France-Inflation.com
Mercredi 21 février 2024 Saint du jourSaint Damien 17h16
×

Histoire de l'inflation en France depuis 1900




L'historique de l'inflation depuis 1900 en France révèle tous les effets décrits dans les causes de l'inflation.

- Après guerres 14-18 et 39-45 :
Le pays est en ruine, il faut tout reconstruire, s'ensuit une période de très forte croissance, l'offre est en retard par rapport à la demande.
Du fait de la difficulté à rembourser les dettes de guerre, le Franc perd de son attractivité et est dévalué à plusieurs reprises, rendant les importations plus chères. Ceci génère de l'inflation qui atteint alors des niveaux records avec des pointes annuelles à près de 40% en 1920 (années folles) et 60% en 1948.

- Crise économique mondiale suite au crack boursier de 1929 aux USA :
Touche la France avec un peu de retard en 1931, son PIB baisse, le gouvernement baisse ses coûts notamment par les salaires. On entre en déflation jusqu'en 1935.

- Fin des accords Bretton-Woods sur la convertibilité du dollar en or, premier choc pétrolier de 1973 :
Les Etats Unis mettent fin à la convertibilité du Dollar en Or en 1971 car plus tenable, le dollar se dévalue entrainant une envolée du cours du pétrole dont le prix est multiplié par quatre.
L'inflation repart fortement à la hausse avec une pointe en 1980 à 14% et reste élevée jusqu'en 1983.

- Politique d'austérité de 1983 :
L'arrivée des socialistes au pouvoir en 1981 se traduit par une "politique d'état providence" dans un premier temps, vite remplacée par une "politique d'austérité" devant l'inefficacité de la relance et la mise à mal des finances publiques.
Ceci passe principalement par une désindexation des salaires par rapport à l'inflation pour stopper la spirale inflationniste.
L'inflation est contenue en dessous de 5% à partir de 1985 et même à 2% dans les années 2000.

Passage à l'Euro en 1999
L'euro a été créé au premier janvier 1999, avec la fixation irrévocable du taux de change des monnaies nationales (Euro scriptural pendant 3 ans). Les pièces et billets ont été mis en circulation au 1er Janvier 2002 (Euro fiduciaire).
Pas d'impact significatif sur l'inflation mesuré, alors que fort ressenti d'augmentation des prix importante vu des consommateurs.

Crise Covid de 2020 :


La gestion de la Crise Covid est passée par des confinements successifs avec une mise à l'arrêt de tout le pays, puis des périodes de contraintes fortes comme le télétravail, la limitation des déplacements. L'activité mondiale en général a été fortement ralentie et même parfois stoppée.

En sortie de crise, la demande est repartie à la hausse, comme par contrecoup des restrictions imposées, alors que les stocks étaient vides et que le système de production mondial nécessitait du temps pour un retour à pleine capacité.

Ces tensions offre/demande ont généré des hausses de prix.

Guerre Russie contre Ukraine de 2022 :


S'est rajouté à la sortie de crise Covid la tentative d'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février 2022
Devant une résistance inattendue, elle a rapidement dû se replier et a entamé une guerre des tranchées sur une partie du territoire Ukrainien encore occupé, guerre qui se prolonge toujours aujourd'hui.

Les Etats Unis et les pays Européens se sont peu à peu alignés pour condamner cette guerre et aider l'Ukraine à résister.
En lui livrant des armes de plus en plus puissantes, des informations stratégiques, de la formation militaire.
En accueillant près de 5 millions d'Ukrainiens qui ont du fuir les zones de combats.
En essayant de ne pas financer l'effort de guerre de la Russie et pour cela réduire drastiquement les échanges commerciaux avec elle, les flux financiers des banques.

Ceci a eu une répercussion importante sur l'économie mondiale car la Russie est fortement exportatrice de pétrole, de gaz, de céréales, d'engrais, de métaux, d'uranium aussi, quant à l'Ukraine ses exportations de céréales ont été stoppées
Des sociétés implantées depuis longtemps en Russie on cessé leur activité sur le pays, liquidant leurs biens.

Des contrats ont été négociés dans l'urgence pour trouver des fournisseurs alternatifs, même avec des pays par toujours stables politiquement.
Ces contrats sont souvent plus chers et demandant parfois des investissements importants (terminaux gaziers pour le GNL, Américain en autre).

