,4 % après +0,6 %) et de l’énergie (+0,5 % après +0,8 %) ralentissent. Les prix des services sont inchangés sur le mois, après une hausse de 0,5 % en décembre. Enfin, les prix du tabac augmentent à peine sur le mois (+0,1 % après une stabilité en décembre).

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % en janvier, après +0,2 % en décembre.

Sur un an, les prix à la consommation sont en hausse de 1,5 %, comme en décembre. Le ralentissement des prix des services, de l’alimentation et du tabac est en effet contrebalancé par une accélération de ceux de l’énergie. Les prix des produits manufacturés baissent au même rythme qu’en décembre.

Faible baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente baisse légèrement en janvier : +1,0 % sur un an, après +1,1 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) recule de 0,5 % sur un mois, après +0,5 % en décembre ; sur un an, il accélère légèrement, à +1,7 %, après +1,6 % le mois précédent.

Baisse de l’inflation dans les services

Sur un an, les prix des services sont un peu moins dynamiques qu’en décembre : +1,3 % après +1,4 %. Les prix des services de transport ralentissent (+0,4 % sur un an après +2,6 %). Les prix des services de santé se replient de 0,2 % sur un an, après +0,6 % le mois précédent. Ceux des services de communication ralentissent pour le deuxième mois consécutif (+1,8 % après +2,1 %). En revanche, les prix des « autres services » accélèrent légèrement (+1,7 % après +1,6 %). Enfin, les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères augmentent au même rythme que le mois précédent (+0,8 % sur un an).

Faible ralentissement des prix alimentaires sur un an

En janvier 2020, les prix de l’alimentation augmentent de 2,0 % sur un an, après +2,1 % en décembre. Ceux des produits frais sont plus dynamiques que le mois précédent (+2,4 % sur un an après +2,1 %) : les prix des poissons frais (+7,6 % après +3,2 %) accélèrent nettement ainsi que ceux des fruits frais (+3,2 % après +1,7 %) alors que ceux des légumes frais sont stables (après +1,9 % en décembre). Hors produits frais, les prix de l’alimentation ralentissent légèrement (+1,9 % sur un an après +2,1 %).

Accélération des prix de l’énergie

Sur un an, les prix de l’énergie accélèrent en janvier à +4,5 %, après un rebond à +2,6 % en décembre. Les prix des produits pétroliers sont plus dynamiques (+6,5 % sur un an après +3,4 %) : sur le mois, ils ralentissent à +0,9 % alors qu’en janvier 2019, ils baissaient de 1,9 %. De plus, le recul du prix du gaz s’atténue à nouveau (-7,0 % sur un an après -8,1 %).

Baisse des prix des produits manufacturés sur un an identique à celle de décembre

Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent au même rythme en janvier qu’en décembre (-0,3 %). Les prix de l’habillement et chaussures reculent de 0,3 % sur un an, comme le mois précédent. La baisse de ceux des produits de santé s’accentue à peine (-2,0 % sur un an après -1,9 %). Enfin, les prix des « autres produits manufacturés » sont stables sur un an, après +0,2 % en décembre : sur le mois, ils baissent davantage qu’en janvier 2019. Ainsi, les prix des meubles ralentissent (+0,3 % sur un an après +0,6 %) et ceux des autres appareils et produits pour soins corporels reculent davantage (-1,3 % après -0,2 %).

Commentaire du 31 12 2019

Évolution mensuelle : +0,4 % en décembre ; Variation sur un an : +1,5 %

En décembre 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) accélère à +0,4 % sur un mois, après +0,1 % en novembre 2019. Cette hausse résulte d’un renchérissement des prix de l’énergie (+0,8 % après +0,3 %) et de l’alimentation (+0,6 % après +0,1 %) et d’un rebond des prix des services (+0,5 % après ?0,2 %) et des produits manufacturés (+0,2 % après ?0,1 %). Les prix du tabac sont stables après une hausse de 6,0 % le mois précédent.

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % en décembre, après +0,2 % en novembre.

Sur un an, les prix à la consommation accélèrent pour le deuxième mois consécutif : +1,5 % après +1,0 % en novembre et +0,8 % en octobre. Cette hausse de l’inflation résulte d’un net rebond des prix de l’énergie, d’une légère accélération de ceux des services et d’un moindre recul des prix des produits manufacturés. Les prix de l’alimentation et du tabac augmentent au même rythme que le mois précédent.

Faible hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente légèrement en décembre : +1,1 % sur un an, après +1,0 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmente de 0,5 % sur un mois, après +0,1 % en novembre ; sur un an, il accélère à +1,6 %, après +1,2 % le mois précédent.

Rebond des prix de l’énergie

Sur un an, les prix de l’énergie rebondissent en décembre, après deux mois de baisse : +2,6 % après ?0,6 % en novembre et ?1,6 % en octobre. Cette hausse traduit celle des prix des produits pétroliers (+3,4 % sur un an après ?1,9 %) : sur le mois, ils augmentent de 1,4 % après une stabilité en novembre. Par ailleurs, le recul des prix du gaz s’atténue (?8,1 % sur un an après ?10,2 %).

Hausse de l’inflation dans les services

Sur un an, les prix des services sont un peu plus dynamiques qu’en novembre : +1,4 % après +1,3 %. Les prix des services de transport accélèrent, comme le mois précédent (+2,6 % sur un an après +2,1 %) : les prix des transports routiers de passagers se renchérissent (+4,9 % après +4,0 %) alors que ceux des transports aériens augmentent de 2,7 %, comme le mois précédent. Les prix des services de santé augmentent de 0,6 % sur un an après une stabilité le mois précédent. En revanche, ceux des services de communication ralentissent (+2,1 % après +2,3 %). Enfin, les prix des loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères (+0,8 % sur un an) et des « autres services » (+1,6 %) augmentent au même rythme que le mois précédent.

