France-Inflation.com
Mercredi 21 février 2024 Saint du jourSaint Damien 16h28
×

TAUX DIRECTEURS BCE ET FED depuis Janvier 1999




Taux directeur BCE : 2023-09-20 taux 4.5%      source: BCE

Taux directeur FED : 2023-07-27 taux entre 5.25% et 5.5%   source: FED

Depuis décembre 2018, la FED fixe son taux directeur dans une plage de 0.25%. Sur le graphique, il est affiché la valeur mini de cette plage.


Point de situation à Décembre 2023

Politique monétaire de la FED pour les USA

La FED termine l'année 2023 avec un taux directeur médian visé de 5.4%
Pour l'année 2024, elle envisage un taux directeur à 4.6%, pour 2025 à 3.6% et pour 2026 à 2.9%

Sa projection pour la croissance du PIB réel est de 1.4% en 2024, 1.8% en 2025 et 1.9% en 2026.

Et pour le taux de chômage, elle projette 4.1% en 2024, 2025 et 2026.

source FED...

Politique monétaire de la BCE pour l'Europe

Le Conseil des gouverneurs estime que les taux d'intérêt doivent encore être augmentés sensiblement à un rythme régulier, pour assurer un retour au plus tôt de l'inflation vers l'objectif de 2%.

La prévision d'inflation moyenne d'Eurostat est de 5.4% pour 2023, de 2.7% pour 2024, de 2.1% en 2025 puis de 1.9% en 2026.

Si cela se confirme, La BCE devrait donc envisager de baisser son taux directeur en fin d'année 2024.

OBJECTIF de la Banque Centrale Européenne: La stabilité des prix


La mission principale de la Banque Centrale Européenne est de contenir l'inflation des prix à un niveau qu'elle considère comme optimum soit voisin de 2%.
Ceci diffère notablement de la Banque centrale des Etats Unis ou FED ( Federal Reserve System) qui considère plutôt la croissance économique comme premier levier, ceci pour maximiser l'emploi.
Cependant, suite à la crise éconmique mondiale sans précédent engendrée par les subprimes Américains, la BCE a modulé sa politique car elle était accusée de nuire à la reprise fragile de sortie de crise. Elle devrait maintenant mieux équilibrer ses décisions et prendre en considération la croissance court terme et inflation long terme.

Indicateurs suivis par la BCE afin de déterminer sa politique monétaire


Afin d’assurer une conduite optimale de la politique monétaire, la BCE a adopté une approche spécifique permettant de déterminer la nature et l’ampleur des risques pesant sur la stabilité des prix dans la zone euro. Pour ce faire, la BCE doit procéder à une analyse approfondie des évolutions économiques et monétaires.

Afin qu’aucune information importante ne lui échappe, elle a élaboré une « approche à deux piliers » : l'analyse économique et l'analyse monétaire.

1) Indicateurs Analyse économique:
- Evolution de la production globale
- Evolution de la demande et de la situation sur le marché du travail
- Indicateurs de prix et de coûts
- Politiques budgétaires
- Balance des paiements de la zone euro
- Projection macroéconomiques
- Prix des actifs et rendements financiers

2) Indicateurs Analyse monétaire:
- Evaluation de la croissance de l’agrégat M3
- Evolutions des composantes de M3 (monnaie en circulation, dépôts à terme, etc.)
- Agrégats plus étroits tels que M1
- Changements en matière de financements accordés au secteur privé
- Monnaie et crédit


L'analyse économique vise à évaluer les facteurs déterminant l’évolution des prix à court et moyen terme, en mettant l’accent sur l'activité réelle et les conditions financières dans l’économie. Elle prend en compte le fait que, sur ces horizons, l'interaction entre l'offre et la demande sur les marchés des biens, des services et des facteurs influe largement sur l'évolution des prix.

L’analyse monétaire est axée sur un horizon à plus long terme, s'appuyant sur le lien à long terme qui existe entre la monnaie et les prix. Elle a essentiellement pour objet de recouper, dans une perspective de moyen et long terme, les indications à court et moyen terme fournies par l'analyse économique.


Moyens d'action de la BCE pour mettre en oeuvre sa politique monétaire


Pour atteindre son objectif principal de maintien de la stabilité des prix, l'Eurosystème dispose d'une série d'instruments de politique monétaire.