Tout ceci a déstabilisé les marchés économiques sur l'énergie d'abord (envolée des prix de l'essence, du gaz, de l'électricité, du bois de chauffe aussi...)
Puis cette inflation s'est transmise à tous les autres produits en particulier alimentaires.
Et finalement a généré des augmentations de la main d'oeuvre par contrecoup, alimentant une augmentation des prix qui elle sera durable.

Dans cette période instable, la loi de l'offre et la demande a conduit à des excès.
Quand il n'y avait pas assez de gaz pour passer l'hiver 2022, les pays ont fébrilement cherché des fournisseurs à travers le monde, acceptant des prix impensables auparavant.
Des fournisseurs de toute nature ont profité de cette peur pour dégager des marges indécentes, mais acceptées par le marché.

Plus d'un an après le début de cette guerre, la situation économique se stabilise lentement, les contrats sont renégociés sous des tensions d'approvisionnement moindre.

Cette situation a fait que l'inflation est repartie à la hausse avec des niveaux dépassant les 10% en mensuel.
En moyenne annuelle, l'année 2022 a terminé avec 5.2% d'inflation, proche des 5.8% de 1985.
L'année 2023 va finir à un niveau d'inflation proche de 2022.
La décrue de l'inflation ne se fera qu'en 2024, à condition que ls tensions économiques mondiales restent stables.

On ne peut que constater que l'économie de la Russie à moins souffert que prévu des embargos successifs.
Elle a réorienté ses exportations vers des pays "amis" comme la Chine, l'Inde, le Brésil, la Corée du Nord.
La géopolitique mondiale a brusquement changé et fait ré-apparaître deux pôles menés par les Etats Unis et La Russie.
L'Europe n'a pas été capable de leadership, elle a été suiviste des USA.

Cette invasion a redistribué une partie des flux d'échanges entre pays, et fait prendre conscience certains qu'une trop forte dépendance vis a vis d'un pays aujourd'hui partenaire, peut se transformer en moyen de pression politique du jour au lendemain (quel que soit ce pays)
L'Allemagne a du se sortir en catastrophe de sa forte dépendance au gaz Russe.
La France a renoué avec le nucléaire, redécouvrant le moyen d'une indépendance énergétique, après des années d'errement.


Inlfation des prix avec passage à l'Euro

Le passage à l'euro a t-il fait augmenter les prix ?



L'euro a été créé au premier janvier 1999, avec la fixation irrévocable du taux de change des monnaies nationales (Euro scriptural pendant 3 ans). Les pièces et billets ont été mis en circulation au 1er Janvier 2002 (Euro fiduciaire).

Sur les 11 ans qui suivent, de 2002 à 2012, l'inflation a été relativement stable à 1.7% en moyenne.
Pour prendre une référence antérieure, la période 1986 à 1996 est la moins chahutée, son inflation moyenne est de 2.6%

En ordre 1, sans conteste, on ne peut relier l'introduction de l'Euro à une envolée de l'inflation.

On peut cependant remarquer que les années 2003,2004,2005 ont eu une inflation légèrement supérieure à celle de 2001-2002, un effet euro faible en global mais parfois très important suivant les produits, les commerçants.

L'analyse est néanmoins délicate car beaucoup d'effets entrent en ligne de compte
On peut voir par exemple que les années 70 ont vu une inflation très importante faisant suite aux chocs pétroliers, suivis d'une maitrise de l'inflation par une politique de désindexation des salaires et de rigueur, dans un contexte de baisse de l'inflation mondiale aussi.
La stabilité qui suit l'introduction de l'Euro avec les instruments des taux de la BCE est tout de même remarquable, cela malgré de nombreuses variations comme le prix du pétrole en 2008-2009 par exemple.

Maintenant, depuis 2013, nous avons une inflation très faible que la BCE n'arrive pas vraiment à relancer.
Sur la courbe de l'IPC, on peut assimiler cela à un ajustement des prix, on décroche de la tendance qui tenait depuis l'année 2000.
Cela ressemble à l'ajustement qui s'était produit en 1997-1998-1999 avec un retour ensuite à une inflation proche de 2%
Si l'histoire se reproduit, nous devrions repartir sur un rythme d'inflation proche des 2%, mais reste à savoir quand ...