Moindre baisse des prix des produits manufacturés

Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent moins fortement en décembre qu’en novembre : ?0,3 % après ?0,6 %. Cette baisse atténuée résulte d’un rebond des prix des « autres produits manufacturés » (+0,2 % sur un an après ?0,2 %) : les prix des achats de voitures accélèrent nettement (+1,2 % sur un an après +0,3 %) et ceux des meubles rebondissent (+0,6 % après ?0,1 %). La moindre baisse des prix des produits de santé y contribue également (?1,9 % sur un an après ?3,0 %). Enfin, les prix de l’habillement et chaussures reculent à peine plus que le mois précédent (?0,3 % après ?0,2 %).

Stabilité de l’inflation dans l’alimentation

En décembre 2019, les prix de l’alimentation augmentent de 2,1 % sur un an, comme en novembre. Ceux des produits frais sont un peu moins dynamiques que le mois précédent (+2,1 % sur un an après +2,3 %). Le ralentissement des prix des légumes frais (+1,9 % sur un an après +2,2 %) et des poissons frais (+3,2 % après +3,4 %) est atténué par l’accélération des prix des fruits frais (+1,7 % après +1,4 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+2,1 % sur un an après +2,0 %).

Commentaire du 30 11 2019

Commentaire du 31 10 2019

Commentaire du 30 09 2019

Évolution mensuelle : –0,3 % en septembre ; Variation sur un an : +0,9 %

En septembre 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie, à ?0,3 % sur un mois (après +0,5 % en août). Ce repli résulte de celui, saisonnier, des prix des services (?1,3 % après +0,4 % en août), et dans une moindre mesure de celui des prix alimentaires (?0,5 % après +0,5 %). En revanche, les prix des produits manufacturés accélèrent (+1,5 % après +0,9 % en août) et ceux de l’énergie augmentent de 0,3 % après une stabilité le mois précédent. Enfin, les prix du tabac sont stables sur le mois.
Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables sur un mois, après +0,1 % en août et en juillet.
Sur un an, les prix à la consommation ralentissent faiblement, comme le mois précédent : +0,9 % en septembre après +1,0 % en août et +1,1 % en juillet. Cette légère baisse de l’inflation résulte d’un ralentissement des prix de l’alimentation et de l’énergie, en partie compensé par une accélération des prix des services et un recul moins marqué de ceux des produits manufacturés.
Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente augmente en septembre : +0,9 % sur un an, après +0,7 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie à ?0,4 % sur un mois après +0,5 % en août ; sur un an, il augmente de 1,1 %, après +1,3 % le mois précédent.
Net ralentissement des prix alimentaires sur un an

En septembre 2019, les prix de l’alimentation ralentissent nettement : +2,1 % sur un an après +3,1 % en août. Ceux des produits frais freinent fortement (+2,0 % après +8,5 % en août), du fait d’une décélération marquée des prix des légumes frais (+2,6 % après +16,8 %) et d’un repli des prix des fruits frais (?1,5 % après +1,0 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+2,1 % sur un an après +2,2 %).
Moindre inflation énergétique

L’inflation énergétique baisse en septembre (+0,2 % sur un an après +0,8 %). Les prix des produits pétroliers se contractent plus fortement que le mois précédent (?2,6 % sur un an après ?1,9 %) : sur le mois, ils rebondissent (+0,8 % après ?0,7 %), mais leur hausse est moins marquée que celle observée en septembre 2018 (+1,5 %). La baisse accentuée du prix du gaz (?3,4 % sur un an après ?2,2 %) contribue aussi à minorer l’inflation énergétique.
Accélération des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services accélèrent à +1,2 %, après +1,1 % en août et en juillet. Les prix des services de communication sont en hausse sur un an pour la première fois depuis juillet 2018 : +0,9 % en septembre sur un an, après ?0,5 %. De plus, les prix des « autres services » accélèrent (+1,7 % après +1,4 %). En revanche, ceux des services de transport ralentissent à +0,8 % sur un an après une accélération en août (+1,3 %), dans le sillage de ceux des transports aériens (+0,8 % après +2,8 %). Les prix des services de santé reculent de 0,3 % sur un an, après ?0,1 % en août. Enfin, les prix des services liés au logement (loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères) augmentent de 0,8 % sur un an, comme en août.
Moindre recul des prix des produits manufacturés

Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent moins fortement en septembre qu’en août : ?0,7 % après ?0,9 %. Cette moindre baisse résulte de celle des prix de l’habillement et chaussures (?1,2 % après ?1,4 %). Les prix des « autres produits manufacturés » reculent de 0,1 % sur un an après ?0,4 % en août, du fait d’un redressement du prix des voitures (+0,5 % sur un an après ?0,5 %) et d’un recul atténué du prix des appareils ménagers (?1,2 % après ?2,0 %). Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’accentue à peine (?3,0 % sur un an après ?2,9 %).

Commentaire du 31 08 2019

Évolution mensuelle : +0,5 % en août ; Variation sur un an : +1,0 %

En août 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) se redresse, à +0,5 % sur un mois, après un repli de 0,2 % en juillet. Ce rebond résulte de celui, saisonnier, des prix des produits manufacturés (+0,9 % après ?2,8 % en juillet) dû à la fin des soldes d’été. Les prix de l’énergie sont stables après une baisse accentuée le mois précédent (?1,1 % en juillet). Les prix des services ralentissent (+0,4 % après +1,0 %), notamment ceux des transports aériens et des services d’hébergement. Les prix alimentaires augmentent de 0,5 %, comme le mois précédent. Enfin, les prix du tabac sont stables sur le mois.
Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent à peine : +0,1 % sur un mois, comme en juillet.
Sur un an, les prix à la consommation ralentissent faiblement : +1,0 % en août, après +1,1 % en juillet 2019. Cette légère baisse de l’inflation résulte d’un recul plus marqué, sur un an, des prix des produits manufacturés, en partie compensé par une croissance à peine plus forte des prix alimentaires. Enfin, l’inflation énergétique et celle dans les services sont stables.
Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente diminue en août : +0,7 % sur un an, après +0,9 % le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) rebondit à +0,5 % sur un mois après ?0,2 % en juillet ; sur un an, il augmente de 1,3 %, comme le mois précédent.
Recul accentué des prix des produits manufacturés

Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent plus fortement en août qu’en juillet : ?0,9 % après ?0,6 %. Cette baisse accentuée provient d’un repli des prix de l’habillement et chaussures après un rebond le mois précédent (?1,4 % après +0,3 %). Les prix des « autres produits manufacturés » baissent de 0,4 % sur un an après ?0,3 % en juillet : les prix des voitures neuves reculent plus nettement (?1,1 % après ?0,5 %) alors que ceux de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménage accélèrent (+1,7 % après +0,8 %) et que ceux des effets personnels rebondissent (+0,6 % après ?0,1 %). Enfin, la baisse des prix des produits de santé s’atténue (?2,9 % sur un an après ?3,2 %).
Légère accélération des prix alimentaires sur un an

En août 2019, les prix de l’alimentation augmentent de 3,1 %, après +3,0 % en juillet. Ceux des produits frais sont plus dynamiques que le mois précédent (+8,5 % après +6,8 % en juillet), tirés par une accélération marquée des prix des légumes frais (+16,8 % après +10,6 % en juillet) et un rebond des prix des fruits frais (+1,0 % après ?0,5 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent à un rythme proche de celui du mois précédent (+2,2 % sur un an après +2,3 %).
L’inflation énergétique est inchangée en août, à +0,8 %. Cette stabilité s’explique par une baisse accentuée des prix des produits pétroliers (?1,9 % sur un an après ?1,0 %) et du gaz (?2,2 % après ?1,8 %), compensée par une nette accélération des prix de l’électricité (+7,3 % après +5,6 %).
Même hausse des prix des services sur un an qu’en juillet

Sur un an, les prix des services croissent de 1,1 % en août, comme en juillet 2019. Les prix des services de transport accélèrent à +1,3 % sur un an après un ralentissement en juillet (+0,9 %), dans le sillage de ceux des transports aériens (+2,8 % après +1,4 %). La baisse des services de communication s’atténue nettement (?0,5 % après ?2,0 %). Les prix des services liés au logement (loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères) sont en hausse de 0,8 % sur un an après +0,7 % tandis que ceux des « autres services » décélèrent à +1,4 % après +1,6 %. Enfin, les prix des services de santé reculent de 0,1 % sur un an, après ?0,2 % en juillet.

Commentaire du 31 07 2019

Évolution mensuelle : -0,2 % en juillet ; Variation sur un an : +1,1 %

En juillet 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) recule de 0,2 % sur un mois, après une hausse de 0,2 % en juin. Ce repli provient d’un recul saisonnier des prix des produits manufacturés (-2,8 % après une stabilité en juin) dû aux soldes d’été et d’une baisse accentuée des prix de l’énergie (-1,1 % après -0,1 %). En revanche, les prix des services accélèrent (+1,0 % après +0,5 %), notamment ceux des transports aériens avec le début des vacances scolaires. Les prix alimentaires sont également plus dynamiques que le mois précédent (+0,5 % après +0,1 %). Enfin, les prix du tabac augmentent légèrement sur le mois (+0,2 % après une stabilité en juin).

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation décélèrent à +0,1 % sur un mois, après +0,3 % en juin.

Sur un an, les prix à la consommation augmentent de +1,1 % en juillet, après +1,2 % en juin 2019. Cette légère baisse de l’inflation résulte d’un ralentissement, sur un an, des prix de l’énergie, des services et du tabac. En revanche, l’accélération des prix des produits alimentaires et le moindre recul de ceux des produits manufacturés limitent la baisse de l’inflation.

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an

L’inflation sous-jacente est stable : +0,9 % sur un an, comme le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie à -0,2 % en juillet après +0,3 % en juin ; sur un an, il ralentit à +1,3 % après +1,4 % le mois précédent.

Nouvelle baisse de l’inflation énergétique

L’inflation énergétique baisse en juillet 2019 pour le quatrième mois consécutif (+0,8 % sur un an après +2,4 % en juin). Ce ralentissement des prix est dû au net repli des prix du gaz (-2,8 % après +10,5 %). Il est cependant limité par le moindre recul des prix des produits pétroliers (-1,0 % après -1,3 %).

Léger ralentissement des prix des services sur un an

Sur un an, les prix des services décélèrent à +1,1 % en juillet 2019, après +1,2 % en juin. Les prix des services de transport ralentissent à +0,9 % sur un an après +1,5 % le mois précédent, dans le sillage de ceux des transports aériens (+1,4 % après +2,4 %). Les prix des « autres services » décélèrent également à +1,6 % après +1,7 %. De plus, la baisse des prix des services de communication s’accentue en juillet (-2,0 % sur un an après -1,1 % en juin). Enfin, l’inflation des services de santé et celle des services liés au logement (loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères) sont stables sur un an.

Accélération de l’inflation dans l’alimentation sur un an

En juillet 2019, les prix de l’alimentation sont en hausse de 3,0 %, après +2,6 % en juin. Ceux des produits frais croissent nettement plus vite que le mois précédent (+6,8 % après +3,7 % en juin), tirés par une accélération marquée des prix des légumes frais (+10,6 % après +6,9 % en juin). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent au même rythme que les trois mois précédents (+2,3 % sur un an).

Moindre recul des prix des produits manufacturés

Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,6 %, après -0,7 % le mois précédent. Ce recul résulte en particulier de la baisse des prix des « autres produits manufacturés » (-0,3 % après une stabilité le mois précédent) : les prix des voitures neuves se replient nettement (-0,5 % après +1,4 %), les prix des matériels audiovisuels et de traitement de l’information (-3,6 % après -3,2 %) et des articles de voyage (-1,2 % après -0,1 %) reculent de façon plus marquée. En outre, la baisse des prix des produits de santé s’accentue un peu (-3,2 % sur un an après -3,1 %). Néanmoins, la baisse d’ensemble est limitée par le rebond des prix de l’habillement et chaussures (+0,3 % après -0,9 %) compte tenu d’un moindre effet des soldes d’été que l’année passée.