# Les opérations d'open market
L’instrument le plus important est constitué par les opérations d'open market.
Celles-ci servent à piloter les taux d'intérêt,gérer la situation de liquidité sur le marché monétaire, et indiquer l'orientation de la politique monétaire.
Les opérations d'open market peuvent être divisées en quatre catégories :

1) les opérations principales de refinancement.
Elles consistent en des opérations de cession temporaire destinées à fournir des liquidités de manière régulière, avec une fréquence hebdomadaire et une échéance d'une semaine

2) Les opérations de refinancement à plus long terme.
Elles consistent en des opérations de cession temporaire destinées à fournir des liquidités, avec une fréquence mensuelle et une échéance de trois mois

3) Les opérations de réglage fin.
Elles sont effectuées de manière ponctuelle en vue de gérer la situation de la liquidité sur le marché et d'assurer le pilotage des taux d'intérêt, notamment pour atténuer l'incidence sur les taux d'intérêt de fluctuations imprévues de la liquidité bancaire

4) Les opérations structurelles.
Elles sont réalisées en émettant des certificats de dette et en ayant recours à des opérations de cession temporaire ou à des opérations ferme.

# Les facilités permanentes
En outre, l’Eurosystème offre des facilités permanentes qui servent à fournir et à retirer de la liquidité au jour le jour et à déterminer une limite supérieure et inférieure pour le taux d'intérêt du marché au jour le jour.
Deux facilités permanentes sont disponibles :

1) La facilité de prêt marginal.
Les contreparties (par exemple les institutions financières telles que les banques) peuvent les utiliser pour obtenir auprès des banques centrales nationales de la liquidité au jour le jour contre des actifs éligibles

2) La facilité de dépôt.
Les contreparties peuvent avoir recours à celles-ci pour effectuer des dépôts au jour le jour auprès des banques centrales nationales.

# Les réserves obligatoires
Enfin, l’Eurosystème impose aux établissements de crédit la constitution de réserves sur des comptes ouverts sur les livres des banques centrales nationales. L'objectif des réserves obligatoires est de stabiliser les taux d'intérêt sur le marché monétaire et de créer (ou d'accentuer) un besoin structurel de liquidités.

Complément: Définition des agrégats monétaires.


-M1 comprend les billets et pièces en circulation et les dépôts à vue.
-M2 recouvre M1, les dépôts à terme d’une durée initiale inférieure ou égale à deux ans et les dépôts remboursables avec un préavis inférieur ou égal à trois mois.
-M3 englobe M2, les pensions, les titres d’OPCVM monétaires, les instruments du marché monétaire et les titres de créance d’une durée initiale inférieure ou égale à deux ans.

Décisions de politique monétaire de la FED


Annonces de la Réserve Fédérale Américaine concernant ses taux directeurs ci-dessous.
Forte baisse entre octobre 2007 et décembre 2008 pour arriver à 0%.
Maintien de ce taux très bas sur une longue période entre 2009 et fin 2015.
Remontée jusqu'à 2.25%-2.50% fin 2018 puis baisse très rapide sous la crainte d'une réduction de l'activité économique.
A noter que la BCE n'a pas suivi cette remontée, elle a gardé son taux directeur à 0%, sans signe de reprise économique forte en Europe.

Date de la décision Variation du taux directeur Nouveau taux directeur
16 Juin 2022+0.75%1.50 % à 1.75%
5 Mai 2022+0.50%0.75 % à 1.00%
17 Mars 2022+0.25%0.25 % à 0.50%
16 Mars 2020-1.00%0.00 % à 0.25%
3 Mars 2020-0.50%1.00 % à 1.25%
31 Octobre 2019-0.25%1.50 % à 1.75%
19 Septembre 2019-0.25%1.75 % à 2.00%
1er Août 2019-0.25%2.00 % à 2.25%
20 Décembre 2018+0.25%2.25 % à 2.50%
27 Septembre 2018+0.25%2.00 % à 2.25%
14 Juin 2018+0.25%1.75 % à 2.00%
22 Mars 2018+0.25%1.50 % à 1.75%
14 Décembre 2017+0.25%1.25 % à 1.50%
15 Juin 2017+0.25%1.00 % à 1.25%
16 Mars 2017+0.25%0.75% à 1.00%
15 Décembre 2016+0.25%0.50% à 0.75%
17 Décembre 2015+0.25%0.25% à 0.50%
16 Décembre 2008 -1.00% à -0.75%0.00% à 0.25%
29 Octobre 2008-0.50%1.00%
8 Octobre 2008-0.50%1.50%
30 Avril 2008-0.25%2.00%
18 Mars 2008-0.75%2.25%
30 Janvier 2008-0.50%3.00%
22 Janvier 2008-0.75%3.50%
11 Décembre 2007-0.25%4.25%
31 Octobre 2007-0.25%4.50%
18 Septembre 2007-0.50%4.75%