Commentaires

DIDOU
20 Déc. 2019, 14:51
Je ne comprend pas je suis en possession d'un marché de fruits et légumes dans le tier monde et eux ne payent pas plus cher mes légumes, est-ce de ma faute de ne pas augmenter les prix ou sont-ce des escrocs ? merci de vos réponses les loulous
JIX
15 Août 2017, 18:22
Il se dit que, pour ne pas augmenter le taux d'inflation sur lequel est basée la revalorisation des pensions de retraite, on a abaissé la qualité des 119 articles afin de déclarer des montants moins chers. est-ce vrai ???
Daniel
27 Jan. 2017, 07:40
Je suis en possession d'un livret de la caisse des dépôts que m'avait donné mon père titulaire de ce livret.
avant d'entreprendre des démarches auprès de la cdc je souhaiterai savoir ce que représente à ce jour
un dépôt de 100 francs depuis le 27 décembre 1927
daniel
Bernard95
13 Sep. 2014, 11:09
Que fait-on du vrai poids de nos aliments pour le calcul de l'inflation ? : https://www.youtube.com/watch?v=civzJ4WF2zM
C'est en quelque sorte de l'inflation masquée.
mariequitton
16 Fév. 2014, 15:33
Un bien immobilier evalue en1983
90000 frs
des travaux effectues pour 150000 frs
valeur estimable en2014
ASV
05 Mars 2013, 16:20
Qu y a t il eu en 86, qui fait que nous avons depuis un taux d inflation plus bas et plus régulier?
Auriez-vous une courbe similaire dans le temps mais avec la superposition: 1-De la variation du chômage
2-De la variation de la croissance (puisque j ai cru comprendre que les 70's ont connu une période de stagflation...)
Merci par avance.
Cordialement,
ASV
gdfontaines
27 Août 2012, 18:54
Une fois qu'on a compris tout cela on peut bien évidemment faire quelque chose en commençant à exiger la séparation entre banques de dépôts (notre argent), banques d'affaires (les casinos)et assurances > www.appel-glass-steagall.fr
nandy
23 Août 2012, 23:52
C'est simple:
1FF (ancien) = 0,15 cents d'?

Sinon faut diminuer de l'inflation de toutes les années entre (mais ce sera "virtuel" car c'est sur un "panier de produits" que c'est calculé, et les autres??)
Bourdelle
17 Jui. 2012, 11:30
Merci de me préciser combien vaut 1 franc de 1905 en 2012
c'est pour une note de bas de page pour l'édition d'un livre historique. Salutations jc B
saphir
07 Jui. 2012, 18:15
C'est la loi du 3 janvier 1973 (2 jours après les voeux de Pompidou!) qu'il faut lire.
Nico
22 Avr. 2012, 16:11
Il ne faut pas ramener aussi tout à la thèse du complot des vilains banquier.
Bien sûr, il y a des dérives du système, mais les dates dont vous parlez correspondent au chocs pétrolier.

Regardez la page wikipedia sur les chocs pétroliers.
Dégé
24 Fév. 2012, 22:01
Il n'y a pas lieu de se lamenter. Le secret a fini de couver, comme on peut le voir dans ces commentaires, et un peu partout à présent.

Mais une fois qu'on a compris cette arnaque géante, ce hold up sans armes ni violence, mais pas forcément sans haine, que fait-on ?

Combien de moyens à notre disposition pour faire tomber ce système ?

Quel(le) candidat(e) propose d'en sortir ?

Qui ?

Et qu'est-ce qu'on fait ? On en reprend pour 5 ans d'esclavage ? Ou on fait que cette m... de système infernal se casse la gueule ?
Le Coq
08 Fév. 2012, 22:10
200% d'accord avec saphir. On n'a pas fini de payer pour cette loi qui nous échappe.
greg
05 Jan. 2012, 16:43
Derien pour ces informations
saphir
04 Déc. 2011, 22:25
Donc, la loi du 3 juillet 73 (pompidou giscard) a été créée selon ses auteurs pour contraindre l'inflation. On le voit sur le graphique l'inflation antérieure à 1973 est très inférieure à celle des 12 années qui ont suivi cette loi. Mais à quoi pouvait donc servir cette loi si ce n'est qu'en son article 25 (3 lignes) de spolier l?État français de son droit régalien de battre la monnaie... Ainsi par ce coup de baguette magique les banques ont pris le relais (elle ont le droit de la création monétaire) et ont accumulé les intérêts demandés à l?État depuis 1973 alors qu'avant l'Etat prenait zéro.... Cherchez les perdants !
eric
30 Sep. 2011, 22:28
Merci.

merci pour vos donnees qui m'ont aidé a trancher un debat politique.