Commentaire du 30 06 2019

Évolution mensuelle : +0,2 % en juin ; Variation sur un an : +1,2 % En juin 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) croît de 0,2 % sur un mois, après +0,1 % en mai 2019. Cette croissance à peine plus forte que le mois précédent résulte d’un rebond, sur le mois, des prix des services (+0,5 % après ?0,2 %), en partie compensé par un léger repli des prix de l’énergie (?0,1 % après +0,6 %) et d’un ralentissement de ceux des produits alimentaires (+0,1 % après +0,7 %). Les prix des produits manufacturés sont stables sur le mois après +0,2 % en mai. De même, les prix du tabac sont inchangés en juin après +0,3 % le mois précédent. Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation rebondissent à +0,3 % sur un mois, après ?0,1 % en mai. Sur un an, les prix à la consommation accélèrent en juin à +1,2 %, après +0,9 % en mai 2019. Cette hausse de l’inflation provient d’une nette accélération des prix des services et, dans une moindre mesure de ceux de l’alimentation. En revanche, les prix de l’énergie ralentissent fortement. Ceux des produits manufacturés reculent de 0,7 %, comme le mois précédent. Enfin, les prix du tabac sont en hausse de 9,0 % sur un an, après +9,1 % en mai. Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an Sur un an, l’inflation sous-jacente augmente de +0,9 %, après +0,5 % en mai. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) accélère, sur un mois, à +0,3 % en juin après +0,1 % en mai ; sur un an, il croît de 1,4 % après +1,1 % le mois précédent. Nette accélération des prix des services En juin 2019, les prix des services sont nettement plus dynamiques qu’en mai : +1,2 % sur un an après +0,6 % le mois précédent. Les prix des services de transports rebondissent fortement à +1,5 % sur un an après un repli de 1,5 % le mois précédent, dans le sillage de ceux des transports aériens (+2,4 % après ?2,5 %). Les prix des services liés au logement augmentent de 0,7 % sur un an après ?0,2 % en mai, en raison d’une baisse, en juin 2018, des prix des loyers dans le parc social concomitante à celle des aides personnalisées au logement. Les prix des « autres services » accélèrent (+1,7 % sur un an après +1,5 %). Ceux des services de communication (?1,1 % après ?3,4 %) et des services de santé (?0,2 % sur un an après ?0,4 %) baissent moins qu’en mai. Croissance plus vive des prix alimentaires sur un an En juin 2019, les prix de l’alimentation sont en hausse de 2,6 % sur un an, après +2,3 % en mai 2019. Ceux des produits frais croissent nettement plus vite que le mois précédent (+3,7 % sur un an après +2,3 % en mai), en lien avec une accélération marquée des prix des légumes frais (+6,9 % après +2,5 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent au même rythme que les deux mois précédents (+2,3 % sur un an). Moindre hausse des prix de l’énergie L’inflation énergétique baisse en juin 2019 pour le troisième mois consécutif (+2,4 % sur un an après +3,4 % en mai). Le repli marqué des prix des produits pétroliers (?1,3 % sur un an après +3,4 %) et le ralentissement de ceux du gaz (+10,5 % après +13,1 %) sont en partie atténués par un net rebond des prix de l’électricité (+5,6 % après ?0,3 %). Inflation stable pour les produits manufacturés Sur un an, les prix des produits manufacturés baissent de 0,7 % en juin, comme en mai. Les prix de l’habillement et chaussures reculent de façon plus marquée que le mois précédent (?0,9 % sur un an après ?0,7 %). De même, la baisse des prix des produits de santé s’accentue (?3,1 % sur un an après ?2,8 %). Les prix des « autres produits manufacturés » sont stables sur un an, après une baisse de 0,1 % les trois mois précédents. Les prix des meubles et articles d’ameublement (+0,3 % sur un an après +0,9 %) et ceux des produits pour plantes et fleurs (+0,6 % après +1,4 %) ralentissent. Les prix des équipements de sport baissent davantage (?1,3 % après ?0,7 %). En revanche, ceux des voitures accélèrent (+1,2 % après +0,9 %). La baisse des prix du matériel de téléphonie s’atténue un peu (?10,3 % après ?11,8 %).

Commentaire du 31 05 2019

Évolution mensuelle : +0,1 % en mai ; Variation sur un an : +0,9 %

En mai 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en hausse de 0,1 % sur un mois, après +0,3 % en avril 2019.
Ce ralentissement résulte d’un repli, sur le mois, des prix des services (-0,2 % après +0,5 %).
En revanche, les prix des produits alimentaires accélèrent nettement (+0,7 % après +0,1 %). Ceux des produits manufacturés (+0,2 % après +0,1 %) et du tabac (+0,3 % après +0,1 %) augmentent, eux aussi, davantage que le mois précédent.
Enfin, les prix de l’énergie croissent au même rythme qu’en avril (+0,6 %).
Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation se replient de 0,1 % sur un mois, après +0,3 % en avril.