21/02/2024 13:25
L'intérim, reflet de l'atonie de la croissance et de la consommation
Les secteurs les plus corrélés à la consommation sont ceux ayant le plus reculé en 2023 dans le travail temporaire : le commerce et les transports. Le début 2024 ne semble guère plus encourageant, malgré la perspective des JO.
suite...

21/02/2024 05:05
Les retraites pourraient augmenter moins que l'inflation en 2025
Alors que Bercy est à l'affût d'économies pour limiter le dérapage des finances publiques, le ministre chargé du Budget, Thomas Cazenave, s'est dit prêt à ouvrir le débat sur une sous-indexation des pensions et des autres prestations sociales l'an prochain.
suite...

20/02/2024 17:52
L'Assurance-chômage reste dans le vert, mais ses excédents sont moins forts que prévu
L'Unédic prévoit de dégager 20,6 milliards d'euros d'excédents sur la période 2024-2027, malgré 12 milliards de prélèvements des pouvoirs publics sur ses recettes et la faiblesse de l'activité économique. La dette est attendue à hauteur de 38,6 milliards à cet horizon, contre 63,6 milliards fin 2021.
suite...

20/02/2024 16:53
Plan d'économies : la méthode à la hussarde de Bercy sous le feu des critiques
Le gouvernement a opté pour des décrets plutôt qu'une loi de finances rectificative pour faire passer ses 10 milliards d'économies. Les experts et les députés de l'opposition critiquent une voie qui nourrit une certaine opacité et cantonne le Parlement à la marge.
suite...

20/02/2024 16:13
Retraites des agriculteurs : le gouvernement accusé de traîner les pieds
Après être descendus massivement dans la rue pour alerter sur leurs difficultés, les agriculteurs pressent le gouvernement d'avancer sur la réforme promise l'an dernier pour augmenter leurs retraites. Les parlementaires de droite montent aussi au créneau.
suite...

20/02/2024 16:42
L'objectif de 1 % de croissance en France en 2024, un pari difficile
Si la Banque de France juge la nouvelle prévision de Bercy « réaliste », atteindre une hausse du PIB de 1 % cette année nécessitera une accélération de l'activité au second semestre. Beaucoup d'économistes estiment que l'objectif sera difficile à tenir.
suite...

20/02/2024 17:11
Santé, éducation, justice : l'image des services publics continue de se dégrader en France
L'image des services publics auprès des Français s'est de nouveau détériorée en 2023, selon le baromètre de l'Institut Paul Delouvrier dévoilé par « Les Echos ». La santé et l'éducation concentrent les inquiétudes.
suite...

20/02/2024 07:40
Malgré les efforts de Bercy, le poids des impôts de production ne baisse pas en France
Le poids des impôts de production continue d'être deux fois plus élevé en France qu'ailleurs en Europe, selon le baromètre annuel publié par l'institut Montaigne. La suppression progressive de la CVAE décidée par le gouvernement ne suffit pas à modifier le classement. Leur poids a même réaugmenté en 2022 malgré les efforts consentis par Bercy.
suite...

19/02/2024 17:57
MaPrimeRénov' : coup de rabot sur les aides prévues en 2024
L'enveloppe consacrée aux aides à la rénovation énergétique des logements sera amputée de 1 milliard d'euros cette année. Un signal inquiétant pour la transition écologique.
suite...

20/02/2024 08:02
Budget : comment Bercy veut tenir coûte que coûte ses objectifs de réduction du déficit
Bruno Le Maire a détaillé ce lundi son plan de 10 milliards d'économies pour 2024, sans lever tous les doutes. Selon nos informations, le chèque carburant de 100 euros pour les travailleurs modestes en fait notamment les frais. La stratégie budgétaire de Bercy fait débat.
suite...