Titre
Vendredi 21 novembre 2014 Saint du jourSaint Albert 09h03
 

PANIER REPRESENTATIF INSEE

1 - Définition
2 - Constitution du panier de référence pour 2002
3 - Méthodologie sur la constitution de
l'Indice des Prix à la Consommation

=>Champ géographique
=>Autres spécificités
=>Méthodologie de collecte
=>Unité statistique enquêtée
=>Périodicité et mode de collecte
=>Plan de sondage et nombre d’unités enquêtées
=>Méthode de calcul
=>Objectifs IPC
=>L'IPC joue un tripe rôle

 

 

1 - Définition :

Le pouvoir d'achat du franc mesure l'érosion monétaire due à l'inflation.
Chaque année, le déflateur retenu par les experts est la moyenne annuelle de l' indice général des prix publié qui s'appuie sur la population la plus large. On a repris l'indice d'ensemble des ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé jusqu'en 1992 et celui de l'ensemble des ménages (France métropolitaine), à partir de 1993 début de sa publication. A partir de janvier 1999, c'est l'indice d'ensemble des ménages - France entière (métropole et DOM) - qui est utilisé.
L'indicateur de pouvoir d'achat du franc garde sa pertinence lorsqu'il s'agit de tenir compte de l'érosion monétaire liée à la consommation des ménages mais il n'est pas adéquat pour mesurer l'érosion monétaire des patrimoines constitués de biens immobiliers et d'actifs financiers n'entrant pas dans la composition de l'indice général des prix.

En effet, l'indicateur s'appuie sur un panel ou panier représentatif de notre consommation "courante".
Il représente donc bien l'évolution des prix d'un ensemble de produits ou services proche de ce panier.
Si on séloigne de ce dernier, cas d'un partimoine immobilier par exemple, l'indicateur ne peut être utilisé.
Se reporter alors à d'autres indicateurs plus spécifiques.

retour au sommaire


2 - Constitution du panier de référence pour 2002 :

panier insee 2001


retour au sommaire

3 - Méthodologie de constitution de l'Indice des Prix à la Consommation (base 100 en 1998) et mise à jour

Champ géographique : national y compris les DOM intégrés à la nouvelle base 1998 de l'IPC, à compter de l’indice publié en février 1999 et rétropolé sur l’année 1998.

Autres spécificités :
L'IPC couvre l'ensemble des biens et services consommés sur le territoire, par les ménages résidents et non résidents (comme les touristes). Par rapport à son champ théorique, le taux de couverture de l'IPC est de 95 % en 1998.
Les principales extensions de couverture du nouvel indice portent sur les assurances, les services de protection sociale, les services domestiques, les services juridiques, les véhicules d'occasion et l'enlèvement des ordures ménagères. A compter de 1999, seuls les jeux de hasard, les services hospitaliers, l'assurance vie et l'assurance santé restent hors du champ d'observation de l'indice.
<

Méthodologie de collecte :
La première génération d'indices date de 1914. Au cours du temps, la couverture de l'IPC s'est élargie tant au plan géographique qu'en terme de population représentée ou de consommation couverte. L'IPC base 1998, décomposé en 159 groupes, 122 regroupements et 12 fonctions de consommation, constitue la 7ème génération d'indice. Cette couverture sectorielle a été élargie en janvier 2001 aux "services d'hébergement pour adultes handicapés" qui en constitue le 161 ème groupe.


retour au sommaire

Unité statistique enquêtée :
Point de vente pour les produits relevant de la distribution "classique". Organisme producteur national ou régional pour les données tarifaires (électricité, télécommunications, transport ferroviaire ou aérien, vente par correspondance...)

Périodicité et mode de collecte :
Collecte par enquêteurs effectuée tout au long du mois et chaque mois. Les produits frais sont relevés par quinzaine.

Plan de sondage et nombre d’unités enquêtées :
Le plan de sondage est stratifié selon trois types de critère :
- critère géographique :
les relevés sont effectués dans 96 agglomérations de plus de 2 000 habitantsdispersées sur tout le territoire et de toute taille
- type de produit : un échantillon d'un peu plus de 1 000 familles de produits, appelées "variétés" est défini pour tenir compte de l'hétérogénéité des produits au sein de 161 groupes de produits. La variété est le niveau de base élémentaire pour le suivi des produits et le calcul de l'indice. La liste des variétés reste confidentielle et seuls quelques prix moyens d’un échantillon de produits homogènes représentatif du panier sont publiés à ce niveau.
- type de point de vente : un échantillon de 27 000 points de vente, stratifié par forme de vente, a été constitué pour représenter la diversité des produits par marques, enseignes et modes d'achat des consommateurs et prendre en compte des variations de prix différenciées selon les formes de vente.

Le croisement de ces différents critères aboutit à suivre un peu plus de 130 000 séries (produits précis dans un point de vente donné) donnant lieu à près de 160 000 relevés mensuels. A ces chiffres s'ajoutent environ 50 000 séries de type "tarif", collectées de façon centralisée.
L'échantillon est mis à jour annuellement pour tenir compte de l'évolution des comportements de consommation et, notamment, introduire des produits nouveaux.
Les révisions portent sur la liste et le contenu des variétés ainsi que sur la répartition par forme de vente et par agglomération.

retour au sommaire


Méthode de calcul :
L'IPC est un indice de Laspeyres chaîné annuellement. Outre la composition de l'échantillon, les pondérations utilisées pour agréger les 21 000 indices élémentaires (croisement variétés x agglomération dans le cas général) sont également mises à jour chaque année. Ces pondérations représentent la part des dépenses associées à l'agrégat concerné au sein de l'ensemble des dépenses de consommation des ménages couvertes par l'IPC.
Elles sont obtenues, pour la plupart, à partir des évaluations annuelles des dépenses de consommation des ménages réalisées par la Comptabilité Nationale (en nouvelle base 1995 = 100).
Des traitements spécifiques sont effectués pour les produits frais, pour les autres variétés saisonnières et pour déterminer des évolutions de prix "pures", à qualité constante, lorsqu'un produit disparu est remplacé en cours d'année par un autre.
Les promotions et soldes offerts à tous les consommateurs sont pris en compte dans tous les produits de l’indice.

Objectifs :
L'IPC est l'instrument de mesure de l'inflation. Il permet d'estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages. C'est une mesure synthétique de l'évolution de prix des produits, à qualité constante.

retour au sommaire

L'IPC joue un tripe rôle :
- économique : il permet de suivre, au mois le mois, l'inflation. L'IPC est également utilisé comme déflateur de nombreux agrégats économique (consommation, revenus...) pour calculer des évolutions en volume, ou en termes réels ("en francs constants").
- socio-économique : l'IPC, publié au Journal Officiel chaque mois, sert à indexer de nombreux contrats privés, des pensions alimentaires, des rentes viagères et aussi à indexer le SMIC. L'indice retenu pour le SMIC est celui des ménages urbains dont le chef de famille est employé ou ouvrier, hors tabac.
- monétaire et financier : à des fins de comparaison internationale, les indices de prix ont fait l'objet d'un travail d'harmonisation coordonné par Eurostat, tant au plan des méthodes que des données produites.
Les indices de prix à la consommation harmonisés (IPCH) ainsi obtenus ne se substituent pas aux IPC nationaux. Ils sont destinés aux comparaisons internationales et au calcul d'un indice de prix pour l'Union Européenne. La mise en place de l'Union monétaire renforce le rôle de l'IPCH, principal
instrument de pilotage de la politique monétaire dans la zone Euro. Dans le cas de la France l'IPC et l'IPCH ont des évolu