Sur un an, les prix à la consommation ralentissent en mai à +0,9 %, après +1,3 % en avril 2019.
Cette baisse de l’inflation s’explique par un moindre dynamisme des prix des services, de l’énergie et de l’alimentation et une baisse plus prononcée des prix des produits manufacturés.
Seuls les prix du tabac accélèrent : +9,1 % en mai après +8,1 %.
Baisse de l’inflation sous-jacente sur un an

Sur un an, l’inflation sous-jacente diminue à +0,5 %, après +0,7 % en avril.
L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) ralentit, sur un mois, à +0,1 % en mai après +0,4 % en avril ; sur un an, il croît de 1,1 % après +1,5 % le mois précédent. Net ralentissement des prix des services

En mai 2019, les prix des services sont moins dynamiques qu’en avril : +0,6 % sur un an après +1,0 % le mois précédent.
Les prix des services de transports se replient fortement à -1,5 % sur un an après +0,5 % le mois précédent, dans le sillage de ceux des transports aériens (-2,5 % après +3,3 %).
Les prix des services de santé se replient de 0,4 % sur un an suite à la mise en place de la convention dentaire, après +0,1 % en avril.
Ceux des services de communication baissent davantage qu’en avril (-3,4 % après -3,0 %), comme ceux des services liés au logement (-0,2 % après -0,1 %). Enfin, ceux des « autres services » ralentissent à nouveau (+1,5 % sur un an après +1,8 %).
Nouvelle baisse de l’inflation énergétique

L’inflation énergétique diminue en mai 2019 pour le deuxième mois consécutif (+3,4 % sur un an après +4,8 % en avril et +5,1 % en mars).
Les prix des produits pétroliers ralentissent (+3,4 % sur un an après +5,7 %) du fait d’une hausse des prix moins prononcée sur le mois que l’année dernière.
Ceux du gaz décélèrent également (+12,2 % sur un an après +13,0 %).
Ralentissement des prix alimentaires sur un an

En mai 2019, les prix de l’alimentation sont en hausse de 2,3 % sur un an, après +2,5 % en avril 2019. Ceux des produits frais croissent nettement moins vite que le mois précédent (+2,3 % sur un an après +3,7 % en avril), en lien avec un repli marqué des prix des fruits frais (-2,8 % après +0,5 %) et un ralentissement de ceux des légumes frais (+2,5 % après +3,3 %).
Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent au même rythme que le mois précédent (+2,3 % sur un an).
Recul accentué des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, la baisse des prix des produits manufacturés s’accentue en mai (-0,7 % après -0,5 %).
Ce recul plus marqué résulte de celui des prix de l’habillement et chaussures (-0,7 % sur un an après -0,2 %) et des produits de santé (-2,8 % sur un an après -2,5 %).
Les prix des « autres produits manufacturés » baissent à peine, comme en avril et en mars (-0,1 % sur un an).
Les prix des meubles et articles d’ameublement rebondissent (+0,9 % sur un an après -0,4 %) et ceux de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménages accélèrent (+1,4 % après +0,9 %).
En revanche, les prix des petits appareils ménagers baissent davantage (-3,7 % sur un an après -2,7 %) et ceux des produits pour jardin, plantes et fleurs ralentissent nettement (+1,4 % après +2,6 %).

Commentaire du 30 04 2019

Évolution mensuelle : +0,3 % en avril ; Variation sur un an : +1,3 %

En avril 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en hausse de 0,3 % sur un mois, après +0,8 % en mars 2019.
Les prix des produits manufacturés (+0,1 % après +2,1 %), de l’énergie (+0,6 % après +1,1 %) et du tabac (+0,1 % après +7,3 %) ralentissent nettement en avril
À l’inverse, les prix des services accélèrent (+0,5 % après +0,2 %) et ceux des produits alimentaires rebondissent très légèrement (+0,1 % après -0,2 %).

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % sur un mois après +0,1 % en mars.
Sur un an, les prix à la consommation accélèrent en avril à +1,3 %, après +1,1 % en mars 2019
Cette hausse de l’inflation résulte d’une croissance plus vive des prix des services et, dans une moindre mesure, d’une baisse un peu moins marquée de ceux des produits manufacturés
En revanche, les prix de l’énergie ralentissent
Les prix de l’alimentation et du tabac augmentent, sur un an, au même rythme qu’en mars.
Hausse de l’inflation sous-jacente sur un an

Sur un an, l’inflation sous-jacente est en hausse de 0,7 %, après +0,5 % en mars, revenant au niveau observé de novembre 2018 à février 2019
L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) ralentit, sur un mois, à +0,4 % en avril après +0,9 % en mars ; sur un an, il croît de 1,5 % après +1,3 % le mois précédent.

Accélération des prix des services

En avril 2019, les prix des services sont plus dynamiques qu’en mars : +1,0 % sur un an après +0,6 % le mois précédent
Les prix des services de transports rebondissent à +0,5 % sur un an après -0,9 % le mois précédent, notamment ceux des transports aériens (+3,3 % après -3,3 %)
Les prix des « autres services » accélèrent à nouveau (+1,8 % sur un an après +1,4 %) et ceux des services de communication reculent moins qu’en mars (-3,0 % après -3,3 %)
De plus, les prix des services de santé augmentent légèrement en avril (+0,1 % sur un an après -0,2 %)
Enfin, les prix liés aux services du logement reculent moins qu’en mars (-0,1 % après -0,2 %).

Recul légèrement atténué des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, le recul des prix des produits manufacturés s’atténue légèrement en avril (-0,5 % après -0,6 %)
Cette baisse un peu moins marquée résulte d’une moindre baisse des prix de l’habillement et chaussures (-0,2 % sur un an après -0,3 %) et des produits de santé (-2,5 % sur un an après -2,7 %)
Les prix des « autres produits manufacturés » reculent à peine, comme en mars (-0,1 % sur un an)
Les prix des gros appareils ménagers baissent davantage (-2,6 % sur un an après -1,8 %) et ceux de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménages ralentissent (+0,9 % après +1,4 %)
En revanche, les prix des biens durables de loisirs de plein air accélèrent (+1,6 % sur un an après +1,3 %), de même que ceux des appareils non électriques et produits pour soins corporels (+0,5 % après +0,1 %).

Baisse de l’inflation énergétique
L’inflation énergétique diminue en avril 2019 après deux mois de hausse consécutive (+4,8 % sur un an après +5,1 % en mars)
Les prix des produits pétroliers ralentissent (+5,7 % sur un an après +6,0 %) du fait d’une hausse des prix moins prononcée sur le mois que l’année dernière
Ceux du gaz décélèrent également (+14,0 % sur un an après +15,2 %).