A LA UNE
21/02/2024 15:58
L'intérim, reflet de l'atonie de la croissance et de la consommation
Les secteurs les plus corrélés à la consommation sont ceux ayant le plus reculé en 2023 dans le travail temporaire : le commerce et les transports. Le début 2024 ne semble guère plus encourageant, malgré la perspective des JO.
suite...

21/02/2024 05:05
Les retraites pourraient augmenter moins que l'inflation en 2025
Alors que Bercy est à l'affût d'économies pour limiter le dérapage des finances publiques, le ministre chargé du Budget, Thomas Cazenave, s'est dit prêt à ouvrir le débat sur une sous-indexation des pensions et des autres prestations sociales l'an prochain.
suite...

20/02/2024 17:52
L'Assurance-chômage reste dans le vert, mais ses excédents sont moins forts que prévu
L'Unédic prévoit de dégager 20,6 milliards d'euros d'excédents sur la période 2024-2027, malgré 12 milliards de prélèvements des pouvoirs publics sur ses recettes et la faiblesse de l'activité économique. La dette est attendue à hauteur de 38,6 milliards à cet horizon, contre 63,6 milliards fin 2021.
suite...

20/02/2024 16:53
Plan d'économies : la méthode à la hussarde de Bercy sous le feu des critiques
Le gouvernement a opté pour des décrets plutôt qu'une loi de finances rectificative pour faire passer ses 10 milliards d'économies. Les experts et les députés de l'opposition critiquent une voie qui nourrit une certaine opacité et cantonne le Parlement à la marge.
suite...

20/02/2024 16:13
Retraites des agriculteurs : le gouvernement accusé de traîner les pieds
Après être descendus massivement dans la rue pour alerter sur leurs difficultés, les agriculteurs pressent le gouvernement d'avancer sur la réforme promise l'an dernier pour augmenter leurs retraites. Les parlementaires de droite montent aussi au créneau.
suite...

20/02/2024 16:42
L'objectif de 1 % de croissance en France en 2024, un pari difficile
Si la Banque de France juge la nouvelle prévision de Bercy « réaliste », atteindre une hausse du PIB de 1 % cette année nécessitera une accélération de l'activité au second semestre. Beaucoup d'économistes estiment que l'objectif sera difficile à tenir.
suite...

20/02/2024 17:11
Santé, éducation, justice : l'image des services publics continue de se dégrader en France
L'image des services publics auprès des Français s'est de nouveau détériorée en 2023, selon le baromètre de l'Institut Paul Delouvrier dévoilé par « Les Echos ». La santé et l'éducation concentrent les inquiétudes.
suite...

20/02/2024 07:40
Malgré les efforts de Bercy, le poids des impôts de production ne baisse pas en France
Le poids des impôts de production continue d'être deux fois plus élevé en France qu'ailleurs en Europe, selon le baromètre annuel publié par l'institut Montaigne. La suppression progressive de la CVAE décidée par le gouvernement ne suffit pas à modifier le classement. Leur poids a même réaugmenté en 2022 malgré les efforts consentis par Bercy.
suite...

19/02/2024 17:57
MaPrimeRénov' : coup de rabot sur les aides prévues en 2024
L'enveloppe consacrée aux aides à la rénovation énergétique des logements sera amputée de 1 milliard d'euros cette année. Un signal inquiétant pour la transition écologique.
suite...

20/02/2024 08:02
Budget : comment Bercy veut tenir coûte que coûte ses objectifs de réduction du déficit
Bruno Le Maire a détaillé ce lundi son plan de 10 milliards d'économies pour 2024, sans lever tous les doutes. Selon nos informations, le chèque carburant de 100 euros pour les travailleurs modestes en fait notamment les frais. La stratégie budgétaire de Bercy fait débat.
suite...