Stabilité de l’inflation dans l’alimentation

En avril 2019, les prix de l’alimentation sont en hausse de 2,5 % sur un an, comme en mars 2019
Ceux des produits frais sont moins dynamiques que le mois précédent (+3,7 % sur un an après +4,2 % en mars), en lien avec un ralentissement des prix des fruits frais (+0,5 % après +1,3 %), des légumes frais (+3,3 % après +3,6 %) et des poissons frais (+4,5 % après +6,0 %)
Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent à peine (+2,3 % sur un an après +2,2 %).

Commentaire du 31 03 2019

Évolution mensuelle : 0,8 % en mars ; Variation sur un an : +1,1 %

En mars 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en hausse de 0,8 % sur un mois, après une stabilité en février 2019. Le rebond des prix des produits manufacturés (+ 2,1 % après ?0,4 %) et la hausse de ceux des services (+0,2 % après 0,0 %) et du tabac (+7,3 % après 0,0 %) sont légèrement atténués par un ralentissement des prix de l’énergie (+1,1 % après +1,3 %) et un repli de ceux des produits alimentaires (?0,2 % après +0,2 %).

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation augmentent de 0,1 % sur un mois après une stabilité en février.

Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 1,1 % en mars 2019, après +1,3 % en février. Cette baisse de l’inflation résulte d’un ralentissement des prix alimentaires, du tabac et des services et d’un recul de ceux des produits manufacturés un peu plus marqué qu’en février. En revanche, les prix de l’énergie accélèrent.

Ralentissement marqué des prix de l’alimentation sur un an

En mars 2019, les prix de l’alimentation ralentissent à +2,5 % sur un an après une nette accélération le mois précédent (+3,1 % en février après +2,7 %). Ceux des produits frais sont nettement moins dynamiques qu’en février (+4,2 % sur un an après +8,3 %), en lien avec un ralentissement marqué des prix des légumes frais (+3,6 % après +13,6 %) et des fruits frais (+1,3 % sur un an après +2,7 %), alors que ceux des poissons frais accélèrent (+6,0 % après +4,1 %). Hors produits frais, les prix de l’alimentation accélèrent légèrement (+2,2 % sur un an après +2,1 %), en particulier ceux des boissons alcoolisées (+3,1 % après +2,7 %) et non alcoolisées (+2,9 % après +2,7 %).

Les prix du tabac ralentissent à +8,1 % sur un an après +14,0 %, la hausse sur le mois (+7,3 %) étant moins marquée que l’année dernière (+13,2 %).

Baisse de l’inflation dans les services

En mars 2019, les prix des services augmentent moins vite qu’en février : +0,6 % sur un an après +0,9 % le mois précédent. La baisse de ceux des services de transports s’accentue (?0,9 % sur un an après ?0,5 %), notamment ceux des transports aériens (?3,3 % après ?2,5 %). De même, les prix des services de communication reculent davantage (?3,3 % après ?3,1 %). Les prix des « autres services » ralentissent à nouveau (+1,4 % sur un an après +1,7 %). Ceux des services de santé se replient de 0,2 % sur un an après +0,1 % en février. Enfin, les prix liés aux services du logement reculent de 0,2 %, comme le mois précédent.

Recul légèrement accentué des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, le recul des prix des produits manufacturés s’accentue faiblement en mars (?0,6 % après ?0,5 %). Cette baisse un peu plus forte résulte d’un repli des prix de l’habillement et chaussures (?0,3 % sur un an après +0,8 %), en lien avec un rebond sur le mois moins marqué cette année après les soldes d’hiver. En revanche, les prix des produits de santé reculent moins qu’en février (?2,7 % sur un an après ?3,0 %), de même que ceux des « autres produits manufacturés » (?0,1 % sur un an après ?0,2 %). Les prix de la verrerie, vaisselle et ustensiles de ménages (+1,4 % après +0,6 %) et des journaux et publications périodiques (+4,8 % après +4,3 %) accélèrent. Ceux des jeux et jouets reculent moins qu’en février (?3,2 % sur un an après ?3,9 %) et ceux des produits d’ameublement d’intérieur baissent de 0,5 % après une stabilité le mois précédent.

Nouvelle hausse de l’inflation énergétique

L’inflation énergétique augmente en mars 2019 pour le deuxième mois consécutif (+5,1 % sur un an après +3,2 % en février et +1,9 % en janvier). Les prix des produits pétroliers renchérissent nettement (+6,0 % sur un an après +3,2 %) : sur le mois, ces prix ralentissent (+2,0 % après +2,4 %), mais sont en hausse alors qu’ils étaient en baisse de 0,6 % en mars 2018. Les prix du gaz accélèrent (+14,4 % sur un an après +11,5 %).

Commentaire du 28 02 2019

Évolution mensuelle : 0,0 % en février, Variation sur un an : +1,3 %

En février 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) est stable sur un mois, après un repli de 0,4 % en janvier 2019. Le rebond des prix de l’énergie (+1,3 % après -1,2 %) est compensé par un repli des prix des produits frais (-1,3 % après +2,4 %) et une moindre baisse de ceux des produits manufacturés (-0,4 % après -2,1 %).
Les prix des services sont quant à eux stables sur le mois de février.
Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation sont stables sur un mois, après +0,2 % en janvier.

Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 1,3 % en février 2019, après +1,2 % en janvier.
Cette légère hausse de l’inflation provient d’une accélération des prix alimentaires et de l’énergie, compensée en partie par un ralentissement des prix des services et par une baisse accentuée de ceux des produits manufacturés.

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an
Sur un an, l’inflation sous-jacente est stable à +0,7 %, comme les trois mois précédents.
L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) rebondit à +0,1 % sur un mois en février, après -0,6 % en janvier , sur un an, il croît de 1,6 % après +1,4 % le mois précédent.

Accélération marquée des prix de l’alimentation sur un an

En février 2019, les prix de l’alimentation accélèrent nettement : +3,1 % sur un an après +2,7 % le mois précédent.
Ceux des produits frais sont à peine moins dynamiques que le mois précédent (+8,3 % sur un an après +8,4 %) : les prix des fruits frais (+2,7 % sur un an après +3,6 %) et des poissons frais (+4,1 % après +5,5 %) ralentissent, alors que ceux des légumes frais augmentent sur un an (+13,6 % après +13,0 %).
Hors produits frais, les prix de l’alimentation se renchérissent simultanément à l’entrée en vigueur de la loi « Agriculture et alimentation » (+2,1 % sur un an après +1,7 %), en particulier ceux des boissons alcoolisées (+2,7 % après +1,8 %) et non alcoolisées (+2,7 % après +2,2 %), et ceux des huiles et graisses (+7,4 % après + 6,7 %).

Nette hausse de l’inflation énergétique sur un an

L’inflation énergétique augmente en février 2019 après trois mois consécutifs de recul (+3,2 % sur un an après +1,9 % en janvier et +8,0 % en décembre) du fait d’une accélération des prix des produits pétroliers (+3,2 % sur un an après +0,2 %). À l’inverse, les prix du gaz ralentissent en février (+11,9 % sur un an après +12,7 %) et les prix de l’électricité se replient (-0,3 % sur un an après +0,2 %).

Ralentissement des prix des services

En février 2019, les prix des services ralentissent légèrement : +0,9 % sur un an après +1,0 % le mois précédent.
Ceux des services de transports reculent de 0,5 % sur un an après -0,1 % en janvier, notamment ceux des transports aériens (-2,5 % après -1,0 %).
La baisse des prix liés aux services du logement s’atténue (-0,2 % sur un an après -0,4 %).
Les prix des « autres services » ralentissent (+1,7 % sur un an après +1,9 %).
Enfin, les prix des services de santé (+0,1 %) et des services de communications (-3,1 %) évoluent sur un an à un rythme proche de celui de janvier.

Baisse un peu plus marquée des prix des produits manufacturés sur un an

Sur un an, le recul des prix des produits manufacturés s’accentue en février (-0,5 % après -0,4 %).
Cette plus forte baisse résulte de celle des produits de santé (-3,0 % sur un an après -2,8 %) et des « autres produits manufacturés » (-0,2 % sur un an après -0,1 %).
Les prix des équipements de sport diminuent (-1,4 % sur un an après 0,0 %), ceux des produits d’ameublement d’intérieur sont stables après +0,3 % le mois précédent.
Les prix des voitures ralentissent (+1,0 % après +1,3 %).
En revanche, les prix de l’habillement et chaussures sont plus dynamiques (+0,8 % sur un an après +0,5 %), le recul mensuel lié aux soldes d’hiver qui s’achèvent en cours de mois étant moins prononcé cette année.

Commentaire du 31 01 2019

Evolution mensuelle : -0,4 % en janvier ; Variation sur un an : +1,2 %
En janvier 2019, l’indice des prix à la consommation (IPC) se replie de 0,4 % sur un mois, après une stabilité en décembre 2018.
Les prix des produits manufacturés reculent fortement en lien avec le début des soldes d’hiver (-2,1 % après -0,2 %) et ceux des services ralentissent (+0,2 % après +0,4 %).
Les prix alimentaires sont eux aussi un peu moins dynamiques que le mois précédent (+0,5 % après +0,6 %).
En revanche, les prix de l’énergie baissent moins fortement qu’en décembre (-1,2 % après -2,4 %), dans le sillage des cours du pétrole.
Enfin, les prix du tabac augmentent de 0,8 % après une stabilité en décembre.

Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation rebondissent de 0,2 % sur un mois, après une baisse de 0,1 % en décembre.
Sur un an, les prix à la consommation ralentissent pour le troisième mois consécutif : +1,2 % en janvier après +1,6 % en décembre. La baisse de l’inflation résulte d’un ralentissement des prix de l’énergie. En revanche, les prix des services, de l’alimentation et du tabac accélèrent. Enfin, ceux des produits manufacturés baissent légèrement moins que le mois précédent.

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an
Sur un an, l’inflation sous-jacente est stable : +0,7 %, comme les deux mois précédents.
L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se replie sur le mois (-0,6 % après +0,1 % en décembre) ; sur un an, il croît de 1,4 % après +1,9 % le mois précédent.

Net ralentissement des prix de l’énergie sur un an
L’inflation énergétique baisse nettement en janvier 2019 (+1,9 % sur un an après +8,0 % en décembre et +11,2 % en novembre).
Ce recul s’explique par un ralentissement prononcé des prix des produits pétroliers (+0,2 % sur un an après +9,5 %) : sur le mois, ils diminuent de 1,9 %, alors qu’en janvier 2018, ils augmentaient de 7,1 % à la suite d’une hausse des cours du pétrole et de la taxation des carburants.
Les prix du gaz décélèrent également en janvier 2019 (+12,7 % sur un an après +22,5 %).

Faible accélération des prix des services
Sur un an, les prix des services augmentent de 1,0 % en janvier 2019, après +0,9 % le mois précédent.
Ceux des services de santé rebondissent à +0,2 % sur un an après un repli de 0,4 % en décembre, en partie du fait d’un rebond des prix des actes d’analyses de laboratoires après une baisse ponctuelle en décembre.
La baisse des prix des services de communication s’atténue (-3,1 % sur un an après -3,5 %) dans le sillage des prix des services de télécommunications (-3,9 % après -4,2 %), alors que ceux des services postaux augmentent de 6,9 % sur un an du fait d’une nette revalorisation des tarifs en janvier.
Les prix des services de transports se replient (-0,1 % après +0,5 %), notamment ceux des transports aériens (-1,0 % après +0,9 %).

Faible atténuation de la baisse des prix des produits manufacturés sur un an
Sur un an, les prix des produits manufacturés reculent à peine moins qu’en décembre (-0,4 % après -0,5 %).
Cette moindre baisse résulte d’un rebond des prix de l’habillement et chaussures (+0,5 % sur un an après -0,3 %), le repli mensuel lié aux soldes étant moins prononcé cette année. Les prix des produits de santé diminuent un peu moins que le mois précédent (-2,8 % après -3,0 %). En revanche, ceux des « autres produits manufacturés » reculent de 0,1 % sur un an après une stabilité en décembre.
La baisse des prix du matériel de traitement de l’information s’accentue (-5,6 % sur un an après -4,1 %) et les prix des voitures neuves ralentissent (+1,4 % sur un an après +1,9 %).

Accélération des prix de l’alimentation sur un an
En janvier 2019, les prix de l’alimentation accélèrent de nouveau : +2,7 % sur un an après +2,5 % le mois précédent.
Ceux des produits frais sont plus dynamiques (+8,4 % sur un an après +7,8 %) : les prix des légumes frais (+13,0 % sur un an après +11,4 %) et des poissons frais (+5,5 % après +4,4 %) augmentent davantage, alors que ceux des fruits frais ralentissent (+3,6 % après +4,2 %).
Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent également un peu plus que le mois précédent (+1,7 % sur un an après +1,6 %) en lien avec le renchérissement des prix des viandes (+1,6 % après +1,3 %), des huiles et graisses (+6,7 % après +5,8 %) et des boissons non alcoolisées (+2,2 % après +2,1 %).

Commentaire du 31 12 2018

Évolution mensuelle : 0,0 % en décembre ; Variation sur un an : +1,6 %

<> En décembre 2018, l’indice des prix à la consommation (IPC) est stable sur un mois, après un repli de 0,2 % en novembre. La nette baisse des prix de l’énergie (−2,4 % après −0,7 %) et le repli de ceux des produits manufacturés (−0,2 % après +0,1 %) sont en effet compensés par un rebond des prix des services (+0,4 % après −0,3 %) et de l’alimentation (+0,6 % après −0,2 %). Corrigés des variations saisonnières, les prix à la consommation baissent de 0,2 % sur un mois, après un repli de 0,1 % en novembre. Sur un an, les prix à la consommation ralentissent pour le deuxième mois consécutif : +1,6 % en décembre après +1,9 % en novembre et +2,2 % en octobre. La baisse de l'inflation résulte d’un ralentissement des prix de l’énergie, des services et du tabac et d’un recul plus prononcé de ceux des produits manufacturés. En revanche, les prix de l’alimentation accélèrent.

Stabilité de l’inflation sous-jacente sur un an

<> Sur un an, l’inflation sous-jacente est stable : +0,7 %, comme le mois précédent. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) se redresse à peine sur le mois (+0,1 % après −0,2 % en novembre) ; sur un an, il croît de 1,9 % après +2,2 % le mois précédent.

Ralentissement des prix de l’énergie sur un an

<> L’inflation énergétique baisse en décembre 2018 pour le deuxième mois consécutif (+8,0 % sur un an après +11,2 % en novembre). Ce recul s’explique par un ralentissement prononcé des prix des produits pétroliers (+9,5 % sur un an après +14,7 %) : sur le mois, ils diminuent de 3,9 %, dans le sillage des cours du pétrole. Les prix du gaz ralentissent après sept mois consécutifs d’accélération (+22,5 % sur un an après +26,2 %).

Ralentissement des prix des services

<> Sur un an, les prix des services augmentent de 0,9 % en décembre 2018, après +1,0 % le mois précédent. Ceux des services de santé se replient de 0,4 % sur un an après +0,3 % en novembre, du fait en partie d’une baisse ponctuelle des prix des actes d’analyses de laboratoires. Les prix des services d’hébergement décélèrent encore (+2,5 % après +4,0 %). Les prix des services de transports accélèrent (+0,5 % après +0,3 %), du fait du rebond de ceux des transports aériens (+0,9 % après −0,3 %).

Accentuation de la baisse des prix des produits manufacturés sur un an

<> Sur un an, le recul des prix des produits manufacturés s’accentue en décembre (−0,5 % après −0,3 %). Cette plus forte baisse résulte de celle des prix de l’habillement et chaussures (−0,3 % sur un an après −0,1 %) et des produits de santé (−3,0 % après −2,2 %). Les prix des « autres produits manufacturés » sont stables sur un an, après une hausse de 0,2 % en novembre. Les prix des meubles (−0,5 % sur un an après +0,6 %) et des articles de ménages en textile (−0,6 % après 0,0 %) se contractent. En revanche, la baisse des prix des petits appareils électroménagers est moins prononcée que le mois précédent (−0,9 % sur un an après −1,9 %).

Accélération des prix de l’alimentation sur un an

<> En décembre 2018, les prix de l’alimentation accélèrent après deux mois de ralentissement : +2,5 % sur un an après +1,9 % le mois précédent. Ceux des produits frais sont nettement plus dynamiques (+7,8 % sur un an après +5,0 %) : les prix des légumes frais s’envolent (+11,4 % sur un an après +5,3 %) ; ceux des fruits frais (+4,2 % sur un an après +3,5 %) et des poissons frais (+4,4 % après +2,5 %) accélèrent aussi, mais de façon plus modérée. Hors produits frais, les prix de l’alimentation augmentent également plus que le mois précédent (+1,6 % sur un an après +1,4 %) en lien avec le renchérissement des prix des boissons alcoolisées (+2,0 % après +1,6 %), du lait, fromage et œufs (+2,1 % après +1,8 %) et des huiles et graisses (+5,8 % après +5,4 %).

Révisions

<> Par rapport aux estimations provisoires publiées le 4 janvier 2019, les évolutions sur un mois et sur un an de l’IPC et de l’IPCH sont confirmées.

source insee

    Mettre en favoris     Copyright France Inflation 2008, tous droits réservés       Contact       Avertissement